Le virage politique de Marine Le Pen critiqué

La chef de l’extrême-droite française sous le feu des critiques pour son virage mainstream

PARIS (AP) – La dirigeante de l’extrême droite française, Marine Le Pen, fait l’objet de critiques virulentes pour avoir donné à son parti une orientation trop traditionnelle, en atténuant son caractère extrémiste et en ignorant les membres de la base. Des voix internes et externes avertissent que cela pourrait lui coûter des voix dans la course à la présidence de l’année prochaine.

Les grondements se sont amplifiés après l’échec du Rassemblement national aux élections régionales il y a une semaine, et surviennent juste avant le congrès du parti ce week-end.

Mme Le Pen est la patronne incontestée du parti anti-immigration, et on ne s’attend pas à ce que son sort change lors de cet événement de deux jours qui se déroule dans la ville de Perpignan, dans le sud-ouest du pays, et qui est organisé par le maire de la ville, Louis Aliot – ancien compagnon de Mme Le Pen et, surtout, meilleur résultat du parti lors des élections municipales de l’année dernière. Mais il pourrait y avoir des comptes à régler, au moment même où Le Pen tente d’insuffler un nouveau dynamisme au Rassemblement national.

Les critiques disent que Mme Le Pen a effacé la signature anti-establishment de son parti en essayant de le rendre plus acceptable pour la droite traditionnelle. Dans le cadre de cette stratégie, elle a adouci les bords et s’est efforcée d’éliminer les stigmates du racisme et de l’antisémitisme qui s’accrochaient au parti après des décennies sous la direction de son père, Jean-Marie Le Pen, aujourd’hui ostracisé. Elle a même changé le nom du Front national, comme il était appelé sous son père, qui a cofondé le parti en 1972 et l’a dirigé pendant quatre décennies.

« La politique d’adaptation, de rapprochement avec le pouvoir, même avec la droite ordinaire, a été sévèrement sanctionnée », a déclaré Jean-Marie Le Pen. « (Cela) a été une erreur politique et se traduit par un échec électoral, et peut-être des échecs électoraux », a-t-il ajouté, en référence au résultat des élections régionales et au scrutin présidentiel de 2022.

Le patriarche provocateur, aujourd’hui âgé de 93 ans, a été exclu dans le but de renforcer la respectabilité du parti, mais sa critique reflète celle de membres plus modérés qui disent que sa fille a brouillé le message.

Son objectif est d’atteindre le second tour de la course présidentielle dans 10 mois avec plus de succès qu’en 2017, lorsqu’elle a atteint le dernier tour mais a perdu face au centriste Emmanuel Macron.

Les candidats du Rassemblement national – dont plusieurs étaient originellement issus de la droite dominante – ont échoué dans les 12 régions françaises lors d’élections dimanche dernier marquées par un taux d’abstention record, seul un électeur sur trois ayant voté. Les sondages avaient suggéré que le parti, qui n’a jamais dirigé une région, serait victorieux dans au moins une région. Au lieu de cela, il a perdu près d’un tiers de ses conseillers régionaux, lors d’un scrutin considéré comme essentiel pour planter les racines locales nécessaires à la course à la présidence – une tâche qui, selon certains, a été négligée.

« Ce sont les élections locales qui sont la rampe de lancement de la fusée » qui pourrait emmener Marine Le Pen au palais présidentiel, a déclaré Romain Lopez, maire de la petite ville de Moissac (sud-ouest), dans une interview. « Aujourd’hui, on a l’air d’être des éternelles secondes. Cela peut (…) démobiliser l’électorat du Rassemblement national pour la présidentielle. »

Certains élus locaux ont démissionné par dégoût depuis la défaite aux élections régionales, parmi lesquels le délégué du sud de l’Hérault, Bruno Lerognon.

Dans une lettre amère adressée à Mme Le Pen, publiée sur Facebook, M. Lerognon a qualifié d' »absurde » la stratégie de sa patronne visant à attirer les électeurs d’autres partis. Il a déclaré que les membres de la fédération locale du parti étaient « odieusement traités » – écartés de la course aux élections régionales au profit d’outsiders. Le copinage, avait « pourri » la scène locale d’extrême droite, écrivait-il, faisant allusion à la critique de longue date des clans de pouvoir au sein du Rassemblement national dont les voix sont déterminantes. Le Pen l’a remplacé un jour plus tard.

Dans l’ouest de la France, les quatre membres d’une petite fédération locale ont démissionné entre les deux tours des élections régionales. Aucun des quatre n’était représenté sur les listes électorales locales – « mis à l’écart », comme ils l’ont prétendu, par des supérieurs hiérarchiques ailleurs. Ils déplorent une « stratégie perdante » née lors du congrès du parti à Lille en 2018, lorsque Mme Le Pen a proposé pour la première fois de changer le nom du parti et a rompu les liens qui subsistaient avec son père.

Une figure du parti à la réputation nationale, le législateur du Parlement européen Gilbert Collard, a critiqué la stratégie d’ouverture comme étant « un piège. » Il a déclaré qu’il n’assisterait pas au congrès.

M. Lopez, le maire de Moissac, sera présent, espérant que lui et d’autres personnes ayant des plaintes seront entendus.

Lopez, 31 ans, est un partisan de l’ouverture de Le Pen vers d’autres partis, et il attribue son élection l’année dernière à son large attrait pour les électeurs, ce qui a bouleversé la ville, auparavant de gauche.

Mais la hiérarchie du parti est déconnectée de ses rares bases locales, pourtant vitales, selon M. Lopez. Les responsables nationaux traitent les représentants locaux comme des enfants « et leur imposent tout, comment communiquer, construire une campagne locale », a déclaré M. Lopez. « Et en imposant tout depuis le sommet, vous avez une stratégie nationale … déconnectée de la réalité de chaque ville ou région. »

Il ne sait pas si le parti accordera un temps de parole aux responsables locaux comme lui, au-delà de ses cinq minutes à une table ronde, mais il espère être entendu.

« Quand on est dans l’autosatisfaction, quand on refuse de regarder les imperfections, on va droit dans le mur », a-t-il dit.

Associated Press, 03/07/2021

Etiquettes : France, élections présidentielles, élections régionales, extrême droite, Rassemblement National, RN, Marine Le Pen,