Enquête danoise: Femmes marocains abusées dans les champs de fraise

Des femmes marocaines témoignent d’abus sexuels généralisés dans les champs de fraises en Espagne.

Les cueilleurs de fraises dans les exploitations agricoles espagnoles disent qu’ils sont punis pour avoir refusé des relations sexuelles avec leurs supérieurs, et chez un fournisseur, des employés ont accusé leurs patrons de viols et d’agressions. Danwatch s’est rendu en Espagne et a parlé à certaines des femmes qui cueillent les fraises vendues dans les supermarchés danois.

Un parfum lourd et sucré de fraises flotte dans l’air, qui est chaud de plus de 30 degrés Celsius.

Jadida » a presque entièrement caché son visage avec une paire de lunettes de soleil lorsque nous la prenons dans notre voiture au bord de la route. Elle a menti en disant qu’elle était allée en ville pour faire des courses, alors il faudra penser à s’arrêter au supermarché au retour, dit-elle immédiatement en s’installant sur le siège arrière sans enlever ses lunettes de soleil.

« Sinon les autres vont se méfier. »

Derrière nous, il y a des tunnels ronds de serre blanche avec des lits de fraises presque à perte de vue, jusqu’à ce que quelques maisons autour d’un portail d’entrée s’élèvent au-dessus de la mer de plastique blanc. C’est ici, dans une grande ferme qui vend des fraises aux magasins danois Føtex, que Jadida travaille.

Il n’est pas facile de parler aux personnes qui cueillent les fraises espagnoles vendues dans les supermarchés danois. Les champs de fraises sont clôturés et, à de nombreux endroits, les portes et portails électriques se ferment à notre approche, ou les entrées sont surveillées par des gardes qui demandent ce que nous faisons dans la région.

L’autre jour, cependant, nous avons réussi à passer un garde et à entrer dans certaines des petites cabanes où vivent les femmes, principalement marocaines et roumaines, qui cueillent les fraises et les myrtilles de la ferme. Ici, nous avons donné nos numéros de téléphone à quelques cueilleurs de fraises et leur avons dit de nous contacter s’ils voulaient parler.

Deux jours plus tard, Jadida a appelé pour dire qu’elle voulait qu’on se rencontre. Son patron la harcèle et la punit parce qu’elle refuse d’avoir des relations sexuelles avec lui, dit-elle.

Double trempage

Ce sont surtout des femmes d’Europe de l’Est et du Maroc qui cueillent les fraises dans la plus grande région productrice de fraises d’Europe, Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne.

Comme les travailleurs migrants d’autres secteurs de l’agriculture espagnole, de nombreux cueilleurs de fraises sont confrontés à des humiliations et à des conditions de travail dégradantes.

Mais un certain nombre d’affaires survenues ces dernières années ont montré que les femmes travaillant dans l’industrie de la fraise sont aussi souvent exposées au harcèlement et aux abus sexuels.

Après des mois de recherche et un voyage à Huelva en mai 2021, Danwatch peut le confirmer. Pendant dix jours en Espagne, nous avons réussi à parler à cinq cueilleurs de fraises qui nous ont dit que leurs patrons essayaient de faire pression sur eux pour qu’ils aient des relations sexuelles et qu’ils les harcelaient et les punissaient s’ils refusaient. Plusieurs d’entre eux travaillent dans de grandes exploitations qui vendent leurs fraises dans toute l’Europe – y compris dans les magasins danois Føtex, selon nos recherches.

Danwatch a également découvert que des cueilleurs de fraises ont déjà accusé des managers de violence et de viol chez un fournisseur de Lidl. Lidl souligne que l’accusation de viol a été rejetée par un tribunal espagnol en raison du manque de preuves. Mais la chaîne de supermarchés ne fait pas valoir que l’absence de preuves est liée au fait que le cueilleur de fraises lésé a dû rentrer chez lui au Maroc – et que les allégations de violence n’ont jamais été portées devant un tribunal.

Il dit qu’il a été très patient

Pour Jadida, 34 ans, tout a commencé quelques jours après son arrivée en Espagne en provenance du Maroc en février 2021.

Son superviseur, un homme grand et costaud d’une cinquantaine d’années, s’était montré extrêmement aimable dès le début, l’aidant à effectuer les tâches difficiles qui lui laissaient rapidement le dos douloureux.

Le deuxième jour de Jadida dans le champ, un autre cueilleur de fraises lui a demandé si elle voulait de l’huile d’olive extra-vierge. Jadida avait déjà de l’huile, mais l’autre femme a insisté et lui a demandé de venir avec elle après le travail.

« Alors je suis allé avec elle. Mais elle m’a juste conduit à la maison du superviseur, et ensuite elle a disparu. Je voulais partir, mais il m’a demandé de venir dans sa chambre », dit-elle.

« Il a dit qu’il voulait juste parler. Mais il n’y avait que son lit et deux chaises – pourquoi devions-nous entrer là-dedans et parler ? »

Jadida a décliné l’invitation du superviseur et a refusé d’entrer dans la pièce. Mais elle a pleuré en partant, craignant déjà ce que la situation pourrait devenir.

Dans le temps qui a suivi, le superviseur est devenu de plus en plus direct. Il a rendu visite à Jadida sur le terrain, a obtenu son numéro et l’a appelée constamment, lui demandant de venir chez lui. Elle le rejetait sans cesse, essayant de dire qu’elle était mariée et utilisant des excuses comme le Ramadan.

« Puis il a commencé à se tenir devant moi dans le champ et à dire qu’il allait me faire ceci et cela. Vous savez… ce genre de choses (…) Il dit qu’il a été très patient avec moi. Que je ne peux plus utiliser le ramadan comme excuse, car il est terminé », dit-elle.

Ne pas oser s’exprimer

Après les nombreux rejets, le superviseur d’aujourd’hui est tout sauf amical et serviable. Jadida l’a entendu à plusieurs reprises dire à d’autres superviseurs qu’elle était paresseuse et n’obéissait pas aux ordres.

« Il dit que je dors et que je ne travaille pas. Il me crée des problèmes et m’accuse de choses que je n’ai pas faites », dit-elle.

« Ces derniers temps, quand il y a des problèmes au travail, il commence toujours à me crier dessus et à dire que si je ne veux pas travailler, il me fera renvoyer au Maroc. »

Selon Jadida, certains des autres cueilleurs de fraises couchent avec le superviseur en question. Certains d’entre eux ont arrêté de lui parler. L’un d’entre eux lui a demandé pourquoi elle ne le laissait pas faire ce qu’il voulait, car elle pourrait ainsi obtenir de l’aide pour de nombreuses choses.

Je veux que ça s’arrête. Mais je veux d’abord être en sécurité. Pour l’instant, je suis un étranger et je suis loin de ma propre maison.

« Jadida », cueilleuse de fraises

« Ils sont mariés, mais ils ont peur de perdre leur emploi et n’osent pas parler », dit Jadida.

Elle connaît une autre femme qui a rejeté le superviseur. Entre autres choses, la femme l’a humilié devant les autres travailleurs en disant qu’il ne sait pas comment charmer les femmes.

Mais depuis lors, Jadida l’a souvent vue marcher dans les serres en pleurant. Elle ne sait pas ce qui lui est arrivé. Mais le superviseur continue de dire aux autres travailleurs que la femme « est folle ». Depuis lors, la femme a été déplacée vers d’autres champs de la ferme.

Danwatch a essayé d’entrer en contact avec la femme par l’intermédiaire d’autres employés de la ferme, mais sans succès. Nous avons également essayé d’interroger d’autres femmes de la ferme pour voir si elles pouvaient confirmer l’histoire de Jadida, mais aucune n’a voulu nous parler.

« Dès que je sors d’ici, je veux qu’il soit arrêté », dit-elle.

Disponible en Føtex

Jadida ne fait pas confiance aux autres patrons pour la croire si elle leur dit. Et il y a un gros risque à se manifester. Si elle est licenciée, elle sera renvoyée au Maroc, car il n’est pas possible de changer d’employeur avec le visa de travail temporaire dont elle dispose ici.

Avant d’arriver en Espagne en février, elle avait passé trois ans à essayer de venir ici pour gagner de l’argent pour ses enfants. Ici, elle gagne environ 300 couronnes par jour – une différence notable par rapport aux quelque 50 couronnes qu’elle peut compter pour une journée de salaire au Maroc.

« Je veux que ça s’arrête. Mais je veux d’abord être en sécurité. Pour l’instant, je suis une étrangère et je suis loin de chez moi », dit-elle.

En accord avec Jadida et pour sa sécurité, Danwatch ne peut révéler le nom de la ferme où elle vit et travaille encore. Nous n’avons donc pas été en mesure de confronter la ferme et le superviseur concerné à ses accusations.

Mais nous avons retrouvé la trace des fraises de ferme dans les magasins danois Føtex. Du côté du groupe Salling, propriétaire de Føtex, l’attaché de presse Jacob Krogsgaard Nielsen déclare, entre autres, qu’ils ont ouvert une enquête sur cette affaire, mais qu’ils considèrent que plusieurs des circonstances devraient être examinées par la police espagnole.

« La saison espagnole des fraises étant terminée, nous ne recevons plus de fraises des producteurs en question cette saison, et nous nous abstenons donc d’acheter à nouveau aux producteurs en question jusqu’à ce que l’enquête soit terminée et qu’une conclusion finale soit tirée », écrit-il.

Dépendance profonde

Au cours des trois dernières années, une série d’affaires judiciaires a attiré l’attention du public sur les problèmes d’abus et de harcèlement sexuels dans l’industrie espagnole de la fraise.

En 2018, 10 femmes marocaines ont intenté un procès contre le producteur espagnol de fraises « Doñaña 1998 », l’accusant d’abus, de harcèlement sexuel, de viol et de traite. Plus tard dans l’année, quatre autres femmes ont poursuivi un producteur de fraises non identifié pour harcèlement sexuel, exploitation grossière et fausses déclarations en matière d’emploi et de contrats. Et depuis, d’autres ont suivi.

Danwatch a été en contact avec une autre cueilleuse de fraises qui poursuit actuellement un grand exportateur de fraises et de myrtilles sur le marché européen pour l’avoir soumise à un chantage et un harcèlement sexuels. Toutefois, son avocat a refusé d’être nommé ou cité dans cet article.

CONTEXTE
QUAND 10 FEMMES ONT ACCUSÉ À LA FOIS L’AGRICULTURE ESPAGNOLE ET LES AUTORITÉS D’ABUS

Elle a fait sensation lorsque 10 Marocaines ont intenté un procès en 2018 contre le producteur espagnol de fraises Doñaña 1998, l’accusant notamment de harcèlement sexuel, de viol, de traite et d’une série d’autres violations de leurs droits du travail.

« Je me sentais comme un esclave. Comme un animal. Ils nous ont fait venir ici pour nous exploiter et nous renvoyer ensuite. J’aurais aimé me noyer sur la route avant d’arriver en Espagne », a déclaré l’une des femmes au New York Times.

Les travailleurs et leurs avocats ont déclaré au média du sud de l’Espagne, La Mar de Onuba, que des centaines de femmes ont été retenues dans des fermes pendant plusieurs jours après que beaucoup d’entre elles aient signé une série de plaintes auprès de syndicats et d’avocats. Finalement, un bus est arrivé pour les emmener directement au ferry pour le Maroc, même s’il restait une semaine avant la fin de leurs contrats. Seuls les travailleurs qui ont ensuite intenté un procès à l’agriculture ont réussi à rester en Espagne, car ils se sont échappés en escaladant la clôture.

Depuis, les femmes se sont retrouvées sans abri et vivent dans le bureau de leur avocat, tandis que plusieurs d’entre elles ont vu leur famille les battre à la maison. Depuis lors, leur avocat, la police espagnole et les tribunaux se rejettent mutuellement la responsabilité de la lenteur de l’affaire.

Les dix personnes sont toujours en attente d’une décision du tribunal du travail d’Andalousie, qui les accuse d’avoir enfreint le droit du travail. Le tribunal provincial de Huelva a rejeté les accusations pénales, notamment celles d’agression et de trafic, et l’avocate des femmes, Belén Luján Sáez, a maintenant fait appel auprès de la Cour constitutionnelle espagnole. Si l’affaire est rejetée ici, elle sera portée devant la Cour européenne des droits de l’homme, dit-elle.

Belén Luján Sáez affirme, entre autres, que le tribunal provincial de Huelva s’appuie sur un rapport des inspecteurs du travail basé uniquement sur des entretiens avec l’entreprise et les cueilleurs de fraises restés à Doñaña 1998 après que les plus de 100 travailleurs ont été renvoyés au Maroc avant la date prévue.

Selon Belén Luján Sáez, les autorités espagnoles n’ont rendu visite ni interrogé aucune des plus de 100 femmes se trouvant au Maroc, alors que tous leurs noms leur ont été communiqués.

« Trois ans plus tard, personne n’a fait quoi que ce soit avec cette liste », écrit-elle à Danwatch.

Certaines des femmes qui se sont manifestées en 2018 ont dit elles-mêmes qu’elles l’avaient fait au nom de nombreuses autres femmes. Et les experts et les organisations soulignent qu’il existe d’énormes dissimulations concernant les agressions sexuelles dans le secteur.

« De nombreux travailleurs n’osent pas s’exprimer face à l’exploitation flagrante, car ils sont tellement dépendants de ce revenu et craignent de perdre leur emploi et la possibilité de revenir la saison suivante », explique Aintzane Márquez, avocate principale à l’organisation de défense des droits humains Women’s Link Worldwide, où elle représente le groupe de quatre femmes qui a intenté un procès contre un producteur de fraises en 2018.

Elle est soutenue par Angels Escrivà, professeur de sociologie à l’université de Huelva et membre du réseau Mujeres 24H, qui œuvre pour les droits des travailleuses migrantes. Dans le cadre de son travail, elle a interrogé de nombreux travailleurs migrants sur ce qu’on leur disait du travail avant qu’ils ne viennent en Espagne.

« Beaucoup n’avaient reçu pratiquement aucune information préalable sur leurs contrats ou leurs conditions de travail. La seule chose que l’on avait dit à tout le monde était : Gardez votre bouche fermée. Fais ce qu’on te dit et ne cause pas de problèmes. »

Les affaires judiciaires ont conduit au sans-abrisme

Les nombreuses femmes marocaines viennent à Huelva grâce à un accord spécial de migration entre l’Espagne et le Maroc. Rien qu’en 2019, près de 20 000 Marocaines sont venues de cette manière dans le cadre de stages temporaires.

Danwatch peut documenter que l’agence de recrutement de l’Etat marocain exige explicitement que les cueilleurs de fraises soient issus de zones rurales pauvres et qu’ils aient des enfants de moins de 14 ans vivant à la maison. Ce dernier point est considéré par certains experts comme une protection contre le retour des femmes chez elles une fois la saison terminée.

Dans le cadre de cet accord, les femmes comme Jadida ne peuvent pas changer d’employeur pendant la saison, tandis que leur relation avec leur première entreprise détermine si elles peuvent revenir en Espagne l’année suivante. Combinée à l’isolement et au manque de connaissances linguistiques, la forte dépendance économique place les femmes dans une position vulnérable, affirment plusieurs experts et organisations.

« Les femmes sont très exposées à la violence sexiste, en particulier à la violence sexuelle, car elles peuvent se voir demander des faveurs sexuelles par leurs supérieurs et être confrontées à un harcèlement et à des agressions sexuelles qu’elles ne peuvent dénoncer si elles veulent conserver leur emploi », explique Aintzane Márquez.

Et cela a eu de lourdes conséquences pour les femmes qui se sont manifestées. Plusieurs des cueilleurs de fraises qui ont poursuivi Doñaña en 1998 ont fini par vivre dans la rue en Espagne pendant un certain temps – et plusieurs d’entre eux ont déclaré que leurs maris ou leurs familles les avaient battus.

La saison des avortements

L’industrie de la fraise a mis en garde à plusieurs reprises contre toute généralisation sur la base de cas individuels et, selon les chercheurs et les ONG, il n’existe aucune étude quantitative prouvant l’ampleur du problème.

Mais il existe d’autres indicateurs : dans la ville de Palos de la Frontera, qui est entièrement entourée d’exploitations de fraises, Josefa Mora Gomez, assistante sociale au centre de santé local, a pu signaler en 2017 que les taux d’avortement connaissaient toujours un pic lorsque la saison des fraises était en cours.

« Pendant la saison de la cueillette des baies et des fruits, lorsque les travailleurs migrants arrivent, il y a un pic du taux d’avortement, la majorité des demandes provenant de femmes marocaines, roumaines et bulgares », a déclaré Josefa Mora Gomez.

Selon l’assistante sociale, qui était chargée d’approuver toutes les demandes d’avortement, 90 % des demandes à Palos et dans la ville voisine de Moguer provenaient de travailleurs migrants. Elle soupçonnait que beaucoup de ces demandes étaient dues à des viols, a-t-elle dit.

Il n’a pas été possible d’obtenir des chiffres plus récents sur les taux d’avortement auprès du centre de santé.

La maison des femmes en pleurs

Lorsque Danwatch passe en revue la chaîne d’approvisionnement des fraises vendues dans les supermarchés danois, nous trouvons chez Lidl des fraises provenant d’une ferme où les cueilleurs de fraises ont, par le passé, porté des accusations violentes contre leurs supérieurs.

En 2018, German Correctiv ainsi que Buzzfeed Germany ont été parmi les premiers médias européens à mettre en lumière les abus sexuels dans l’industrie espagnole de la fraise. Dans un article et une interview vidéo, la cueilleuse de fraises marocaine « Kalima », entre autres, a raconté en larmes qu’elle avait été violée par son supérieur hiérarchique, « Abdelrahman », et que celui-ci avait agressé plusieurs autres employés. Une autre cueilleuse de fraises de la même exploitation a déclaré que son supérieur hiérarchique « Juan » la battait et lui donnait des coups de pied.

« Il a menacé de me tuer si je n’allais pas avec lui », a notamment déclaré Kalima, expliquant que les abus ont eu lieu dans le bâtiment que les cueilleurs de fraises appelaient « la maison des femmes qui pleurent ».

Pour la sécurité de Kalima, la ferme en question a été anonymisée dans l’article de Correctiv. Mais comme Danwatch coopère avec le journaliste à l’origine de l’histoire originale, nous connaissons le nom de la ferme. Et c’est la ferme même d’où proviennent les fraises que l’on trouve dans les magasins danois de Lidl.

Kalima a ensuite dénoncé Abdelrahman à la police pour viol, et elle a été placée dans un refuge à Séville, en partie parce que, selon Kalima, il lui a envoyé des menaces de mort après le signalement. Danwatch dispose à la fois du rapport de police de la femme et d’un rapport d’un gynécologue et d’un médecin confirmant qu’elle a été soumise à une « agression sexuelle ».

Comme Kalima n’avait aucun revenu au refuge, elle a dû retourner au Maroc après un mois, selon les journalistes à l’origine des articles de Correctiv et Buzzfeed. Elle était censée être de retour en Espagne pour le procès mais n’avait pas les moyens de faire le voyage, et elle n’a jamais dit à sa famille ce qu’elle avait subi.

L’année suivante, le tribunal de district a rejeté l’affaire alors que Kalima était absent au Maroc. Selon les documents judiciaires obtenus par Danwatch, le tribunal n’a pas considéré que les faits de l’affaire étaient suffisamment prouvés. Ils ont écrit que cela était dû, entre autres, au fait que Kalima ne pouvait pas être contacté. Mais le dossier pourrait être rouvert si elle pouvait être contactée, selon le raisonnement officiel.

Dans les magasins Lidl danois

La ferme où Kalima travaillait autrefois se trouve parmi des centaines d’autres exploitations de fraises, dans ce qui semble être un labyrinthe sans fin de serres blanches. Le matin, vous voyez des rangées de femmes à genoux et accroupies, remplissant des plateaux et des boîtes de baies. L’après-midi, on voit des cueilleurs de fraises marcher deux par deux le long des routes désertes de la lande.

Après plusieurs jours d’efforts, Danwatch parvient à parler à deux cueilleurs de fraises de la ferme en question. Ils affirment ne pas avoir connaissance de cas actuels d’abus sexuels sur le site.

Mais ils confirment que Juan est toujours en charge. Et qu’Abdelrahman – quatre ans après les accusations de viol et d’agressions répétées – est toujours le superviseur des nombreuses cueilleuses de fraises.

Les allégations de violences et de viols ont été présentées à plusieurs reprises à la direction de l’exploitation en 2018. Et Lidl en Allemagne a été mis au courant du problème, car Correctiv a trouvé des fraises provenant de la coopérative à laquelle l’exploitation s’approvisionne dans un magasin Lidl allemand de l’époque.

À l’époque, la chaîne de supermarchés a pris ses distances par rapport à ces allégations et a promis d’enquêter.

Mais lorsque Danwatch a contacté Lidl Danemark cette année, la branche danoise de la chaîne de supermarchés n’a pas pu répondre à ce que l’enquête a révélé.

Le responsable de la communication de Lidl, Morten Vestberg, souligne que la chaîne de supermarchés estime que toute forme de violence sexiste est inacceptable et doit être combattue. Et il souligne que le superviseur de la ferme n’a jamais été condamné pour viol :

« Selon les informations dont nous avons pris connaissance, la plainte pénale déposée en 2018 par l’employé du producteur a été rejetée par le tribunal de district de Moguer, car le tribunal n’a pas considéré que les faits entourant les circonstances étaient suffisamment prouvés. Sur cette base, nous avons poursuivi notre coopération avec le fournisseur et son fabricant », écrit-il dans un courriel.

Nouvelles violations

Comme vous le savez, les motifs du tribunal de district pour le rejet de l’affaire indiquent que le manque de preuves est lié au fait qu’il n’a pas été possible d’entrer en contact avec Kalima. Et il est dit que l’affaire peut être rouverte si elle peut être jointe.

Danwatch a essayé d’obtenir de Lidl qu’il explique pourquoi la femme blessée a dû retourner au Maroc. Et que, selon le tribunal lui-même, cela a été un facteur décisif dans le rejet de l’affaire. Mais Lidl ne souhaite pas faire de commentaires à ce sujet.

Nous avons également essayé en vain d’obtenir de Lidl qu’il commente le fait qu’un certain nombre d’avocats et d’ONG affirment que la sécurité juridique des cueilleurs de fraises est extrêmement faible – et que, selon plusieurs ONG, il est courant que les cas d’abus et d’exploitation échouent parce que les femmes doivent rentrer chez elles.

La chaîne de supermarchés n’a pas non plus voulu commenter le fait que dans l’article de Correctiv, un cueilleur de fraises a également accusé le propriétaire de l’exploitation de battre et de donner des coups de pied aux travailleurs, ce qui n’a jamais été présenté devant un tribunal.

Cependant, Lidl souhaite informer qu’elle a récemment effectué des visites inopinées dans la ferme en question.

« Les inspections inopinées ont malheureusement révélé des violations isolées des réglementations du travail locales et nationales. Par conséquent, nous entamerons dès que possible, avec nos partenaires commerciaux, un dialogue avec le fournisseur en question afin d’élaborer un plan d’action concret dans le but de mettre un terme à toutes les violations des droits, et nous veillerons ensuite à ce que l’entreprise mette en œuvre des mesures concrètes pour améliorer les conditions de travail des ouvriers », écrit Morten Vestberg.

Toutefois, il ne répondra pas à la question de savoir quelles violations les inspections inopinées ont permis de découvrir.

« Alors tu sais qu’il est temps d’aller ailleurs ».

Si les travailleurs saisonniers titulaires d’un visa de travail temporaire risquent de perdre leur salaire s’ils dénoncent le harcèlement et les abus, certains sont encore plus mal lotis. Les milliers de sans-papiers qui travaillent dans le secteur agricole espagnol sans papiers ne peuvent pas se rendre auprès des autorités sans risquer d’être dénoncés à la police et expulsés eux-mêmes.

« Si un homme aime une employée, il la harcèlera s’il le souhaite. C’est vraiment normal », nous dit « Hadiya » devant sa maison, qui se trouve à environ deux mètres et demi de la rangée la plus proche de buissons de myrtilles recouverts de plastique.

Sa maison, composée de pièces de serre mises au rebut, de palettes en bois et de bâches en plastique, est située dans l’un des centaines de camps de fortune qui abritent de nombreux sans-papiers travaillant dans l’agriculture espagnole.

Comme les gens recyclent les râteliers mis au rebut pour tendre le plastique à travers les champs, toutes les maisons ici ont exactement la même forme de tunnel semi-circulaire que les nombreuses serres qui les entourent. Hadiya vient d’agrandir la sienne en y ajoutant une petite véranda avec quelques chaises de jardin, des plantes succulentes en pot dans une balconnière et un barbecue fabriqué à partir d’un vieux baril d’huile.

Hadiya travaille en tant que sans-papiers dans les champs de fraises espagnols depuis que son visa de travail en tant que travailleuse migrante marocaine a expiré il y a deux ans. Depuis lors, elle n’a pas vu son fils, à qui elle envoie de l’argent à la maison.

Dans deux des endroits où elle a cueilli des fraises, elle a constaté que le patron devenait de plus en plus intrusif et finissait par la presser de faire l’amour.

« Alors vous savez qu’il est temps d’aller ailleurs », note-t-elle en haussant les épaules.

Les journalistes repartent

Pendant que nous parlons, deux autres femmes marocaines du camp passent par là. Ils viennent directement du travail dans les champs, où ils travaillent également sans papiers. Cela signifie, entre autres, qu’ils gagnent environ 220 couronnes par jour, au lieu des quelque 300 couronnes pour les travailleurs en situation régulière – et que, bien sûr, ils peuvent être licenciés du jour au lendemain et ne peuvent pas vraiment se plaindre des conditions, expliquent-ils.

L’une d’entre elles, Saeeda, se met presque à rire lorsque nous lui demandons si le harcèlement sexuel existe dans les fermes.

« Bien sûr », dit-elle en nous regardant comme si nous étions des idiots.

Depuis que l’ONU a émis de fortes critiques sur les conditions des sans-papiers à Huelva au printemps 2020, il est devenu plus difficile de trouver du travail quand on n’a pas de papiers, affirment plusieurs travailleurs agricoles avec lesquels Danwatch s’est entretenu.

« Quand le patron engage une femme, il veut quelque chose en retour. Si elle lui plaît, il la laisse travailler jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il veut », note Saeeda.

« Il a l’argent, il a le pouvoir, et les femmes devront toujours faire ce qu’il dit. Nous ne pouvons rien faire contre le patron », ajoute Hadiya.

Aucune des femmes ne veut donner le nom des fermes où elles ont été victimes de harcèlement sexuel et d’extorsion.

« Nous sommes venus ici pour travailler pour nos enfants. Nous n’aurons pas de problèmes. Vous, les journalistes, vous repartez, mais je vais rester ici. C’est moi qui risque de m’attirer des ennuis », dit Hadiya.

Pas d’accès à la justice

Pour ceux qui ont un visa de travail et qui peuvent signaler les violations sexuelles à la police, un long combat les attend souvent.

Les 10 femmes qui ont intenté un procès à Doñaña 1998 en 2018 attendent toujours une décision du tribunal du travail d’Andalousie sur les accusations de violation du droit du travail. Le tribunal provincial de Huelva a rejeté les accusations criminelles, notamment celles d’agression et de trafic, et l’avocat des femmes a maintenant fait appel auprès de la Cour constitutionnelle espagnole. Si l’affaire est rejetée ici, ils iront devant la Cour européenne des droits de l’homme, dit-elle.

Les quatre femmes représentées par Aintzane Márquez ont vu leur affaire rejetée par le tribunal du travail, mais elles ont fait appel et attendent que les accusations de chantage sexuel soient portées devant un tribunal pénal. Entre-temps, ils sont rentrés au Maroc parce qu’ils ont été licenciés par le producteur de fraises qu’ils accusent, la même entreprise qui les aurait invités à revenir en Espagne s’ils devaient travailler une autre saison.

Ana Pinto, porte-parole du réseau de cueilleurs de fraises Jornaleras de Huelva en Lucha, souligne à Danwatch qu’il existe de nombreux obstacles avant que les cas d’abus contre les femmes espagnoles ne soient portés devant les tribunaux.

« Alors imaginez ce que c’est pour les femmes d’Europe de l’Est et du Maroc qui sont enfermées au milieu de nulle part. Il faut être extrêmement exigeant rien que pour parler de ce problème, et nous connaissons plusieurs exemples d’entreprises qui s’empressent de renvoyer les gens chez eux dès qu’elles le peuvent », dit-elle.

Aintzane Márquez et Angels Escrivà citent des exemples de policiers qui ne prennent pas au sérieux les plaintes des travailleurs migrants lorsqu’ils finissent par les signaler, ne fournissant jamais d’interprète, par exemple. Et en fin de compte, de nombreuses poursuites engagées contre des producteurs de fraises ces dernières années ont été annulées pour une raison ou une autre, disent-ils. Ni l’un ni l’autre n’a connaissance d’un seul procès intenté par un cueilleur de fraises qui ait débouché sur un véritable procès en faveur des travailleurs.

« Dans la pratique, les femmes n’ont pratiquement aucun accès au système juridique espagnol », déclare Aintzane Márquez.

Aucune réponse

Danwatch a présenté la critique aux autorités espagnoles responsables, mais Antonio Alvarado Barroso, qui dirige l’unité provinciale du travail et de la migration de Huelva, ne peut pas nous dire combien de procès de ce type ont lieu, combien sont abandonnés ou combien tournent en faveur des travailleurs.

Il ne répond pas à la question de Danwatch sur la nécessité de faire davantage pour lutter contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans le secteur, mais souligne qu’il existe un large éventail d’autorités auxquelles les femmes peuvent s’adresser.

Aintzane Márquez, de Women’s Link Worldwide, souligne que les Marocaines viennent en Espagne dans le cadre d’un accord gouvernemental et que l’État espagnol a donc une responsabilité particulière de veiller aux conditions de travail des femmes.

La ministre espagnole du travail, Yolanda Díaz, a annoncé cette année et l’année dernière un renforcement des inspections et des sanctions contre les exploitations agricoles qui violent les droits des travailleurs. Danwatch a tenté d’obtenir une interview avec elle ou avec un autre représentant du ministère espagnol du travail, mais cela n’a pas été possible.

Freshuelva, qui représente les producteurs et distributeurs de fraises de Huelva, ne veut pas nous parler et renvoie aux entreprises individuelles.

Interfresa, qui représente l’ensemble de l’industrie espagnole de la fraise, n’a accepté d’être interviewée que si nous lui envoyions nos questions à l’avance. Lorsque nous l’avons fait, ils ont cessé de répondre à nos courriels.

Je ne veux pas causer de problèmes
De retour dans la voiture avec Jadida, elle refuse de dénoncer le superviseur à la police. Si trois femmes le font en même temps, ça peut marcher, ont dit certains membres du personnel.

Mais Jadida ne sait pas si le superviseur sait déjà ce qui se passe. Et c’est un risque énorme de se manifester.

Cela fait trois ans qu’elle essaie d’aller en Espagne pour travailler. Elle est divorcée et doit envoyer de l’argent pour ses deux jeunes enfants, dont l’un est gravement malade et a besoin d’argent pour des soins médicaux. Et elle a déjà dépensé beaucoup d’argent pour organiser le voyage.

« Cela ne fera que causer des problèmes et ils ne me croiront pas. Il sait comment se défendre », dit-elle.

Peu après, nous la déposons sur la route à une courte distance de la ferme. Elle ramène le dernier morceau elle-même pour ne pas attirer l’attention.

Pour le bien de leur travail et de leur sécurité, tous les cueilleurs de fraises sont anonymes. Danwatch est conscient de leur véritable identité.

Danwatch, 09/07/2021

Etiquettes : Travailleurs saisonniers, champs de fraise, Maroc, Espagne, Huelva,