Les pays riches devraient consacrer 30 milliards de dollars de l’argent du FMI aux investissements en Afrique – ministres africains

LONDRES, 9 juillet (Reuters) – Les pays riches devraient réaffecter au moins 30 milliards de dollars d’argent frais du Fonds monétaire international à des investissements en Afrique pour aider les pays à lutter contre les effets du coronavirus et du changement climatique, ont déclaré quatre ministres africains des finances.

Dans une lettre ouverte adressée aux dirigeants du Groupe des 20 principales économies, les ministres des finances du Ghana, de la République démocratique du Congo, de la Côte d’Ivoire et du Nigeria ont également exhorté les nations riches à accroître leur soutien à la campagne de vaccination COVID des pays plus pauvres.

Le FMI a pris des mesures pour mettre en œuvre une nouvelle allocation de 650 milliards de dollars – la plus importante jamais réalisée – de sa monnaie de réserve, les droits de tirage spéciaux (DTS). Le processus devrait s’achever en août.

« Rendez disponible dès que possible la nouvelle émission de droits de tirage spéciaux promise par le FMI et définissez une voie claire pour leur réaffectation et leur rétrocession maximales », ont écrit les ministres dans la lettre publiée vendredi.

« Il est maintenant urgent d’accélérer le décaissement de ces DTS afin d’éviter que la crise de liquidité actuelle des marchés émergents ne se transforme en crise d’insolvabilité. »

Les retombées économiques de la pandémie ont exacerbé les tensions existantes sur un certain nombre de souverains africains, la Zambie, le Tchad et l’Éthiopie cherchant tous à obtenir une révision du fardeau de leur dette.

RELIEF

La nouvelle allocation de DTS apportera un certain soulagement, mais l’argent est réparti entre ses membres en fonction de leurs participations, ce qui signifie que les riches en bénéficieront le plus, seuls 7 %, soit 42 milliards de dollars du total, allant aux 44 nations les plus pauvres.

Les chefs des finances du G20, qui se réunissent vendredi et samedi à Venise, ont inscrit à leur ordre du jour une recommandation visant à trouver des moyens de garantir qu’une part significative des 650 milliards de dollars aille aux pays qui en ont le plus besoin.

La lettre, signée par le Ghanéen Ken Ofori-Atta, la Nigériane Zainab Shamsuna Ahmed, le Congolais Nicolas Kazadi et l’Ivoirien Adama Coulibaly, exhorte les dirigeants du G20 à affecter au moins 30 milliards de dollars de cet argent à une nouvelle facilité de liquidité et de viabilité (FLS) et au mécanisme africain de stabilité.

« Cela permettrait de catalyser les investissements en Afrique, de réduire les primes de liquidité sur les obligations souveraines offertes par les pays à revenu intermédiaire et d’encourager les investissements verts et durables », indique la lettre.

Les pays riches doivent également renforcer leur soutien aux campagnes de vaccination contre le coronavirus.

« Rien qu’en juin, il a manqué 290 millions de doses de vaccin », ont déclaré les ministres des finances. « Nous avons vraiment besoin d’un milliard de doses données au cours des prochains mois ».

Etiquettes : Afrique, Ghana, Nigeria, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, G20, FMI, coronavirus, covid 19, pandémie,