Maroc: Raïssouni n’est plus que l’ombre de lui-même

Le journaliste Soulaimane Raissouni est prisonnier des oubliettes du roi du Maroc

Le rédacteur en chef marocain Soulaimane Raissouni n’est plus l’ombre de lui-même après trois mois de grève de la faim. Il a été arrêté après avoir critiqué la gestion de la pandémie de corona.

Le flamboyant journaliste marocain Soulaimane Raissouni, issu d’une famille d’intellectuels, est connu pour sa plume acérée. Dans ses articles, il n’hésite pas à critiquer le grand pouvoir du roi Mohammed VI et de sa clique corrompue. Mais il y a un an, la critique de l’approche de la pandémie de corona a apparemment été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

« Il y a plus de personnes arrêtées que de personnes testées pour le virus », avait grondé Raissouni dans un commentaire. Quelques jours plus tard, des policiers en civil sont venus le chercher tôt le matin à son domicile à Casablanca. Depuis lors, il est détenu dans la tristement célèbre prison d’Oukacha, dans la ville portuaire marocaine.

Des tactiques éprouvées

Selon les autorités, Raissouni (49 ans) a été arrêté pour avoir tenté de violer un homme gay. Mais les organisations de défense des droits de l’homme soulignent que ces accusations à caractère sexuel sont devenues une tactique éprouvée ces dernières années pour réduire au silence les militants et les journalistes critiques.

D’abord, un critique est arrêté, suivi d’un lynchage publicitaire par les médias pro-gouvernementaux, puis d’un long procès et d’une lourde peine de prison. Auparavant, Taoufik Bouachrine, fondateur de Akhbar al-Yaoum, le journal dont Raissouni était le rédacteur en chef, a disparu derrière les barreaux pendant des années de la même manière. Et en ce moment, un journaliste d’investigation indépendant qui a publié des articles sur la corruption est également en prison pour viol.

Autocensure

Le résultat est un climat étouffant, dans lequel la plupart des journalistes s’autocensurent. Le journal de Raissouni, qui connaissait des problèmes financiers depuis un certain temps, a fait faillite en mars. En raison de son emprisonnement, il n’a pas vu son fils grandir. Et en avril, il a entamé une grève de la faim en signe de protestation. Lorsqu’il a comparu devant le tribunal le 10 juin, il était émacié et déjà incapable de marcher sans soutien.

Entre-temps, Raissouni a entamé une grève de la faim depuis trois mois et les membres de sa famille craignent pour sa vie. Dans une tentative spectaculaire d’attirer l’attention sur son sort, sa femme Kholoud Mokhtari a récemment posté sur les médias sociaux un linceul blanc qui lui était destiné. Elle a déclaré à l’agence de presse AFP que la dernière fois qu’elle l’a vu, son mari ne pouvait même pas se tenir debout ou tenir une conversation : « Il ressemblait à un cadavre. »

Trouw, 06/06/2021

Etiquettes : Maroc, Soulaïman Raïssouni, presse, journalistes, grève de la faim, répression,