Collision entre le Maroc et le mouvement terroriste The Rise of the Moors

Les publications de Morocco World News, un média proche du pouvoir marocain, délattent une certaine collision entre le Maroc et le mouvement terroriste The Rise of the Moors. Un premier article paru en 2017 faisait la promotion de ce groupe. Sous le titre de « La religion américaine qui fait de ses membres des « Marocains », il indiquait que les membres de cette communauté « prêtent allégeance au Royaume du Maroc et à son roi ».

Curieusement, deux ans après, naissait son homologue marocain sous le nom de « Morocan Moorish Movement ». En septembre 2020, Morocco World News en parlait dans un article intitulé « Le Mouvement mauresque marocain : Un renouveau de l’identité marocaine ».

Le 3 juillet 2021, un groupe de cette organisation lourdement armé a bloqué l’autoroute 95 au niveau de Boston. Ils agitaient le drapeau du Maroc comme symbole identitaire. Selon certains observateurs, le groupe américain aurait été manipulé par les autorités marocaines en vue de faire pression sur les Etats-Unis.

Il convient de se poser la question : A qui profite cet incident? Notamment si l’on tient en compte la conjoncture traversée par les relations maroco-américaines dans laquelle Rabat tente d’imposer à l’administration Biden son point de vue sur le contentieux du Sahara Occidental.

Voici une traduction non officielle de ces deux publications:

La religion américaine qui fait de ses membres des « Marocains ».

Chloe Koura May 27, 2017

Rabat – Les membres d’une petite communauté aux Etats-Unis qui prétendent être des descendants des Maures, prêtent allégeance au Royaume du Maroc et à son roi.

Avec des temples dans 15 États, le Moorish Science Temple of America est un groupe religieux qui croit que tous les Afro-Américains sont des Maures descendant du nord-ouest de l’Afrique.

Le site officiel du mouvement qualifie ses adeptes de croyants de la « religion mahométane » et déclare que leur objectif est de « contribuer au grand programme d’élévation de l’humanité déchue et d’enseigner les choses nécessaires pour faire de nos membres de meilleurs citoyens ».

Le groupe met l’accent sur la fierté raciale. Autrefois qualifié de « secte ou culte » par le FBI, le Moorish Science Temple of America conteste les origines généralement admises des Afro-Américains. Ils affirment au contraire que qualifier quelqu’un d’Afro-Américain est « un mauvais terme pour les Maures d’Amérique ». Noble Drew Ali, le fondateur lui-même, affirme que la « vraie nature » de ceux qui sont considérés comme des Afro-Américains leur a été cachée.

Les membres du groupe se réclament de l’islam, affirmant posséder une partie secrète du Coran. Selon les mémoires d’Ali, il a reçu une « révélation divine » après avoir rencontré un professeur égyptien, et les membres utilisent ces manuscrits lors de leurs cérémonies religieuses.

Le mouvement a été fondé par Noble Drew Ali en 1913 dans le New Jersey, son fort sentiment d’identité attirant les Afro-Américains qui luttent contre l’oppression raciale et économique.

Né Timothy Drew en 1886, les rapports sur les origines et l’éducation du fondateur varient : l’un dit qu’il était fils d’esclaves, un autre qu’il était l’enfant d’une mère cherokee et d’un père marocain musulman. Appelé prophète par les adeptes du Temple, la motivation d’Ali pour créer le mouvement était de donner aux Afro-Américains une identité dans une Amérique raciste et de les unir avec leur passé caché, cette histoire étant que les personnes de couleur descendaient des Maures et des musulmans.

En raison de conflits religieux et raciaux avec le gouvernement et les résidents locaux, le groupe s’installe à Chicago en 1925. C’est dans cette ville, que le groupe a depuis qualifiée de « nouvelle Mecque », qu’il a été officiellement enregistré en vertu de la loi sur les corporations religieuses de l’État de l’Illinois.

Pour rejoindre le mouvement, il faut reconnaître ses origines mauresques en réclamant sa nationalité symbolique de Marocain et en abandonnant l’histoire apprise précédemment. Après avoir été acceptés, les membres reçoivent une carte attestant de leur identité maure, en ajoutant « El » ou « Bey » à leur nom de famille. Le changement de nom de famille a été introduit pour démontrer leur identité en rejetant les noms européens qu’ils avaient reçus et en rendant hommage aux noms de famille de leurs ancêtres, qui avaient été perdus dans l’esclavage.

Soucieux d’afficher leur identité retrouvée, les hommes portent un Fez, chapeau fortement associé au Maroc. Plutôt que de porter le traditionnel hijab, les femmes choisissent de porter un turban et de s’habiller avec des vêtements amples.

La polygamie est acceptable au sein du groupe, et le fondateur lui-même était connu pour ses nombreuses épouses. Un article paru dans une édition de 1929 du Chicago Defender affirmait qu’Ali avait le pouvoir de se marier et de divorcer comme il le souhaitait.

En 1929, à la suite d’un différend sur les fonds et de la mort du leader Drew Ali, différentes factions et même des groupes entièrement différents sont apparus, dont beaucoup survivent aujourd’hui. Le plus connu d’entre eux est la Nation of Islam, bien qu’ils aient carrément rejeté tout lien historique avec le temple.

Bien que le groupe insiste sur le fait que ses membres respectent la loi, ces dernières années, des membres du groupe ont été associés à une presse négative. En 2006, le chef d’un groupe accusé d’avoir voulu faire exploser la Sears Tower de Chicago a affirmé appartenir au Moorish Science Temple of America. Plus récemment, des membres présumés du groupe ont déposé de faux rapports de justice, mais le groupe a pris ses distances avec leurs auteurs, les qualifiant de « groupes marginaux radicaux et subversifs » et de « terroristes de papier » sans rapport avec la foi et les enseignements du groupe.

En mars 1990, le Moorish Science Temple of St. Louis a remis une « résolution mauresque » au Maroc, qui a été reçue par le ministre d’État du roi Hassan II, Moulay Ahmed Aloui.

——————————————————————————————————————-
Le Mouvement mauresque marocain : Un renouveau de l’identité marocaine

Les jeunes Marocains se tournent vers leur histoire pour trouver des conseils sur la manière d’assurer un avenir meilleur.
Les médias sociaux sont comme l’Agora de la Grèce antique, un espace – bien que virtuel – où toute personne intéressée partage et discute librement de diverses idées. Cela crée une atmosphère où des personnes de tous horizons partageant les mêmes idées peuvent se tenir sur un pied d’égalité et exprimer des opinions sur des sujets qu’elles considèrent comme pertinents pour leur propre vie.

Reda Benmalou,19 sept. 2020

C’est dans une telle atmosphère que l’idée d’un mouvement a émergé, visant à faire renouer le peuple marocain, en particulier les jeunes, avec leur identité nationale, leur histoire et leurs traditions. Il s’agissait également de leur insuffler un nouveau sentiment de fierté afin de les motiver à être plus productifs, plus créatifs et à servir leur pays à quelque titre que ce soit. Le nom que les initiateurs ont choisi est le Mouvement maure marocain.

Des débuts difficiles et une base solide

Les origines exactes du mouvement sont difficiles à cerner, mais il est possible d’en retracer les formes au cours des dernières années. Il a commencé à apparaître dans des groupes Facebook privés et des blogs axés sur la culture marocaine unique et sa continuité à travers les âges. Ces premiers efforts visaient à explorer les origines marocaines à la lumière de disciplines empiriques et scientifiques telles que l’anthropologie, l’archéologie et la génétique, en plus de l’histoire, la linguistique, la mythologie, etc.

Ces premières tentatives sont restées confinées à de petits groupes et ont resurgi de temps à autre, sans que leur forme soit exactement définie. Avec le temps, les différents courants ont convergé vers un point, et se sont fondus en un seul courant dans l’intérêt du Maroc.

À la mi-2019, une image du mouvement a commencé à se matérialiser avec le nouvel objectif de toucher un public plus large. Le Mouvement maure marocain a commencé à gagner de la traction sur les pages Facebook. Il a publié des nouvelles sur les progrès du Maroc, les projets de développement actuels et futurs, les événements diplomatiques et les développements politiques, parfois en darija (arabe marocain).

Cet effort visait à diffuser une vision positive pour dissiper le scepticisme prévalant chez certains Marocains concernant ces questions, et à susciter une réaction du citoyen moyen à l’égard de la situation de son pays.

Lorsqu’un public suffisamment large a commencé à s’intéresser à ce type de contenu, des pages telles que Al-Mohaid, qui signifie « neutre », et Histoire des Maures ont progressivement détourné une partie de leurs efforts vers un éventail plus large de publications. Ces efforts comprennent des articles sur des personnages historiques marocains connus et leurs réalisations, des événements historiques et leur signification, et des découvertes concernant le Maroc.

Très vite, les mots « Maure » et « maure » ont retrouvé leur sens dans l’esprit de nombreux Marocains. Ils sont devenus des indicateurs de l’identité nationale marocaine et de sa continuité à travers une période de temps s’étendant non pas sur des siècles, mais sur des millénaires.

Qu’est-ce que le mouvement maure marocain ?

Pour faire simple, le Mouvement maure marocain manifeste les désirs de Marocains pleins d’énergie, qui ont pris le chemin d’internet pour répandre la même vigueur parmi leurs compatriotes.

L’appellation « mauresque » dérive du nom de l’ancien royaume amazigh (berbère) nord-africain de Maurétanie, qui a existé d’environ le troisième siècle avant J.-C. jusqu’à l’an 44 de notre ère. Les historiens ont attesté qu’il s’agissait du premier royaume unifié et indépendant de la région moderne du Maroc.

Les peuples du bassin méditerranéen connaissaient les habitants de la région sous le nom de Mauri. L’étymologie du nom remonte à 900 avant J.-C., lorsque les explorateurs phéniciens ont appelé la terre Mauharim, ce qui signifie « terre occidentale ». Ils considéraient qu’il s’agissait de l’extrémité occidentale du monde, au-delà de laquelle se trouvait la « mer sombre », ancien nom de l’océan Atlantique.

Les habitants musulmans d’Al-Andalus au Moyen Âge, descendants des conquérants amazighs marocains qui ont été les premiers à introduire l’islam dans la péninsule ibérique, étaient appelés Maures. Par la suite, ce nom a fini par englober tous les musulmans du bassin méditerranéen, quelle que soit leur origine ethnique. Malgré cette généralisation, le nom a toujours conservé un élément intériorisé de l’identité marocaine, puisque l’Ibérie faisait partie intégrante de l’Empire marocain historique pendant la majeure partie de son ère islamique.

Bien que le terme fasse périodiquement l’objet de controverses, la continuité et l’inclusivité que le mouvement voit dans le mot « Moor » ont joué un rôle crucial dans son choix pour le nom du mouvement. Il représente les valeurs de fierté et d’unité du mouvement parmi les diverses composantes de la société marocaine. Il met l’accent sur l’aspect unique de l’identité marocaine dans le contexte plus large de l’Afrique du Nord et de l’Islam auquel elle appartient.

Un arbre aux racines profondes est le plus résilient, capable de résister à tous les vents. Le Maroc est un pays à l’histoire longue et riche dont les hommes et les femmes évoquent aux observateurs extérieurs des images de réussite, de fierté, de valeurs morales et de ténacité face aux épreuves.

Le Mouvement maure marocain espère voir les jeunes, avant tout, suivre les traces de leurs ancêtres. Le mouvement veut les inciter à défendre activement les valeurs qui ont fait du Maroc le pays respectable et culturellement riche qu’il est aujourd’hui.

Pourtant, le Maroc d’aujourd’hui n’est pas un pays sans problèmes. Les défis d’un monde globaliste moderne et les chocs auxquels le pays a été confronté au cours du siècle dernier ont eu des conséquences sociales et culturelles malheureuses. Cela a engendré un sentiment de passivité, voire de défaitisme, dans la psyché collective de la jeunesse marocaine.

Bien que les jeunes Marocains aient le potentiel de réaliser des merveilles si on leur en donne la chance – et les exemples sont nombreux – il existe un puits caché d’énergie encore inexploitée qui attend d’être découvert.

Le Mouvement maure marocain espère être le moteur de cette réémergence. Tout d’abord, il vise à corriger les idées fausses que de nombreux Marocains ont sur leur pays en diffusant des connaissances et en incitant les jeunes à participer activement à cette entreprise. Tout le monde est capable d’offrir quelque chose, aussi petit soit-il, pour faire du Maroc un meilleur pays pour tous ses citoyens, soulignent-ils.

Le mouvement s’efforce d’atteindre cet objectif en publiant des articles destinés à éduquer le grand public, parfois en termes simples, parfois dans une langue spécialisée, sur une variété de sujets allant de l’histoire, la littérature et le folklore oral à l’économie et la politique. Ils encouragent également l’utilisation de symboles liés à l’identité marocaine, tels que l’octagramme marinide. Toute personne ayant quelque chose à apporter est invitée à le faire.

La plupart de ces posts rencontrent un grand intérêt de la part de personnes de tous âges, issues de milieux sociaux, économiques et éducatifs très divers. Les commentaires sur les posts montrent qu’un certain nombre de ces personnes apprennent certains faits sur le Maroc pour la toute première fois, ce qui démontre que le mouvement commence à voir les fruits de ses efforts.

Où en est le mouvement maure marocain, et quelle est la prochaine étape ?

Le mouvement a publié une déclaration sur Facebook le 10 février 2020, dans laquelle il se définit lui-même, en arabe et en amazigh, les deux langues officielles du Maroc : « Le Mouvement maure marocain est une initiative libre et spontanée engagée dans le renforcement de la culture, de l’histoire et de l’identité marocaines dans l’esprit de la jeunesse marocaine.

« Le Maroc est une nation qui possède une civilisation unique, clairement distincte dans ses langues, son histoire et ses produits culturels. Ce mouvement concerne tous les Marocains exclusivement et sans exception. »

Avec cette définition, le Mouvement marocain maure a émergé avec un idéal clair et des objectifs fixés : La réconciliation entre la jeunesse marocaine et son identité unique, et la préservation du patrimoine historique et des traditions culturelles marocaines de la décadence et du déclin.

Le mouvement ne revendique aucune affiliation ou association avec un quelconque courant politique existant au Maroc. Il reste indépendant dans son propre style de communication et ses moyens d’atteindre son public. Il met également l’accent sur l’aspect objectif de tous ses traitements des sujets liés à l’histoire, la démographie et la politique du Maroc, car il s’efforce d’utiliser des sources fiables et d’adopter des approches raisonnables et logiques dans la présentation des faits au public.

Pour l’instant, le Mouvement maure marocain reste confiné dans le domaine des médias sociaux. Toutefois, à l’avenir, il espère prendre suffisamment d’élan pour se développer davantage, transcender les plateformes virtuelles et rendre un plus grand service à la société marocaine.

Comme toutes les initiatives naissantes, il y a encore beaucoup de place pour l’amélioration au sein du Mouvement maure marocain. Décentralisé et ayant besoin d’un cadre plus structuré, ainsi que de plus de débouchés pour diffuser son contenu à un public encore plus large et utiliser tout son potentiel, il a encore beaucoup de marge de progression.

Etiquettes : Maroc, Etats-Unis, Sahara Occidental, Joe Biden, The Rise of the Moors,