Le Sahel dans la ligne de mire de la Coalition Globale contre Daech

La coalition internationale contre l’ISIS accepte de recentrer la lutte contre le terrorisme sur l’Afrique

La force internationale considère comme « résiduelle » la puissance terroriste en Syrie et en Irak aujourd’hui et met en garde contre la menace croissante dans des régions comme le Sahel.

La Coalition internationale contre l’État islamique, un groupe formé par plus de 80 pays et créé pour vaincre l’organisation terroriste dans les régions de Syrie et d’Irak, s’est réunie ce lundi à Rome après presque deux ans d’absence (la dernière devait avoir lieu en mars 2020). La situation dans le monde a énormément changé depuis la dernière fois : l’État islamique (ISIS) dans cette région est pratiquement vaincu et la pandémie a gelé les mouvements des terroristes et des troupes. Il y avait beaucoup à discuter, à commencer par l’utilité réelle de la coalition une fois l’organisation terroriste presque vaincue dans la région pour laquelle elle a été créée. La principale décision a été de déplacer le centre d’intérêt et la pression des services de renseignement vers l’Afrique, où les tensions s’intensifient actuellement.

La réunion, présidée par le ministre italien des affaires étrangères Luigi Di Maio et le secrétaire d’État américain Antony Blinken, a rassemblé une vingtaine de ministres des affaires étrangères et a accueilli de nouveaux membres tels que la République centrafricaine, le Congo, la Mauritanie et le Yémen, qui rejoindront les 79 États déjà présents. Plus de 40 ministres des affaires étrangères, ainsi que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ont participé à la réunion au cours de laquelle le changement d’objectifs a été discuté.

Un groupe de pays européens, mené par l’Italie, a proposé que la coalition utilise toute l’expérience accumulée en Syrie et en Irak pour faire face à la menace dans les régions africaines comme le Sahel. Une démarche qui impliquera la création immédiate d’un groupe de travail et que l’Espagne soutient fermement, comme l’a confirmé à ce journal la ministre des Affaires étrangères Arancha González Laya après son intervention lors de la réunion. « Aujourd’hui, la capacité de l’État islamique en Syrie ou en Irak est résiduelle. Les efforts ont porté leurs fruits et il est temps de reconquérir la population, de dé-radicaliser. Mais nous voyons comment le terrorisme se déplace du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Nous voulons appliquer tout cela à des zones de grande importance pour l’Espagne, comme le Sahel », a-t-il déclaré après la réunion avec ses homologues.

La question clé était de savoir si les États-Unis, dont les intérêts se situent en grande partie au Moyen-Orient, soutiendraient cette mesure. M. Blinken, qui avait rencontré le pape François dans la matinée, n’a pas tardé à le confirmer. « Nous soutenons fortement l’initiative de l’Italie pour que la coalition concentre son expertise sur l’Afrique, tout en continuant à garder les yeux très ouverts en Syrie et en Irak », a déclaré la secrétaire d’État sur un ton de cordialité avec le reste des pays inhabituel pendant les années de l’administration Trump.

La vision de M. Blinken et du gouvernement de M. Biden ne consiste toutefois pas à négliger les régions de Syrie et d’Irak, comme il l’a lui-même souligné à nouveau lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion. La lutte mondiale contre l’État islamique a obtenu des « résultats significatifs », qui montrent ce qui peut être réalisé « ensemble », mais il y a encore environ 10 000 de ses combattants étrangers en Syrie, ce qui représente « une situation insoutenable », a averti le secrétaire d’État.

L’inquiétude des Etats-Unis se traduit par les bombardements effectués ce dimanche contre des positions de milices « soutenues par l’Iran », comme il l’a dit lors de la conférence de presse, dans les zones frontalières entre la Syrie et l’Irak. « Avec les actions prises hier, nous avons montré que le président [Joe Biden] est prêt à agir si nécessaire pour protéger les intérêts des États-Unis, pour protéger les nôtres », a-t-il fait valoir, tout en soulignant que « ces actions d’autodéfense, pour prévenir les attaques, sont un message clair » qui, selon lui, a été « compris par ceux à qui il s’adresse. »

L’Italie et l’Espagne, conscientes de l’agenda américain, ont un intérêt particulier à ce changement dans la feuille de route de la coalition (les deux pays partagent d’autres rendez-vous sur l’agenda international et Di Maio et González Laya se rendront bientôt ensemble en Israël et en Palestine). Au-delà des questions de sécurité, l’impact du terrorisme islamique dans des régions telles que le Sahel, mais aussi à l’est, atteignant le nord du Mozambique, se matérialise également dans les flux migratoires que les deux pays ont accueillis ces derniers temps. « Ce qui se passe dans ces territoires est crucial. Ce sont les voisins de nos voisins », dit González Laya. « Pour l’instant, nous ne parlons pas de troupes militaires, mais de partage d’informations de renseignement et, surtout, d’application de certaines des choses que nous avons apprises sur des questions telles que le financement du terrorisme », a-t-il insisté.

L’agenda ne s’est pas arrêté, mais la pandémie a ralenti le mouvement des troupes et aussi des terroristes. Quelque chose qui peut être un certain mirage, prévient le ministre espagnol des Affaires étrangères. « Il a été positif et négatif dans ce sens. La baisse d’intensité est due à ce que nous avons vécu depuis un an et demi. Mais nous ne devons pas nous faire d’illusions. Dans des régions comme le Mozambique, à Cabo Delgado, la situation s’est aggravée ».

El Pais, 28 juin 2021

Etiquettes : Coalition Globale contre Daech, Etat Islamique, ISIS, terrorisme, Sahel, Mali, Burkina Faso, Tchad, Niger, Nigeria, Mauritanie,