Des campagnes stériles pour des résultats aléatoires

Il y a quelques mois, certains médias prétendument «libres» et des porte-voix de la sédition (Fitna) ont, à travers leurs pages incendiaires, véhiculé des informations selon lesquelles, dans ses activités et opérations internes et externes, l’institution militaire se conformait à des agendas et ordres émanant de parties étrangères et que l’ANP serait sur le point d’envoyer des troupes pour participer à des opérations militaires hors sanctuaire, sous l’égide de forces étrangères. En juin, et à la veille de l’annonce des résultats provisoires des élections législatives, un autre média – s’intéressant aux questions africaines mais installé en territoire français et financé par le Makhzen – s’en est allé, à son tour, de son scoop selon lequel Monsieur le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, Monsieur le général de corps d’armée Saïd Chanegriha se serait secrètement rendu dans la capitale française pour discuter de la question du Sahel !

Tout observateur au fait de la campagne incendiaire orchestrée par certaines parties contre notre Armée nationale populaire, a acquis la conviction que ces dernières sont dans un état de panique et de détresse extrêmes, qui ne peut s’expliquer que par la stratégie judicieuse adoptée par notre armée dont les positions honorables sur de nombreuses questions les a surpris et les a démasqués aux yeux de l’opinion publique. Face à ce cuisant échec, elles ont entrepris une démarche encore plus stupide sous forme d’attaques frontales et l’invention de problèmes et d’événements créés de toutes pièces n’ayant aucune once de vérité, qui ne sont en fait qu’extrapolations et rumeurs empruntant à la propagande «goebelsienne», dans une vaine tentative de sauvegarder ce qui leur reste de dignité ainsi que leur crédibilité auprès de leurs partisans et fidèles.

L’envoi de troupes algériennes hors sanctuaire !

«Dans le cadre du respect des principes et objectifs des Nations unies, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, l’Algérie peut participer à des opérations de maintien de la paix.» L’article 31 alinéa 3 de la Constitution algérienne est clair et net et ne saurait justifier d’une quelconque interprétation ni extrapolation ou avis (Fatwa).

La question qui vient alors à l’esprit est : quel intérêt ou avantage tirerait notre pays de l’envoi de ses troupes pour participer dans des opérations militaires au Mali ? Il n’y a pas que cela, bien plus, et c’est ce qui est déroutant et surprenant, c’est qu’il paraitrait que nos troupes seraient placées sous le parapluie de forces étrangères !

Force est de constater que parfois l’être humain peut sombrer dans des états de divagation et de délire qui l’amènent à proférer des mots et des expressions irresponsables, sans pour autant aller jusqu’à distiller ce gros mensonge du «parapluie étranger», d’autant que ceux qui en sont les auteurs sont loin d’être des gens ordinaires mais des parties intéressées, des médias et même des Etats. Si certains tentent de nous expliquer que l’intérêt porté par notre armée au territoire malien a pour motivation le facteur économique et en particulier aux réserves d’or du Mali, à l’exemple de certains pays !, que ces ignorants sachent que les réserves d’or de l’Algérie ont été estimées, selon les dernières statistiques de l’Organisation mondiale de l’or, à 173,6 tonnes. Ce qui classe notre pays au troisième rang dans le monde arabe en matière de réserves d’or.

Sur le plan politique, nul n’ignore qu’il n’est pas dans les principes de l’Algérie de soutenir une partie au détriment de l’autre et que sa plus grande préoccupation est la sécurité de la République du Mali et de son peuple, en sa qualité de pays frère et ami, avec qui nous partageons une bande frontalière de 1330 km. Quant au volet militaire, le Commandement militaire tient à ses éléments et ne saurait donc exposer un seul de ses soldats au danger. Que dire alors d’envoyer des centaines d’éléments au-delà des frontières ! Nul donc besoin de preuves ni de justificatifs pour traduire l’intérêt que porte le Commandement militaire au facteur humain, il suffit simplement pour s’en convaincre de se référer aux dépenses consacrées par l’institution militaire à la formation et à l’instruction de ses troupes.

Tous ceux qui suivent les allocutions et les interventions du général de corps d’armée lors de ses déplacements dans les Régions et unités, peuvent constater toute l’attention qu’il accorde à la ressource humaine, considérée comme la plus importante richesse, qui a plus de prix que tous les équipements et armements.

Que ces voix de la Fitna se taisent donc et que tous les comploteurs sachent que ni les croassements des corbeaux ni les hululements des hiboux ne peuvent retarder la caravane et, encore moins, freiner sa progression ou la détourner de sa voie.

La visite de M. le général de corps d’armée en France !

Il y a quelques jours, un hebdomadaire s’est signalé à son tour à travers un article nous informant d’une visite secrète qui aurait conduit le chef d’état-major de l’ANP à Paris pour discuter de la question du Sahel !

Qu’est-ce qui aurait pu empêcher l’Etat algérien d’annoncer officiellement, en toute transparence et clarté, la visite en France du général de corps d’armée, Saïd Chanegriha, dans le cas où cette visite aurait eu véritablement lieu ? Et qu’est-ce qui aurait empêché l’Elysée elle-même d’annoncer cette visite ? Qu’est-ce qui empêcherait, au demeurant, de telles visites entre les deux parties, d’autant que le chef d’état-major des armées françaises s’était rendu en avril dernier dans notre pays et y avait rencontré le chef d’état-major de l’ANP ?

A moins que les fatwas de Rachad, les analyses du MAK et l’obscénité des chantres de la sédition ne frappent du sceau de l’interdiction et de la criminalisation tout rapprochement de notre armée avec le reste des armées du monde, tout en donnant le label «halal» à leurs visites au «harem du Sultan», au «Mur des lamentations» et aux résidences de «Amir el Mou’minine». Ce qui est déplorable dans ce prétendu «scoop» est la bassesse dans laquelle se sont fourvoyés les courtiers de la religion, les marchands de la politique et les oiseaux piaillant au point de devenir de véritables charlatans assénant leurs prédictions à la lecture d’une paume de la main, d’un reste de marc de café dans une tasse ou d’une boule de cristal.

L’Algérie est souveraine dans ses positions et ses décisions, et il n’est permis à quiconque, quel que soit son poids, de lui dicter sa politique ou de suggérer ses propositions à l’institution militaire. Que ces hurluberlus cessent de pérorer et de déblatérer à tout-va tant leur silence est à même de leur épargner l’ironie et le mépris des gens d’honneur.

Qui est derrière ces rumeurs ?

Dans la récente interview qu’il a accordée à la chaîne «Al Jazeera», Monsieur le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a dénoncé ces activistes hérésiarques, qui confectionnent et répandent mensonges et rumeurs, connus pour leur passé douteux et la haine qu’ils vouent à notre pays. Aussi, il n’y a pas lieu de s’étonner d’un fait lorsque l’on en connaît ce qui le sous-tend. Monsieur le président de la République a distingué ces activistes qui agissent contre l’Algérie en trois lobbies : «Le premier est celui des anciens colons qui on quitté l’Algérie après l’indépendance et qui ont transmis leur rancœur à leur descendance. Le deuxième est le prolongement de l’Organisation armée secrète (OAS) terroriste. Enfin, le troisième est composé hélas de compatriotes algériens qui ont perdu leur âme autant que leur raison en choisissant la compromission et la trahison !»

Outre ces trois lobbies évoqués par Monsieur le président de la République, il faut ajouter un Etat voisin qui voue une haine ancestrale et un ressentiment non dissimulés envers notre pays. Qui a trahi le héros numide Jughurta en 104 av. J.-C. et l’a remis à Rome où il sera tué ? N’était-ce pas Bocchus, roi de la Maurétanie césarienne, le Maroc d’aujourd’hui?

Qui s’est retourné contre l’Emir Abdelkader en décembre 1847 et s’est allié à l’ennemi français pour l’encercler ? N’est-ce pas le sultan marocain Moulay Abdel Rahmane ? Qui a trahi les cinq dirigeants de la Révolution et les a donnés à la France en octobre 1956, alors que leur avion se dirigeait du Maroc vers la Tunisie ? N’était-ce pas l’héritier du trône marocain ?

Qui a attaqué notre pays en octobre 1963, alors qu’il venait tout juste d’accéder à l’indépendance et qu’il n’avait pas encore pansé ses blessures, dans une tentative d’occuper et d’annexer les villes de Tindouf et de Béchar à son royaume ? N’était-ce pas Sa Majesté l’Emir des croyants, le roi Hassan II. Qui, qui et qui… ? Laissons à l’histoire, aux générations, à l’arabisme, aux droits de voisinage, aux liens du sang le soin de donner leur verdict sur les agissements de notre voisin et frère à l’encontre de notre pays à travers toutes ces époques.

Pourquoi ?

La nostalgie d’un passé révolu, lorsque l’occupant pillait les richesses et asservissait les Algériens, continue de titiller les sentiments des descendants de colons, et l’obsession d’un retour à l’Eden perdu continue de bercer leurs rêves, et de hanter leur sommeil.

Quant à nos «frères», qui ont vendu leur âme à vil prix et qui sont allés verser des larmes aux portes d’organisations suspectes, pour qu’elles les aident, les soutiennent et prennent «les sanctions les plus sévères» à l’encontre de leur Patrie, ils sont à l’image de ces féodaux écossais qui ont noué alliance avec le roi Edward contre leur concitoyen et sauveur William Wallace ! Après l’exécution de ce dernier, le roi d’Angleterre s’était retourné contre eux. Ils sont devenus, depuis, le symbole de la trahison et de l’humiliation. Comme l’histoire se répète, quand bien même les temps, les lieux et les personnalités diffèrent !

Au sein de ces corbeaux du temple, dont les membres se comptent sur les doigts des deux mains, certains n’ayant aucun niveau culturel et aucune maturité politique se sont donnés pour armes l’invective, la calomnie, l’insulte et l’atteinte à l’honneur des gens. D’autres, comprenant les bannis des rangs de l’Armée nationale populaire, qui pensaient que leur affiliation à l’armée était synonyme d’enrichissement, de prestige et de pouvoir et qui, voyant leurs espoirs déçus, lorsqu’ils se sont retrouvés confrontés à la réalité du terrain et en réalisant que l’Algérie n’était pas seulement la capitale, Oran et Constantine, ont choisi la fuite, la trahison et se sont octroyés le rôle de défenseurs des opprimés et des laissés-pour-compte, se prenant du jour au lendemain pour Luther King et Mère Teresa !

La troisième catégorie du gang est formée par ce qui reste des terroristes en fuite, les narcissiques en perdition qui appellent à la partition de l’Algérie ou à l’établissement du califat sur le sol algérien. Dans tout cet embrouillamini est apparu un quatrième groupe qui a fait de la glorification du colonialisme sa spécialité en s’évertuant à falsifier l’Histoire de l’Algérie, jetant l’opprobre sur les symboles de la Nation en les accusant de trahison, en traitant de criminels des dirigeants et des Chouhada et en véhiculant des discours empreints de haine, de racisme et de division.

Tous ces bonimenteurs tireraient leurs informations de leurs «propres sources», sources auxquelles même les plus grandes agences de presse, les chaînes de télévision les plus célèbres et les quotidiens les plus anciens n’ont pas accès. Ceci au point où l’on a l’impression que ces sources spéciales sont soit l’œuvre du diable (djinns), soit celle de créatures humaines ayant le pouvoir de devenir invisibles, qui sont à l’écoute de tout et qui leur fournissent les secrets des Etats et même ce qu’il y a au fond des cœurs ! Ainsi, sans honte ni embarras, ils se moquent de leurs disciples qui se laissent abuser par leurs bobards. Pourtant, et malheureusement, il est encore quelques égarés qui se laissent abuser en prenant pour argent comptant tout ce qui se dit ou s’écrit, sans prendre la peine de mener des recherches, d’enquêter et de traquer la vérité, nous rappelant ainsi les paroles du philosophe Michel de Montaigne : «Il n’y a pas esprit plus trivial ou plus simple que celui qui croit rapidement tout ce qu’il voit, lit ou entend.»

La doctrine de notre Armée nationale populaire

Depuis sa fondation, notre armée s’est donnée une doctrine constante et claire, reposant dans sa globalité sur la défense de la Patrie et la non-ingérence dans les affaires d’autrui, en dépit des mensonges et des accusations créés de toutes pièces et véhiculées par les adeptes de la Fitna et les pêcheurs en eaux troubles de tous bords.

Notre armée aurait pu, par deux fois, intervenir au Maroc ou, au moins pour soutenir les militaires qui ont failli balayer la couronne marocaine et renverser leur roi lors des tentatives de coups d’Etat de Skhirat, en 1971, et celui du général Oufkir, une année plus tard. Mais notre armée, héritière de l’Armée de libération nationale, qui n’a pas été nourrie au sein de la trahison et de la fourberie a mis un point d’honneur à ne pas se mêler des affaires des autres. De même, notre armée aurait pu saisir l’occasion et intervenir en Libye aux côtés de nombreux pays pour se partager ainsi le «gâteau». Mais sa magnanimité, sa droiture et son respect du peuple libyen frère ont fait qu’il a refusé de se laisser entraîner dans le bourbier de la mort, du sang et de la trahison. Bien au contraire, notre pays a pris part aux démarches visant à trouver une à solution à la crise libyenne, en jouant un rôle fondamental et décisif à travers son soutien au gouvernement légitime d’unité nationale libyen. Ce qui n’a pas été du goût de certains clowns et aventuriers et qui ne veulent du bien ni à la Libye ni à la région du Maghreb.

Notre armée était également en capacité d’intervenir en République du Mali et imposer la politique de fait accompli, particulièrement suite à l’enlèvement de membres de la mission diplomatique algérienne par une des parties de la confrontation. Bien au contraire, notre pays n’a eu de cesse d’apporter son aide aux frères maliens afin de surmonter l’épreuve qu’ils enduraient et de régler leurs différends en les réunissant à maintes reprises autour d’une table en Algérie.

Pour terminer, nous dirons que de tout temps notre pays a été la cible de complots de bas étage visant à le déstabiliser et à attenter à sa sécurité, en raison de ses positions fermes, de ses décisions souveraines et de son rejet de tout diktat.

La nouvelle Algérie surmontera toutes les épreuves et toute adversité, elle triomphera et sortira encore plus forte et plus solide de même qu’elle demeurera, comme nous lui en avons fait le serment, majestueuse et son emblème novembriste, symbole national sacré et acquis populaire cher, continuera de briller au firmament. Quant aux campagnes tendancieuses récurrentes visant l’ANP à chaque démarche sincère et étudiée qu’elle entreprend, sont autant vaines que sans effets dès lors que leurs visées sont démasquées et leurs intentions connues.

Ceux qui se sont autoproclamés tuteurs du peuple ou qui parlent en son nom ont oublié que, dans sa majorité, le peuple algérien est doué de raison et est doté d’un esprit sain qui font qu’il a pleine confiance en son armée. Que tout le monde sache que l’ANP restera vigilante, qu’elle ne déviera pas de la voie nationale qu’elle s’est tracée, qu’elle ne se soustraira pas à ses missions constitutionnelles, qu’elle demeurera l’œil qui veille à la protection de la Patrie, à la préservation de la sécurité et à la quiétude du peuple algérien, et enfin, que notre pays continuera d’apporter son aide à tous les opprimés et persécutés de par le monde.

La Rédaction

El Djeich n° 696, juillet 2021

Etiquettes : Algérie, ANP, armée, France, Maroc, Harkis, Sahara Occidental, Mali, Sahel, Libye,