Raïssouni ou le danger du journalisme au Maroc (NYT)

La grève de la faim d’un journaliste pendant un mois met en évidence les dangers du journalisme au Maroc.
Soulaimane Raissouni, qui est détenu sans procès depuis plus d’un an, a entamé une grève de la faim qui dure depuis plus de 80 jours.

Par Nicholas Casey et Aida Alami
3 juillet 2021
Pendant des années, Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef d’un journal marocain, n’a pas hésité à rendre compte de certaines des questions les plus sensibles dans le royaume d’Afrique du Nord, notamment les manifestations antigouvernementales qui ont éclaté en 2011 et 2016. Mais ses critiques sur la façon dont les autorités ont géré la pandémie semblaient aller trop loin.

Il y a un peu plus d’un an, il a été arrêté à son domicile à Casablanca après des accusations d’agression sexuelle – des allégations qu’il dit être fausses et inventées pour l’intimider. Emprisonné depuis, il a entamé une grève de la faim il y a près de trois mois en signe de protestation.

Le 10 juin, il s’est présenté au tribunal, émacié et incapable de marcher sans aide. « S’il vous plaît, ramenez-moi en prison pour y mourir », a-t-il dit au juge.

M. Raissouni est l’un des dix journalistes marocains au moins qui ont été emprisonnés ces dernières années, la plupart d’entre eux étant accusés de crimes sexuels et d’autres actes jugés illégaux au Maroc, notamment certaines formes d’avortement. Les groupes de défense des droits affirment que ces affaires sont poursuivies par des autorités dont le véritable objectif est de réduire au silence le petit cadre de journalistes indépendants du pays par des accusations fausses et politiquement motivées.

Tous les journalistes détenus avaient publié des articles sur la corruption ou l’abus de pouvoir dans le royaume, dont beaucoup visaient des entreprises ou des responsables de la sécurité ayant des liens avec le roi Mohammed VI.

Le Maroc, une monarchie constitutionnelle dans laquelle le Parlement élu a peu d’influence sur le palais royal, entretient des liens étroits avec les États-Unis et est un allié fiable dans la coopération antiterroriste. Mais les groupes de défense des droits critiquent depuis longtemps le royaume pour ses limites à la liberté d’expression et ses violations des droits de l’homme.

« La monarchie a asphyxié les médias indépendants lorsqu’ils sont devenus trop critiques », a déclaré Abdeslam Maghraoui, professeur de sciences politiques à l’université Duke.

Le gouvernement marocain a déclaré que M. Raissouni avait bénéficié de « toutes les garanties d’un procès équitable » et que ni ses poursuites ni celles des autres journalistes n’étaient liées à leur travail. Il a ajouté que M. Raissouni avait parfois mangé ces dernières semaines et que « son état de santé reste normal, malgré une perte de poids. »

Le gouvernement a également déclaré que ses accusations d’abus étaient fausses, ajoutant que des représentants de groupes de défense des droits lui avaient rendu visite en prison.

M. Raissouni, 49 ans, a atteint sa majorité dans les années qui ont suivi l’accession au trône du roi Mohammed VI, qui avait promis une plus grande ouverture. Il était le rédacteur en chef du journal Akhbar al-Yaoum, qui a fermé ses portes en mars en raison de l’emprisonnement de ses journalistes et de problèmes financiers de longue date.

Lui et d’autres journalistes marocains réputés s’étaient fait connaître en enquêtant sur les excès du roi précédent. Mais alors qu’ils tournaient leur attention vers le nouveau monarque, la teneur du palais a changé.

Les manifestations pour la démocratie ont atteint le Maroc en 2011, et les journalistes sont devenus de plus en plus la cible des agents de sécurité. Puis, en 2016, la mort d’un poissonnier dans la ville d’al-Hoceima, dans le nord du pays – faisant écho au suicide d’un vendeur de légumes en Tunisie qui avait déclenché les soulèvements du printemps arabe fin 2010 – a déclenché les plus grandes manifestations du Maroc depuis des années. Les autorités ont arrêté des centaines de manifestants et condamné les dirigeants du mouvement à des années de prison.

M. Raissouni a couvert les deux mouvements malgré le harcèlement croissant des journalistes couvrant les manifestations. Au début de la pandémie, il s’en prend à ce qu’il considère comme la mauvaise réponse du gouvernement au coronavirus.

« Il y a plus de gens qui se font arrêter que de gens qui se font tester pour le virus », écrivait-il dans une chronique quelques jours avant son arrestation en mai 2020, critiquant le puissant chef de l’appareil sécuritaire marocain.

La police a arrêté M. Raissouni après qu’un homme a affirmé dans un message sur Facebook avoir été victime d’une tentative d’agression sexuelle. Le message ne nommait pas M. Raissouni, mais lorsque la police a convoqué son auteur, celui-ci a confirmé qu’il accusait le journaliste, selon des documents.

M. Raissouni a nié ces accusations et affirme que les autorités ont utilisé l’accusateur pour le piéger. En avril, il a entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention, notamment l’isolement cellulaire, selon son avocat.

« La grève de la faim est la forme la plus extrême de protestation », a écrit M. Raissouni le mois dernier dans une lettre publique dans laquelle il a déclaré que les fonctionnaires en prison l’avaient battu. « Seul celui qui a été victime d’une grande injustice peut l’entreprendre ».

M. Raissouni n’est pas le seul journaliste au Maroc à avoir été accusé de crimes sexuels après avoir publié un travail d’investigation. En juillet dernier, Omar Radi, un journaliste indépendant qui a écrit sur la corruption officielle, a été emprisonné pour espionnage et viol et est actuellement en procès.

En 2019, Hajar Raissouni, la nièce de M. Raissouni qui est une collègue journaliste, a été condamnée pour avoir eu des relations sexuelles avec son partenaire, avec lequel elle n’était pas mariée à l’époque, et pour avoir avorté – deux crimes au Maroc.

« Je n’ai cessé de penser : « Qu’ai-je fait pour mériter cela ? Qu’est-il arrivé à mes rêves ? », a déclaré Mme Raissouni, qui est partie au Soudan après avoir bénéficié d’une grâce royale.

En 2018, le fondateur et éditeur d’Akhbar al-Yaoum, Taoufik Bouachrine, a été condamné à 12 ans de prison pour agression sexuelle. Le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a conclu que l’affaire était motivée par des raisons politiques, mais la peine a été portée à 15 ans lors d’un appel.

L’année dernière, dans un article d’opinion du Washington Post, Afaf Bernani, une ancienne employée d’Akhbar al-Yaoum, a déclaré que la police avait essayé de la forcer à faire un faux témoignage selon lequel M. Bouachrine l’avait agressée sexuellement. Lorsqu’elle a refusé, elle a été poursuivie pour parjure. Elle a fui en Tunisie.

Selon les experts, ces affaires reflètent une dynamique dangereuse pour les journalistes de manière plus générale en Afrique du Nord et dans le reste du monde arabe. Ces dangers se sont intensifiés sous l’administration Trump, lorsque le président américain a exprimé son admiration pour les dirigeants de pays comme l’Égypte et l’Arabie saoudite, qui utilisent des tactiques répressives.

Après que des responsables du renseignement américain ont conclu que le prince héritier Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite avait ordonné l’assassinat du chroniqueur Jamal Khashoggi à Istanbul en 2018, le président Donald J. Trump a exprimé à plusieurs reprises son scepticisme et a cherché à établir des liens encore plus étroits avec l’Arabie saoudite. Les défenseurs des droits disent que les monarques dans des endroits comme le Maroc ont pris note.

Pourtant, sous l’administration Biden, le secrétaire d’État Antony Blinken a assisté à une réunion avec le ministre des Affaires étrangères du Maroc à Rome le mois dernier et a semblé hocher la tête face aux problèmes rencontrés par les journalistes dans le royaume. Il a tweeté sur la nécessité d’un « intérêt partagé pour la paix et la stabilité régionales et les droits de l’homme, y compris la liberté de la presse ».

Pourtant, l’épouse de M. Raissouni, Kholoud Mokhtari, a déclaré que rien ne pourrait le persuader de suspendre sa grève de la faim.

« Il est convaincu que c’est le seul moyen pour lui d’obtenir un procès équitable et une libération provisoire », a-t-elle déclaré. « Ma demande, en tant qu’épouse, est qu’ils libèrent mon mari. Vous avez accompli votre vengeance. Vous avez détruit nos vies. »

The New York Times, 03/07/2021

Etiquettes : Maroc, Soulaiman Raïssouni, presse, journalistes, Omar Radi, Toufik Bouachrine, répression, liberté d’expression,


Comments are closed.