Washingon dénonce l’emprisonnement des journalistes au Maroc

Les États-Unis ont critiqué lundi leur allié marocain pour avoir condamné un journaliste à cinq ans de prison et ont exhorté le royaume à protéger la liberté des médias.

Le département d’État s’est dit « déçu » par la condamnation, vendredi, de Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum, aujourd’hui disparu, dont les alliés affirment qu’il a été pris pour cible en raison de ses articles critiques.

Soulaimane Raissouni, qui a perdu beaucoup de poids après une grève de la faim de plus de 90 jours, a été reconnu coupable d’attentat à la pudeur contre un autre homme, ce qui fait de lui le dernier d’une série de journalistes poursuivis pour des crimes sexuels présumés.

« Nous pensons que le processus judiciaire qui a conduit à ce verdict contredit la promesse fondamentale du système marocain de procès équitables pour les individus accusés de crimes et est incompatible avec la promesse de la constitution de 2011 et le programme de réforme de Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Département d’État, Ned Price.

« La liberté de la presse est un élément fondamental des sociétés prospères et sûres, et les gouvernements doivent veiller à ce que les journalistes puissent s’acquitter en toute sécurité de leur rôle essentiel sans craindre une réaction injuste, des violences ou des menaces », a-t-il ajouté.

M. Price a indiqué que les États-Unis soulevaient également avec le Maroc d’autres cas de journalistes, notamment celui d’Omar Radi, qui est détenu en isolement cellulaire sous l’accusation d’agression sexuelle et d’atteinte à la sécurité de l’État.

Le Maroc est un allié de longue date des États-Unis, qui sous l’ancien président Donald Trump a reconnu sa revendication sur le Sahara occidental contesté après que le royaume a accepté de normaliser ses relations avec Israël.

Yahoo! News, 12/07/2021

Etiquettes : Maroc, Etats-Unis, Soulaiman Raïssouni, Omar Radi, presse, journalistes, répression,