Le « racisme systémique » à l’origine d’un clash entre la France et l’ONU

Contrairement aux idées reçues, « la statistique publique produit des statistiques ethniques », selon l'Insee.

Une initiative contre le « racisme systémique » déclenche un clash entre la France et l’ONU

Le Haut Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a exhorté la France à rompre avec un vieux tabou : commencer à utiliser des statistiques ethniques pour combattre « le racisme systémique » dans le pays. Et un conflit éclate.

Pour défendre sa laïcité et son esprit républicain, les statistiques ethniques, religieuses ou sexuelles ne sont pas autorisées en France. On ne sait pas combien de races existent et quelle religion elles pratiquent dans le pays.

Le Haut Commissariat aux droits de l’homme a recommandé à plusieurs pays, dont la France, de développer les statistiques ethno-raciales, une pratique généralement rejetée par la tradition française.

Selon un rapport publié par la Commission des Nations unies le 28 juin, les États « devraient collecter et publier des données complètes, ventilées par race ou origine » et analyser « les effets cumulatifs des lois, politiques et pratiques sur des groupes raciaux et ethniques particuliers ».

Le rapport va même plus loin en considérant que  » reconnaître expressément les personnes d’ascendance africaine dans les statistiques est aussi un pas vers la reconnaissance de votre identité et de votre héritage, ce qui va de pair avec leur droit à la dignité. « 

Cet ordre en France est un tabou, qui dépasse les clivages entre la gauche et la droite. Universitaires et politiques l’acceptent comme une norme républicaine.

Si certaines personnalités politiques comme Nicolas Sarkozy ont pu se déclarer en sa faveur, la plupart des hommes politiques sont contre.

Emmanuel Macron a balayé la question en 2020, assurant qu’il préférait la mise en œuvre concrète de mesures anti-discriminatoires plutôt que le recours aux statistiques.

Rejet du gouvernement et du Parlement

Un rapport parlementaire de mars 2020 a enterré le problème.

« L’introduction de statistiques ethniques plus détaillées pourrait sembler utile pour mieux mesurer certaines discriminations. Mais elle pourrait aussi fragiliser la cohésion sociale en reconnaissant l’existence de certaines ‘communautés’ et en figeant certains groupes selon des critères ethniques. Parfois artificiels « , a indiqué le député républicain Robin Reda, président de la mission.

Par ailleurs, il existe déjà des formes de recensement ethnique, au-delà de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978.

Ce texte interdit de « collecter ou traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales, les opinions ethniques, politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à leur santé ou à leur vie sexuelle. »

Mais en 2007, le Conseil constitutionnel a autorisé le traitement nécessaire à la réalisation d’études sur la mesure de la diversité des origines, à partir de données objectives et subjectives.

Ainsi, l’enquête Trajectoires et Origines de Inseed-Ined (TeO) de 2008 interrogeait la nationalité et le lieu de naissance des parents.

Le second volet, prévu pour 2022, interrogera 26 500 personnes sur leurs grands-parents, afin d’étudier comment les origines ethniques peuvent impacter les trajectoires des troisièmes générations.

Très peu d’études, selon le démographe Patrick Simon, « par rapport aux statistiques ethno-raciales établies par certains pays. »

« On observe les origines nationales, mais pas l’appartenance ethno-raciale », précise le spécialiste.

 » L’enquête TéO nous apprend des choses sur les parcours des descendants d’immigrés mais ne constitue pas un levier d’action pour évaluer et agir contre les discriminations dans les entreprises, dans l’accès au logement, dans l’éducation ou dans l’accès à la santé « , assure-t-il.

Le recensement ethnique

Au Royaume-Uni, par exemple, le recensement ethnique permet d’établir des statistiques standardisées qui sont utilisées dans les entreprises et les hôpitaux pour évaluer, par exemple, la mortalité liée à la covidie en fonction de l’origine.

« Le principe politique qui prévaut en France est que l’égalité s’obtient par l’invisibilité des origines ethniques. En France, on considère que poser des questions sur les origines entraîne plus de coûts que d’avantages à en tirer », explique le démographe.

Un calcul risque-bénéfice qui prévaut dans le débat, selon le démographe de l’INED Hervé Le Bras.

« L’argument le plus développé est le risque de communautarisme ou de ghettoïsation. A partir du moment où vous êtes contraint d’appartenir à une catégorie ethnique, vous vous identifiez de plus en plus à elle, ce qui va à l’encontre de toute idée de citoyenneté française « , analyse-t-il.

« Le deuxième problème », selon le démographe, est que « l’ethnicité n’est pas un facteur structurant de la société française, sans nier les discriminations existantes. »

 » Dans des pays comme les États-Unis ou l’Afrique du Sud, le recensement ethnique identifie les descendants de l’esclavage. La racine de ces pays est l’esclavage ou l’apartheid « , argumente-t-il.

« Ce n’est pas du tout le cas en France, où les arrivées sont relativement récentes et beaucoup plus variées. » Les statistiques ethniques ne font donc pas partie de la tradition française, fondée sur une citoyenneté indivisible.

Ce que dit Emmanuel Macron

Dans une interview accordée au magazine It, le président Emmanuel Macron a exprimé son rejet du militantisme ethnique.

« La gauche politique ruine la société française parce qu’elle insiste pour définir ses compatriotes en fonction de leur appartenance ethnique et les décrit comme des victimes », a déclaré le président français.

M. Macron a déclaré que les minorités ethniques ont effectivement été placées « en résidence surveillée » pour l’idéologie de gauche. Il a également reproché aux militants des droits des Noirs et aux féministes de chercher à définir les gens en fonction de leur sexe et de la couleur de leur peau.

Il a affirmé que de tels points de vue provoquent des divisions dans la société française et empêchent les minorités ethniques de s’élever dans l’échelle sociale.

Ses propos sont susceptibles de trouver un écho en France, qui refuse depuis longtemps de catégoriser les personnes en fonction de leurs origines ethniques et interdit les sortes de questions ethniques, qui sont courantes au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

« Société raciale »

« Je vois la société devenir de plus en plus raciale. Nous nous étions libérés de cette approche et maintenant, une fois de plus, nous catégorisons les gens en fonction de leur race et, ce faisant, nous les assignons totalement à résidence », a déclaré le président français.

L’interview de M. Macron a été interprétée comme une tentative de se présenter comme le défenseur d’un modèle social français menacé par le type d’idées de gauche qui sont courantes dans les universités du Royaume-Uni et des États-Unis.

Ses commentaires ont également été perçus comme une tentative d’attirer les électeurs centristes et de réaffirmer leurs revendications avant les élections présidentielles d’avril.

Cependant, elle se définit comme une féministe de type français. « Mon féminisme est un humanisme. Je suis du côté de l’universalisme. Je ne souscris pas à un combat qui définit chacun en fonction de sa propre identité ou de sa propre particularité », a-t-il déclaré.

Ses propos ont été perçus comme un coup de semonce par les féministes américaines, souvent dépeintes en France comme des personnes détestant les hommes, qui cherchent à vivre dans des communautés exclusivement féminines.

« Je pourrais vous présenter de jeunes hommes blancs, qui ont aussi d’immenses difficultés à trouver un emploi pour différentes raisons. Les difficultés sociales ne sont pas seulement structurées par le genre et la couleur de peau, mais aussi par les inégalités sociales « , a-t-il assuré.

Macron a courtisé les groupes féministes français en affirmant qu’il avait été le premier dirigeant dominant à inscrire la violence domestique à l’ordre du jour politique du pays. Il s’est également engagé à améliorer la protection des femmes ayant des partenaires et des maris violents.

Mais elle a refusé d’étendre le délai d’avortement de 12 à 14 semaines, affirmant que le « traumatisme » pour les femmes était plus important après cette période.

Vegna News, 04/07/2021

Etiquettes : France, ONU, racisme systémique, xénophobie, Islamophobie, discrimination, laïcité,