Algérie: Le risque d’un réel dérapage

Tous les spécialistes sont d’accord pour dire que nous sommes bel et bien dans cette troisième vague tant redoutée du coronavirus. Et pour notre malheur nous ne sommes, selon les mêmes spécialistes, qu’au début de cette vague. Autrement dit le pire est à venir et le pic risque d’être atteint d’ici la fin de ce mois de juillet.

Aujourd’hui les chiffres continuent d’augmenter de jour en jour et frôle les 500 cas de contamination par jour. Des chiffres jamais atteints depuis la deuxième vague de l’automne dernier où l’on a dépassé les 1000 cas par jour et les 25 décès quotidiens. Les chiffres de ces derniers temps risquent d’aller encore plus haut au fur à mesure que passent les jours et les semaines. A cela, il faut ajouter le fait que le pays n’est pas épargné par la présence de tous les variants connus du virus, à commencer par le dernier d’entre eux et le plus contagieux, qu’est le variant Delta, un développement du variant indien, qui terrorise tous les gouvernants de la planète, et refroidi tous les espoirs et les prémices de sortie de crise auxquelles rêvaient plusieurs pays, engagés depuis longtemps dans une vaccination plutôt réussie.

Mais pour revenir à l’Algérie, la situation délicate, et heureusement pas encore dramatique, que nous connaissons, n’a en vérité rien de surprenant et était prévisible depuis des mois déjà. Des mois où les Algériens ont coupé court avec toutes les précautions nécessaires pour faire face à ce virus. Ni lavage des mains, ni distanciation physique, et surtout abandon quasi total du port de masque. Tout était fait et réuni pour arriver là où nous en sommes aujourd’hui.

Et ce n’est peut être que le début d’une période compliquée et difficile qui risque de laisser des traces et des drames pour beaucoup d’entre nous, surtout que la campagne de vaccination balbutie toujours, car après le manque des vaccins vécu au début, les pouvoirs publics font face à un autre écueil qu’est celui du refus des citoyens de se faire vacciner.

Mais à bien voir, le refus du vaccin, comme le non respect des gestes barrières, se nourrissent de cette même fausse idée et croyance absurde bien diffusée aujourd’hui au sein de la population et qui fait croire que le virus n’existe plus. Une idée qui a fait son chemin parmi et qui menace aujourd’hui sérieusement toute action visant à contenir la pandémie et à en contrôler le développement. Pourtant l’Algérie a réussi magnifiquement sa lutte contre la covid au tout début, avant que tout ne dérape, comme si à un moment, quelque chose a gravement dysfonctionné et aboutit à la triste situation que nous connaissons aujourd’hui.

Par Abdelmadjid Blidi

Ouest Tribune, 07/07/2021

Etiquettes : Algérie, coronavirus, covid 19, pandémie, contaminations,