France: Google doit payer 500 millions d’euros pour droit d’auteur

PARIS, 13 juillet (Reuters) – L’organisme français de surveillance antitrust a infligé mardi une amende de 500 millions d’euros (593 millions de dollars) à Google d’Alphabet (GOOGL.O) pour ne pas avoir respecté les ordres du régulateur sur la manière de mener des discussions avec les éditeurs de presse du pays en une dispute sur le droit d’auteur.

L’amende intervient dans un contexte de pression internationale croissante sur les plateformes en ligne telles que Google et Facebook (FB.O) pour partager davantage de revenus avec les médias.

Le groupe technologique américain doit maintenant faire des propositions dans les deux prochains mois sur la façon dont il compenserait les agences de presse et autres éditeurs pour l’utilisation de leurs informations. Dans le cas contraire, l’entreprise s’exposerait à des amendes supplémentaires pouvant aller jusqu’à 900 000 euros par jour.

Google a déclaré qu’il était très déçu de la décision mais qu’il s’y conformerait.

« Notre objectif reste le même : nous voulons tourner la page avec un accord définitif. Nous tiendrons compte du retour d’expérience de l’Autorité de la concurrence et adapterons nos offres », a déclaré le géant américain de la tech.

Un porte-parole de Google a ajouté : « Nous avons agi de bonne foi tout au long du processus. L’amende ignore nos efforts pour parvenir à un accord et la réalité du fonctionnement des informations sur nos plateformes. »

Les éditeurs d’informations APIG, SEPM et AFP accusent l’entreprise technologique de ne pas avoir discuté de bonne foi avec eux pour trouver un terrain d’entente pour la rémunération des contenus d’information en ligne, en vertu d’une récente directive de l’Union européenne qui crée des « droits voisins ».

L’affaire elle-même s’est concentrée sur la question de savoir si Google a enfreint les ordonnances temporaires émises par l’autorité antitrust, qui exigeait que de telles discussions aient lieu dans les trois mois avec tous les éditeurs de nouvelles qui les demandent.

« Lorsque l’autorité décrète une obligation pour une entreprise, elle doit s’y conformer scrupuleusement, tant dans l’esprit que dans la lettre (de la décision). Ici, ce n’était malheureusement pas le cas », a déclaré la cheffe de l’organisme de réglementation, Isabelle de Silva, dans un communiqué. déclaration. Elle a également précisé que le régulateur considérait que Google n’avait pas agi de bonne foi dans ses négociations avec les éditeurs.

L’APIG, qui représente la plupart des grands éditeurs de presse écrite française dont Le Figaro et Le Monde, reste l’un des plaignants, même s’il a signé un accord-cadre avec Google plus tôt cette année, ont indiqué des sources à Reuters. Cet accord-cadre a été suspendu dans l’attente de la décision antitrust, ont indiqué les sources.

L’accord-cadre, que de nombreux autres médias français ont critiqué, était l’un des accords les plus médiatisés du programme « News Showcase » de Google visant à compenser les extraits d’actualités utilisés dans les résultats de recherche, et le premier du genre en Europe.

Google a accepté de payer 76 millions de dollars sur trois ans à un groupe de 121 éditeurs de presse français pour mettre fin à la ligne du droit d’auteur, ont montré des documents consultés par Reuters.

Cela fait suite à des mois de négociations entre Google, les éditeurs français et les agences de presse sur la manière d’appliquer les règles remaniées de l’UE sur le droit d’auteur, qui permettent aux éditeurs d’exiger une redevance des plateformes en ligne affichant des extraits de leurs actualités.

Reuters, 14/07/2021

Etiquettes : France, Google, Droits d’auteur,