Israël : Le groupe NSO tente de se racheter

Le groupe NSO publie un rapport sur la transparence ; Amnesty estime que c’est trop peu et trop tard.

Le groupe NSO, la société israélienne de logiciels espions dont les produits ont été impliqués dans de nombreuses affaires, du meurtre du journaliste saoudien Jamaal Kashoggi au ciblage et à la surveillance de militants et de journalistes au Maroc, au Mexique, à Chypre et ailleurs, a publié son premier « Rapport sur la transparence et la responsabilité ».

Le rapport de 32 pages comprend une section sur la politique du groupe en matière de droits de l’homme, qui affirme que NSO inclura « l’intégration de procédures de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme afin d’identifier, de prévenir et d’atténuer les risques d’impacts négatifs sur les droits de l’homme », ainsi que « des obligations contractuelles exigeant de nos clients qu’ils limitent l’utilisation de nos produits à la prévention et aux enquêtes sur les crimes graves, y compris le terrorisme, et qu’ils garantissent que les produits ne seront pas utilisés pour violer les droits de l’homme ».

Cependant, Amnesty International, qui a elle-même eu des employés ciblés par la technologie du groupe, a qualifié le rapport de « nouvelle occasion manquée. »

« Le dernier rapport de NSO Group – qui se lit davantage comme une brochure de vente – est une nouvelle occasion manquée pour l’entreprise d’être transparente et de fournir des informations significatives sur les impacts de ses produits sur les droits humains », a déclaré Amnesty.

 » Il est crucial que NSO Group ignore la question de la réparation pour les victimes et ne divulgue pas tous les défis juridiques auxquels l’entreprise a été confrontée en raison de l’utilisation abusive de sa technologie. C’est une omission grave qui laisse les investisseurs dans l’ignorance des risques juridiques auxquels ils peuvent être confrontés. »

En 2019, Amnesty International a révélé que deux défenseurs marocains des droits humains, Maati Monjib et Abdessadak El Bouchattaoui, ont été ciblés par le logiciel Pegasus de NSO Group. Si la cible clique sur un seul lien, Pegasus peut être installé sur un appareil et enregistrer toutes les activités de ses utilisateurs.

Monjib était un universitaire et un militant qui faisait des reportages sur la liberté d’expression dans le royaume nord-africain, tandis qu’El Bouchattaoui était un avocat de la défense représentant les dirigeants du Hirak El-Rif, un mouvement de résidents amazighs autochtones de la région montagneuse du Rif au Maroc qui a protesté contre les brutalités policières en 2016. Quarante-trois dirigeants du mouvement ont finalement été condamnés à des peines de prison allant jusqu’à 20 ans.

Bien que NSO affirme ne vendre qu’à des gouvernements et que ses outils sont destinés à être utilisés pour lutter contre la grande criminalité organisée et le terrorisme, les deux militants marocains sont loin d’être les seuls en dehors de cette définition à être visés par ces outils.

Rien qu’au Mexique, 11 journalistes, activistes et travailleurs anti-corruption ont été ciblés par les outils de NSO entre 2015 et 2016, a rapporté l’OCCRP.

OCCRP, 03/07/2021

Etiquettes, NSO Group, espionnage, logiciels espions, hacking, piratage, Pegasus, Maroc, Israël, Amnesty International,


Comments are closed.