Dans l’impasse de l’OPEP, les Émirats arabes unis « montrent leurs muscles » à l’Arabie saoudite.

Pile of OPEC Countries Flag Badges: Saudi Arabia, Iran, Venezuela, United Arab Emirates And Kuwait Flag Buttons, 3d illustration

A quoi jouent les Émirats arabes unis en refusant de prolonger l’accord de réduction de la production pétrolière décidé à l’unanimité des membres de l’Opep + la Russie ? Une décision qui a provoqué la colère de l’Arabie saoudite, de l’Iran et de la Russie, principaux perdants de cette guerre des prix. Cela rappelle étrangement la décision des Émirats en 1990, en étroite coordination avec le Koweït, d’inonder le marché pétrolier provoquant la chute des prix, privant l’économie irakienne, exsangue, de substantiels revenus susceptibles de l’aider à panser les plaies de sa guerre contre l’Iran (1980-1988). Une chute qui était à l’origine de la décision de Saddam Hussein d’envahir et d’annexer le Koweït provoquant la première guerre du Golfe.

Le Financial Time repasse en revue le grave conflit qui vient de surgir entre les deux monarchies du Golfe dirigés par deux princes héritiers qui étaient à l’origine de l’invasion du Yémen en 2015 et de la détérioration des relations entre le monde arabe et l’Iran. (Revue de presse. FT)

Par Simeon Kerr à Dubaï et Anjli Raval à Londres

Le refus d’Abu Dhabi de s’aligner sur la majorité des membres de l’Opep Plus la Russie à propos de la limitation de leur production reconduire est un signe de l’intensification de la concurrence entre les deux États du Golfe.

La production de pétrole n’est pas la seule pomme de discorde entre Abou Dhabi et Riyad.

Il y a quelques années, les Émirats et l’Arabie saoudite sont allés jusqu’à élaborer secrètement un plan d’union politique.

Si cette confédération ne s’est pas concrétisée, les deux États autocratiques du Golfe ont combattu les rebelles au Yémen et ont fait front commun pour boycotter le Qatar, accusé de soutenir l’islamisme.

Ces derniers jours, cependant, des fissures dans cette unité sont devenues apparentes, les intérêts de Riyad et d’Abu Dhabi divergeant à nouveau sur des questions allant de la production pétrolière au Yémen, en passant par la normalisation avec Israël et la manière de gérer la pandémie.

Une réunion par vidéoconférence des membres de l’Opep et de ses alliés (Opep+) s’est terminée par une impasse vendredi, après que l’Arabie saoudite et la Russie ont demandé aux producteurs d’augmenter leur production dans les mois à venir. Cette demande visait à atténuer la hausse des prix du pétrole et à prolonger un accord d’approvisionnement existant afin de garantir la stabilité alors que le monde s’engage dans une reprise fragile après la pandémie de coronavirus.

Mais les Émirats arabes unis ont refusé, s’acharnant sur une question de quota de production qu’ils jugent injuste. Les membres de l’Opep se réunissent à nouveau lundi.

« L’intensification de la concurrence au sein des États du Golfe concerne un certain nombre de questions de politique économique », a déclaré Karen Young, chargée de recherche au Middle East Institute. « L’Arabie saoudite a clairement fait monter la pression, tandis que les Émirats arabes unis s’efforcent d’atteindre leurs propres objectifs de rentabilité dans ce marché tendu. Ces géants de l’énergie se préparent aux dix prochaines années de revenus d’exportation pour soutenir leurs politiques économiques. »

Ce sont les EAU qui ont fait le plus de sacrifices. Nous ne pouvons pas conclure un nouvel accord dans les mêmes conditions – nous avons le droit souverain de le négocier.

Suhail Al Mazrouei, ministre de l’énergie des EAU

Les autres pays de l’Opep+ sont d’accord avec le plan visant à augmenter la production de 400 000 barils par jour chaque mois d’août à décembre et à prolonger l’accord au-delà de la date prévue d’avril 2022.

La détérioration des relations entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis s’est conjuguée à la détermination des Émirats à accroître leur capacité de production pour soutenir leurs plans de diversification pétrolière. La lutte pour le pouvoir entre les membres de l’Opep menace désormais la capacité du cartel à s’unifier à long terme et à assurer la stabilité des prix du pétrole.

Dans une rare intervention publique dimanche, le ministère de l’énergie des Émirats arabes unis a déclaré qu’il était favorable à une augmentation de la production, mais a demandé que la production de référence du pays – à partir de laquelle sont calculées les réductions de l’offre – tienne compte de ses capacités de production plus élevées et soit réexaminée pour garantir l’équité « pour toutes les parties ».

La production de pétrole n’est pas la seule pomme de discorde entre Abu Dhabi et Riyad.

Si les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont constitué un « réservoir d’alignement stratégique » au cours de la dernière décennie, « la concurrence économique s’intensifie entre les États du Golfe », a déclaré Marwan Alblooshi, ancien conseiller au cabinet du Premier ministre des Émirats arabes unis.

En 2019, les EAU ont retiré la plupart de leurs forces militaires du Yémen, laissant l’Arabie saoudite seule dans sa bataille contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran. Les forces séparatistes du Sud alliées aux EAU ont alors affronté les forces gouvernementales yéménites soutenues par l’Arabie saoudite.

Si les Émirats arabes unis ont accepté les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour mettre fin à l’embargo commercial et touristique imposé au Qatar, Abou Dhabi s’est inquiété de la rapidité de la réconciliation avec Doha. De même, l’adhésion des Émirats arabes unis à Israël, suite à la normalisation des relations l’année dernière, a fait sourciller l’Arabie saoudite.

Une gestion différente de la pandémie a également été une source de frustration dans les deux États. Depuis dimanche, Riyad a décidé d’interdire les voyages à destination et en provenance des Émirats arabes unis, où la variante Delta représente un tiers de tous les nouveaux cas. L’Arabie saoudite n’a pas approuvé le vaccin produit en Chine, sur lequel les Émirats arabes unis ont largement compté pour leur vaccination de masse.

La menace de l’Arabie saoudite de priver les multinationales de contrats gouvernementaux lucratifs si elles ne délocalisent pas leur siège social à Riyad a été perçue comme une attaque implicite contre Dubaï, le centre commercial des Émirats arabes unis où la plupart des entreprises sont basées.

Les Saoudiens minimisent les tensions, soulignant que les querelles de l’OPEP sont de simple conflits commerciaux et que les restrictions liées au coronavirus sont une question de « sécurité » et non de politique.

« Pendant plus de 40 ans, les Émirats arabes unis ont toujours suivi l’exemple saoudien au sein de l’Opep », a déclaré Abdulkhaleq Abdulla, professeur de sciences politiques à Dubaï. « Mais ces derniers temps, les Émirats arabes unis se sont montrés plus intransigeants quant à leur juste quota et ils montrent maintenant leurs muscles sur ce front ».

Dans le cadre de l’accord Opep+ proposé, les EAU réduiraient proportionnellement leur production de 18 %, contre une réduction de 5 % pour le royaume et une augmentation de 5 % pour la Russie. Les Émirats arabes unis ont déclaré avoir fermé environ 35 pour cent de leur capacité de production actuelle, contre une moyenne d’environ 22 pour cent pour les autres pays de l’accord.

Les EAU avaient demandé que les références de production de base soient revues lors d’une réunion ultérieure. Cette demande a été rejetée.

« Le comité ministériel conjoint de suivi (de l’Opep) n’a malheureusement proposé qu’une seule option, celle d’augmenter la production à la condition d’une extension de l’accord actuel, ce qui prolongerait la référence de production de référence injuste des EAU jusqu’en décembre 2022 », a déclaré le ministère de l’Énergie des EAU dans un communiqué.

Amrita Sen, du cabinet de conseil Energy Aspects, a déclaré : « Les divergences d’opinion croissantes entre Riyad et Abu Dhabi sur les politiques étrangère, économique et de sécurité, ainsi que sur la politique pétrolière elle-même, vont compliquer les futures discussions de l’Opep et les efforts visant à maintenir l’accord Opep+ ».

Selon des initiés, le débat fait rage à Abou Dhabi, aux plus hauts niveaux de la compagnie pétrolière nationale, sur l’opportunité de quitter le cartel pétrolier. Un départ permettrait aux Émirats arabes unis de financer des plans de diversification de l’économie – de la production de raffineries et de produits pétrochimiques à une bourse des matières premières nouvellement créée et à son propre indice de référence du brut, qui nécessite un accès aux volumes pour être couronné de succès.

Selon les analystes de l’énergie, le départ des Émirats arabes unis du cartel pourrait déclencher une course effrénée à la production qui saperait l’objectif de l’Opep+.

« Les EAU sont ceux qui ont fait le plus de sacrifices », a déclaré Suhail Al Mazrouei, ministre de l’énergie des EAU, à CNBC dimanche. « Nous ne pouvons pas conclure un nouvel accord dans les mêmes conditions – nous avons le droit souverain de négocier cela. »

Finacial Times via Afrique Asie, 06/07/2021

Etiquettes : OPEP, Emirates Arabes Unis, pétrole, production, prix,