USA-Algérie : Un partenariat à toute épreuve

Le message d’amitié algéro-américaine ne manque pas de pertinence. À un jour près, la célébration de l’indépendance des États-Unis, proclamée le 4 juillet 1776, et de la fête de l’indépendance de l’Algérie, acquise le 5 juillet 1962, souligne la convergence totale des deux pays engagés dans la lutte contre le colonialisme et pour le droit à l’autodétermination institué en principe fondateur et pleinement consacré par la résolution 1514 de l’ONU du 14 décembre 1960, dont l’Algérie combattante a été le fer de lance.

Cette perception commune s’appuie sur une longue histoire marquée par la reconnaissance de l’indépendance américaine par l’Algérie (1783), l’un des tout premiers pays à le faire, la reconnaissance de la résistance du fondateur de l’État algérien, l’émir Abdelkader, honoré par le Président Abraham Lincoln et l’«Algerian speech» prononcé le 2 juillet 1957 par le sénateur John F. Kennedy en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Le socle historique conforte indéniablement un partenariat stratégique revendiqué fortement par le Président Abdelmadjid Tebboune et le Président Joe Biden.

Dans un message, à l’occasion de la célébration du 245e anniversaire de l’indépendance des États-Unis, le Président Tebboune a salué les progrès significatifs accomplis dans la consolidation de la coopération dans tous les domaines et réitéré la volonté de l’Algérie de promouvoir un partenariat efficient. De son côté, le Président américain a souligné l’importance du renforcement des relations entre les deux pays, historiquement proches, interpellés par les défis économiques et sécuritaires. L’Amérique post-11 septembre et l’Algérie en pionnière de la lutte antiterroriste sont interpellées par la bataille de la stabilité dans une région menacée, depuis la fin de l’opération Barkhane, par l’insécurité et la montée du terrorisme qui frappe principalement la ceinture sahélienne (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Nigeria et Cameroun).

À la faveur de son expérience, érigée en modèle internationalement consacré, et de son engagement pour la paix et la stabilité, l’Algérie assure un rôle majeur pleinement traduit par la signature de l’Accord d’Alger sur le Mali et les efforts incessants garantissant le choix inaliénable du peuple libyen et le retour à l’ordre institutionnel et constitutionnel de la Libye engluée dans une guerre par procuration destructrice.

Au Sahara occidental, le soutien des États-Unis aux droits de l’homme et aux principes du droit international, affirmé par le Président Biden, annonce le retour à la légalité violée par son prédécesseur. Outre les personnalités influentes républicaines et démocrates, de nombreuses voix montent dans la famille humanitaire, pour réclamer, en toute urgence, l’annulation de la décision de Trump et de renouer avec les valeurs fondatrices de l’Amérique, dont le droit à l’autodétermination est le principe cardinal.

EL MOUDJAHID, 04/07/2021

Etiquettes : Algérie, Etats-Unis, Sahara Occidental, Sahel, Libye, John F. Kennedy,