L’Égypte et le Soudan demandent à l’ONU d’agir sur le barrage du Nil, l’Éthiopie dit « non ».

NATIONS UNIES (AP) – L’Egypte et le Soudan ont exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU jeudi à entreprendre une « diplomatie préventive » et à demander un accord juridiquement contraignant pour résoudre un différend avec l’Ethiopie sur la disponibilité de l’eau de son barrage sur le Nil, mais l’Ethiopie a insisté sur le fait que la question peut être résolue par l’Union africaine et de nombreux membres du Conseil ont approuvé.

L’Égypte et le Soudan ont demandé la réunion du Conseil et envoyé leurs ministres des affaires étrangères à New York pour appeler à une action du Conseil, affirmant que dix années de négociations avec l’Éthiopie ont échoué et que le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne (Grand Ethiopian Renaissance Dam ou GERD) commence à remplir une deuxième fois son réservoir, ce qui non seulement viole un accord de 2015, mais constitue une « menace existentielle » pour 150 millions de personnes dans les pays en aval.

Le barrage sur le Nil bleu est achevé à 80% et devrait atteindre sa pleine capacité de production en 2023, ce qui en fait la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique et la septième du monde, selon les rapports des médias d’État éthiopiens. L’Éthiopie affirme que le barrage de 5 milliards de dollars est essentiel pour promouvoir le développement économique et s’assurer que la grande majorité de sa population ne manque pas d’électricité.

Le ministre éthiopien de l’eau, Seleshi Bekele Awulachew, a déclaré au Conseil que le remplissage du réservoir faisait partie de la construction du barrage et que le Conseil de sécurité ne devrait pas être impliqué dans la question des eaux du Nil, affirmant qu’aucune question n’est plus éloignée de son mandat consistant à assurer la paix et la sécurité internationales.

« L’Union africaine est saisie de la question et facilite habilement nos négociations », a-t-il déclaré. « L’Éthiopie estime qu’un accord est à portée de main, compte tenu de la volonté politique nécessaire et de l’engagement à négocier de bonne foi. »

Awulachew a déclaré que le Conseil de sécurité devrait encourager l’Égypte et le Soudan à négocier sérieusement un accord sur le remplissage et le fonctionnement du GERD.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shukry et le ministre soudanais des Affaires étrangères Mariam al-Mahdi ont reproché à l’Ethiopie de manquer de volonté politique.

Ils ont exhorté le Conseil de sécurité à approuver une résolution rédigée par la Tunisie qui exigerait de l’Égypte, du Soudan et de l’Éthiopie qu’ils négocient un accord juridiquement contraignant dans un délai de six mois sous les auspices de l’Union africaine « qui garantisse la capacité de l’Éthiopie à produire de l’hydroélectricité […] tout en évitant d’infliger des dommages importants à la sécurité de l’eau des États en aval ».

Le projet encourage les autres parties « à s’engager activement dans les négociations en vue de régler les questions techniques et juridiques en suspens ». Et il exhorte l’Éthiopie « à s’abstenir de continuer à remplir unilatéralement le réservoir du GERD » et appelle l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie « à s’abstenir de faire des déclarations ou de prendre des mesures susceptibles de compromettre le processus de négociation. »

Mme Al-Mahdi a déclaré que le Soudan et l’Égypte estiment que la conclusion d’un accord dans les six mois est « très possible si la volonté politique est présente. »

Elle a déclaré aux journalistes après la réunion du conseil : « Ce que nous avons entendu là-bas est vraiment encourageant – qu’il s’agit d’une question très importante qui suscite l’intérêt du monde parce qu’il s’agit d’une menace imminente pour la stabilité et la sécurité d’une région importante dans la partie orientale de l’Afrique. »

« Nous sommes très optimistes quant au fait que le Conseil de sécurité abordera cette question de manière responsable, et qu’elle ne sera pas simplement rayée de son ordre du jour », a déclaré Mme al-Mahdi.

Elle a noté que certains membres du Conseil s’inquiètent du précédent que constituerait le traitement d’un problème d’eau, mais elle a souligné que le traitement de la DIRD constituerait « un précédent » en matière de diplomatie préventive « et d’examen des signes d’alerte précoce », ce qui éviterait d’avoir à gérer une mission de maintien de la paix par la suite.

L’Égyptien Shukry a déclaré que tous les membres du Conseil ont indiqué qu’aucune action unilatérale ne devait être entreprise par les trois pays, mais il a omis de mentionner que l’Éthiopie a déjà pris deux fois des mesures unilatérales pour remplir le réservoir du GERD, ce qui a « un impact négatif sur les négociations ».

Néanmoins, a-t-il ajouté, les membres du Conseil ont manifesté leur soutien à tous les éléments du projet de résolution. L’Égypte attend donc avec impatience son approbation, qui « renforcera et habilitera » les efforts déployés par le président congolais Felix Tshisekedi, en sa qualité de président de l’UA, pour engager des négociations avec les trois parties et négocier un accord juridiquement contraignant.

« Il ne s’agit pas d’une question d’eau. C’est une question de diplomatie préventive, une question de résolution de conflit » qui concerne le barrage « et la menace existentielle qu’il représente », a déclaré M. Shukry. Chaque membre du Conseil devra fournir une justification s’il n’aborde pas la question, d’autant plus que le projet de résolution reflète « chaque chose qui a été dite par les membres du Conseil » et soutient les négociations menées par l’UA.

Le ministre égyptien a déclaré que les actions de l’Éthiopie menacent « la sécurité de l’Égypte et du Soudan » et que son manque de volonté politique a été « un obstacle majeur à la conclusion d’un accord, malgré la modération et la flexibilité dont ont fait preuve l’Égypte et le Soudan. »

Interrogé sur l’utilisation de moyens militaires, M. Shukry a déclaré que l’Égypte continuerait à faire preuve de flexibilité et de volonté de soutenir le processus dirigé par l’UA, mais qu’en même temps, elle « défendrait les intérêts des citoyens et leurs moyens de subsistance avec tous les moyens à sa disposition. »

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a déclaré que les États-Unis pensent que la question du partage des eaux du Nil « peut être réconciliée … avec un engagement politique de toutes les parties, à commencer par la reprise urgente des négociations sous la direction de l’UA ».

Elle n’a pas mentionné la résolution tunisienne mais a déclaré : « Nous pensons que l’Union africaine est l’instance la plus appropriée pour régler ce différend, et les États-Unis s’engagent à fournir un soutien politique et technique pour faciliter une issue favorable. »

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, s’est dit préoccupé par « l’escalade de la rhétorique de la confrontation » et a déclaré que « les affirmations concernant un éventuel recours à la force sont inacceptables. »

Etiquettes : Ethiopie, Soudan, Egypte, barrage, eau, ONU, UA,