Enquête danoise sur les travailleuses de la fraise marocaines

UNE ENQUÊTE DE DANWATCH
L’industrie de la fraise ne veut que des mères jeunes : Des enfants en bas âge à la maison au Maroc pour que les femmes retournent chez elles

Les travailleuses migrantes originaires du Maroc ne sont autorisées à travailler dans l’industrie espagnole des baies à Huelva que si elles sont mères, mariées et issues de milieux ruraux pauvres. Les experts qualifient ces critères de discriminatoires, de grotesques et d’une possible violation de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant. L’Espagne nie toute responsabilité pour avoir sélectionné uniquement des femmes marocaines vulnérables.
Pour le bien de leur travail et de leur sécurité, tous les cueilleurs de fraises sont anonymes. Danwatch est conscient de leur véritable identité.

L’AFFAIRE EN BREF

Danwatch s’est rendu dans le sud de l’Espagne pour enquêter sur les conditions dans les pépinières qui fournissent de plus en plus de fraises, myrtilles et framboises espagnoles aux supermarchés danois.

CARTE DE CAS

Nous avons interrogé 16 cueilleurs de fraises marocains et roumains, et nous avons examiné les documents juridiques, les plaintes déposées auprès de l’inspection du travail et la communication entre les travailleurs et leurs patrons.

FICHE DE CAS

Chez un fournisseur de Lidl, des cueilleurs de baies ont accusé les directeurs de viols et d’abus. Dans une ferme fournissant le groupe Salling, un employé affirme que le patron fait pression sur les travailleurs pour qu’ils aient des relations sexuelles.

L’AFFAIRE EN BREF

Dans les pépinières qui approvisionnent Coop et le groupe Salling, les cueilleurs de baies font état d’humiliations quotidiennes et de punitions pour avoir pris des pauses toilettes. Ainsi que d’être licenciés s’ils parlent de contacter un syndicat.

L’AFFAIRE EN BREF

Pour le bien de leur travail et de leur sécurité, tous les cueilleurs de fraises ont été anonymisés. Danwatch est conscient de leurs véritables identités.

LA CARTE DU CAS

Danwatch s’est rendu dans le sud de l’Espagne pour étudier les conditions dans les pépinières qui fournissent de plus en plus de fraises, de myrtilles et de framboises espagnoles aux supermarchés danois.

CARTE DE CAS

Samira ne prend pas beaucoup de place sur la chaise de café sur laquelle elle est assise. Elle est de petite taille et nerveuse. Mais elle est surtout fatiguée et triste, dit-elle. Car l’absence de son fils de trois ans est si accablante qu’elle ne dort ni ne mange. Au lieu de cela, elle pleure.

« Je ne peux pas dormir parce que je n’arrête pas de penser à mon enfant et à mon mari », dit Samira lorsque Danwatch lui parle dans un café de Palos de la Frontera, dans la région de Huelva en Espagne.

Elle fait partie des milliers de travailleurs migrants marocains qui, chaque année, font le voyage du Maroc à Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne, pour récolter des fraises, des framboises et des myrtilles espagnoles pendant la haute saison. Elle fait également partie des milliers de femmes qui doivent laisser leur famille et leurs enfants à la maison pendant des mois si elles espèrent se rendre à Huelva pour gagner de l’argent.

La raison en est simple : alors que l’industrie espagnole de la fraise est devenue dépendante de la main-d’œuvre étrangère bon marché pour cueillir l' »or rouge », comme on appelle les fraises dans l’industrie des baies, le sud de l’Espagne n’a pas envie d’accueillir des migrants de manière plus permanente.

C’est pourquoi, dans le cadre d’un accord conclu en 2007 entre l’Espagne et le Maroc, un ensemble de critères a été élaboré pour garantir le retour des travailleuses migrantes dans leur pays à la fin de la saison.

« L’Espagne et le Maroc voulaient être dans une sorte de système gagnant-gagnant, répondant aux besoins en main-d’œuvre de l’Espagne d’une part et maintenant l’immigration à un niveau minimum d’autre part. La solution consistait à offrir des contrats temporaires à des femmes très spécifiques dont on savait qu’elles retourneraient au Maroc », écrit Chadia Arab, géographe et chercheur sur la migration de travail au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Paris, dans un courriel adressé à Danwatch.

Les critères sont peu nombreux mais concrets : les travailleuses migrantes du Maroc doivent être mères d’enfants de moins de 14 ans, elles doivent généralement avoir une relation avec un homme et elles doivent généralement provenir de zones rurales pauvres. L’idée de base était d’aider les femmes issues de milieux pauvres à se débrouiller seules et à subvenir aux besoins de leur famille, mais plusieurs rapports, des chercheurs et surtout les femmes elles-mêmes font état de conséquences plus graves.

Cela a conduit les mêmes chercheurs à qualifier ces critères de discriminatoires, de grotesques et d’une possible violation de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant.

Selon les chercheurs et les articles de recherche, on ne sait pas vraiment qui peut être tenu responsable de la sélection d’un type particulier de femmes comme main-d’œuvre. Mais le fait est que les critères existent noir sur blanc dans les offres d’emploi, dans les groupes Facebook et sur le site web de l’agence de recrutement nationale et publique du Maroc, l’ANAPEC.

En outre, plusieurs femmes marocaines à Huelva que Danwatch a rencontrées confirment qu’elles devaient être mères pour obtenir des permis de travail, et qu’on leur a demandé de le prouver.

« Doigts agiles »

L’explication de la raison pour laquelle l’Espagne et le Maroc ont construit un système qui recrute les femmes principalement sur la base des relations familiales est complexe. D’autant plus que le système a été développé et perfectionné pendant deux décennies, et que plusieurs autorités, pays et même l’UE sont impliqués. Mais dans l’ensemble, il s’agit de politiques migratoires et de stéréotypes de genre.

Dans les années 1980, le secteur agricole de la province de Huelva a été largement industrialisé. La production de baies, et de fraises en particulier, a augmenté dans le processus parce que la demande a également suivi. Et pour suivre cette évolution, il fallait un type de main spécial.

Tout d’abord, il devait y en avoir beaucoup pour que la production soit efficace. Ensuite, ils devaient être bon marché si l’on voulait que la production soit également rentable, et enfin, ils devaient être flexibles car la production de baies est saisonnière. Les travailleurs migrants ont exactement ce genre de mains.

Par conséquent, Huelva dépend depuis des décennies de la main-d’œuvre d’autres pays. Notamment pour répondre à la demande européenne croissante et à la production de baies fraîches en Espagne, qui réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de près de quatre milliards de couronnes, dont 80 % proviennent précisément de Huelva.

Pendant longtemps, les travailleurs venaient principalement d’Europe de l’Est, mais un accord bilatéral conclu en 2001 entre l’Espagne et le Maroc a permis aux Marocains à la recherche d’un emploi de venir en Espagne avec un visa de travail de 3 à 6 mois pendant la haute saison. L’objectif de cet accord était à l’époque de renforcer et de contrôler les relations entre les deux pays par le biais de la migration des travailleurs. Ça ne s’est pas passé comme prévu.

« Les entreprises n’ont pas trouvé les hommes très dociles. Elles ont commencé à former des syndicats et il y a même eu des émeutes et des affrontements avec les Espagnols locaux », explique Angels Escrivà, professeur de sociologie à l’université de Huelva et membre du réseau Mujeres 24H, qui œuvre pour les droits des travailleuses migrantes.

Selon Angels Escrivà, les producteurs de fraises ont donc décidé de choisir plus souvent des femmes. À la fois parce que les femmes étaient considérées comme une main-d’œuvre plus stable, mais aussi parce que l’on croyait, et l’on croit toujours, que les femmes sont mieux adaptées à la cueillette en raison de leurs petites mains.

On l’appelle « les doigts agiles », tant ici que dans l’industrie textile de l’Asie de l’Est. Mais Chadia Arab, qui a également écrit un livre sur les travailleuses migrantes marocaines en Espagne, affirme que cette hypothèse est fondée sur des stéréotypes concernant le corps et les capacités des femmes.

« Dans le monde entier, il y a cette idée que les femmes ont des mains plus délicates, ce qui les rend plus qualifiées pour le travail de cueillette. Mais en réalité, ce n’est qu’un récit stéréotypé qui sert à dissimuler le fait que les femmes sont recherchées pour d’autres raisons, qui reposent davantage sur des possibilités d’exploitation », écrit Chadia Arab pour Danwatch.

Accord entre le Maroc et l’Espagne

Environ 80 % des cueilleurs de baies à Huelva sont aujourd’hui des femmes, dont une grande partie vient du Maroc. Rien qu’en 2019, près de 20 000 femmes marocaines titulaires d’un permis de travail temporaire sont arrivées à Huelva.

Ce chiffre élevé est le résultat d’un projet lancé en 2004 par la municipalité de Cartaya, située à Huelva. Un projet qui a eu un impact majeur sur le recrutement de femmes marocaines, et qui est financé par des fonds européens.

En fait, avec un financement de l’UE de 1,5 million d’euros, le Maroc et l’Espagne ont conclu un accord pour renforcer la migration circulaire. Ou ce que l’UE appelle la migration « gagnant-gagnant-gagnant » : la politique migratoire doit bénéficier à la fois au pays d’origine des travailleurs migrants, au pays d’arrivée des travailleurs migrants et aux travailleurs migrants eux-mêmes. En d’autres termes, c’est gagnant-gagnant-gagnant.

Cela signifie que le Maroc et l’Espagne se sont réunis pour trouver une solution qui répondait aux besoins de l’Espagne mais qui ne retenait pas les travailleurs migrants par la suite. Mais cela a eu un prix, car le projet a abouti à des critères de sélection qui discriminent et séparent délibérément les familles.

 » Ils (l’Espagne et le Maroc, ndlr) ont constaté que le meilleur moyen de s’assurer du retour de la main-d’œuvre au pays était les relations familiales. Il a donc été décidé de ne recruter que des femmes ayant une relation civile et des enfants de moins de 14 ans comme garantie de rapatriement », écrit Chadia Arab.

Une déclaration du directeur international des affaires étrangères de l’agence de recrutement international du Maroc, l’ANAPEC, confirme l’explication d’Arab. Dans un article de recherche, le directeur, M. Hamzani, aurait déclaré que les relations familiales augmentent la probabilité que les femmes retournent au Maroc une fois la saison terminée.

Les mères se séparent de leurs enfants

Le même directeur explique également dans l’article de recherche que les critères sexospécifiques doivent être considérés comme un coup de pouce aux femmes qui ont peu de chances d’avoir une opportunité similaire de subvenir aux besoins de leur famille autrement. Une affirmation qui est en partie vraie, écrit Chadia Arab.

« Il ne fait aucun doute que les femmes gagnent plus à Huelva qu’elles ne le feraient au Maroc. S’ils ont pu trouver un emploi au Maroc, bien sûr. Ce gain économique permet aux femmes de pouvoir survivre et surtout de vivre lorsqu’elles rentrent chez elles. Ils acquièrent également une plus grande confiance en eux, car ils sont en mesure d’assumer la responsabilité de leur famille et de leur communauté ».

Mais l’histoire de Samira montre bien que les critères de sélection ont aussi un coût élevé.

Parce que, comme Samira, les femmes regrettent leurs enfants. Et Chadia Arab a pu constater à maintes reprises que la séparation de la mère du reste de la famille pendant des mois peut aboutir au divorce, à l’éclatement de la famille et à la détresse mentale de la mère et de l’enfant.

Samira, par exemple, décrit comment la distance qui la séparait de son fils de trois ans l’a rendue si mal en point qu’à son arrivée en Espagne, elle a dû rester couchée et malade pendant trois jours. Elle raconte qu’un jour, elle s’est effondrée dans le champ, victime d’une forme de crise qu’elle n’avait jamais connue auparavant.

La séparation s’est manifestée littéralement dans son corps, de sorte qu’elle ne pouvait rien faire, ni manger, ni dormir, ni être présente.

« Si je pouvais, je rentrerais chez moi auprès de lui (l’enfant, ndlr) tout de suite », dit-elle.

La réaction de Samira, selon Chadia Arab, n’est pas unique. Souvent, l’enfant se retrouve chez des proches tels que les beaux-parents ou les frères et sœurs, mais on voit aussi des enfants livrés à eux-mêmes. D’autres familles doivent se séparer complètement si elles ont plusieurs enfants à charge.

« Pour certains, il est également nécessaire de séparer les frères et sœurs, car la responsabilité de trois enfants peut être trop lourde pour un seul membre de la famille. La séparation complète peut conduire à l’éclatement de la famille », écrit Chadia Arab.

Sine Plambech est chercheuse principale à l’Institut danois d’études internationales (DIIS) et mène depuis des années des recherches sur les migrations internationales, notamment celles des femmes. Selon elle, des millions de femmes dans le monde laissent leurs enfants dans un autre pays pour partir à l’étranger et soutenir leur famille. Mais il est rare que l’on demande aussi explicitement aux travailleurs migrants d’être des mères.

« À première vue, cette pratique semble contrevenir à la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, qui stipule que les enfants ont le droit d’être avec leurs parents », déclare Sine Plambech.

Un plus grand risque d’exploitation
Un autre impact négatif des critères de sélection est plus systématique. Lorsque seules des femmes issues de milieux pauvres sont recrutées, ce sont souvent aussi des femmes qui n’ont pas d’autres options. En outre, les femmes sont également moins susceptibles de connaître leurs droits et parlent rarement l’espagnol, ce qui rend plus difficile pour elles de s’orienter dans Huelva, comme le décrivent plusieurs rapports.

C’est une combinaison qui constitue un terrain propice à l’exploitation ;

« Lorsque vous recrutez des femmes de cette manière, vous les rendez également plus vulnérables à des situations spécifiques car elles n’ont pas la possibilité de dire non. À la fois parce qu’elles sont des femmes dans un environnement (dans l’industrie des baies à Huelva, ndlr) souvent oppressif et même dangereux, mais aussi parce qu’elles ont peur de perdre leur revenu et donc leur moyen de subsistance », explique Laura Martinez, chargée de communication de l’organisation de défense des droits de l’homme Women’s Link Worldwide, qui œuvre pour les droits des cueilleuses de baies.

Elle est soutenue par Sine Plambech :

« Ces critères constituent presque la substance de base de l’exploitation », explique le chercheur du DIIS.

Danwatch a parlé à un certain nombre de femmes marocaines qui ont fait l’expérience directe de l’exploitation. Elles racontent comment elles sont exposées à des menaces quotidiennes, à des agressions sexuelles et à une pression de travail inhumaine dans l’industrie de la fraise à Huelva. Ils disent aussi qu’il peut être très difficile pour les individus de s’exprimer :

« Il (le patron, ndlr) a l’argent, il a le pouvoir, et les femmes doivent toujours faire ce qu’il dit. Nous ne pouvons rien faire contre le patron », explique Hadiya, une travailleuse migrante marocaine rencontrée à Huelva, par exemple.

L’exploitation des femmes marocaines a également été rapportée à plusieurs reprises dans d’autres médias. En 2018, par exemple, German Correctiv, en collaboration avec Buzzfeed Germany, a pu faire un reportage sur les agressions sexuelles dans l’industrie espagnole de la fraise. La même année, dix Marocaines ont intenté un procès au producteur espagnol de fraises Doñaña 1998, l’accusant d’abus, de harcèlement sexuel, de viol et de trafic.

D’autres ont depuis suivi le mouvement.

Comment fonctionne le recrutement

En pratique, la tâche de recruter les femmes pour le travail saisonnier à Huelva incombe à l’agence nationale de recrutement ANAPEC et aux autorités marocaines. Cette répartition des tâches est également décrite dans l’accord de 2007 entre l’Espagne et le Maroc, que Danwatch a reçu des autorités espagnoles.

C’est donc aussi l’ANAPEC qui fixe les critères aujourd’hui, et ils apparaissent noir sur blanc à plusieurs endroits.

Par exemple, dans une offre d’emploi de 2018 que Danwatch a vue, l’ANAPEC écrit que les femmes doivent avoir entre 18 et 45 ans, venir d’une zone rurale et avoir des enfants de moins de 14 ans. Danwatch a également parcouru plusieurs groupes Facebook où l’ANAPEC recherche également des femmes qui répondent à ces exigences, tandis que les exigences sont également énumérées sur le propre site web de l’ANAPEC.

En outre, l’offre d’emploi précise également que les femmes doivent être en mesure de prouver qu’elles remplissent les conditions requises. Ils doivent notamment présenter ce qu’on appelle un livret de famille et un certificat de mariage. Et lorsque Danwatch s’est rendu à Huelva en mai de cette année pour enquêter sur les conditions qui se cachent derrière les fraises espagnoles, des femmes marocaines ont également pu raconter comment on leur a demandé de prouver qu’elles étaient respectivement mère et originaire du pays.

« Vous devez montrer les certificats de naissance de vos enfants », nous dit une femme lorsque nous l’interrogeons sur le processus de recrutement. Elle décrit également comment son amie a été rejetée parce qu’elle venait d’une grande ville et non d’une région rurale.

« Elle n’était pas autorisée à travailler parce qu’elle était de Rabat », dit-elle.

La responsabilité de l’Espagne

Bien que l’Espagne ait effectivement externalisé la responsabilité du recrutement au Maroc, elle n’est pas absoute de toute responsabilité, selon Chadia Arab.

« Le Maroc fixe ces critères, oui, mais ils sont un produit direct de l’Espagne – et de la politique de migration circulaire de l’UE, qui dicte que les travailleurs migrants doivent retourner dans leur pays d’origine une fois que leur visa de travail a expiré », écrit-elle.

Ceci est confirmé dans l’accord de 2007 lui-même. Il est indiqué à plusieurs reprises que l’objectif de l’accord est précisément de garantir le retour des travailleurs migrants dans leur pays d’origine à la fin de la saison, et que l’ANAPEC s’engage à y veiller. Le texte de l’accord précise également que les employeurs espagnols participent à la définition des critères.

« L’ANAPEC est chargée de sélectionner les candidats sur la base des critères établis par les employeurs espagnols et conformément aux dispositions de l’accord de travail hispano-marocain de 2001 », indique notamment l’accord.

Danwatch a demandé à plusieurs reprises au Ministère de l’Inclusion, de la Sécurité Sociale et de la Migration en Espagne comment ils gèrent les critères de sélection, que les experts qualifient de discriminatoires, et s’ils reconnaissent qu’ils ont une responsabilité dans le fait que le système est construit autour d’un type spécifique de femmes. Nous leur avons également demandé ce qu’ils pensaient du fait que les femmes sélectionnées sont souvent exploitées dans les plantations de fraises espagnoles parce qu’elles sont peut-être plus vulnérables et qu’elles sont délibérément séparées de leur famille pour garantir leur retour au Maroc.

Les autorités espagnoles n’ont pas répondu aux questions, mais un fonctionnaire du ministère a écrit dans un courriel ;

« Le droit du travail espagnol ne fait pas de discrimination entre les hommes et les femmes. Le travail agricole est effectué conformément à la législation espagnole et toute pratique discriminatoire est donc interdite et sera sanctionnée. La sélection des travailleurs est effectuée par les autorités marocaines ».

Danwatch a également demandé aux autorités marocaines et à l’ANAPEC respectivement comment elles répondent aux critiques des critères de sélection. Ils n’ont pas répondu.

« Grotesque »

De manière générale, Sine Plambech estime que les critères de sélection et le système espagnol et marocain de réglementation des travailleuses migrantes sont « grotesques ».

« Ces critères sont si spécifiques qu’il est très clair quel groupe est visé. Qu’il faut que ce soit des femmes pauvres et qu’il faut être lié à un homme. Cela semble complètement grotesque », déclare Sine Plambech.

Selon elle, il est typique que des accords comme celui conclu entre l’Espagne et le Maroc soient formulés comme une main tendue aux femmes vulnérables et sans emploi, afin qu’ils s’inscrivent dans la migration gagnant-gagnant-gagnant que l’UE et les pays européens souhaitent.

Le problème est que les pays se demandent rarement comment ils vont également protéger les travailleuses migrantes contre l’exploitation :

« On constate à chaque fois qu’aucune considération n’est accordée à la manière dont les femmes bénéficient de leur intimité ou de leur sécurité. Et qu’ils sont précisément exposés et peuvent être contraints à des situations transfrontalières parce qu’ils sont dans une position vulnérable où ils peuvent potentiellement perdre leur séjour et leur emploi s’ils ne font pas ce que disent les employeurs », déclare Sine Plambech. Elle estime donc également que les systèmes espagnol et marocain sont, de l’avis général, un « exercice de bureau ».

« L’installation semble assez semblable à celle d’un bureau. Si vous avez un tel système, vous avez également besoin d’une structure et d’une union très solides autour de lui. Lorsqu’il n’y a pas de structures autour des femmes, elles peuvent être exploitées. Vous devriez savoir que dans un système politique, si franchement ça ressemble à un montage inhumain. »

Danwatch a demandé au ministère espagnol de l’inclusion, de la sécurité sociale et de la migration ce qu’il faisait pour protéger les femmes migrantes contre les abus et l’exploitation sexuels – mais il n’a pas répondu à cette question non plus.

Pour le bien de leur travail et de leur sécurité, tous les cueilleurs de fraises sont anonymes. Danwatch est conscient de leur véritable identité.

Danwatch, 09/07/2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, travailleuses de la fraise, huelva, travailleurs saisonniers,