Suisse: Mohamed Ghanem condamné à payer 1,5 million de dollars

La Suisse ordonne au fils du chef pétrolier de Kadhafi de payer 1,5 million de dollars dans une affaire de corruption.

GENÈVE, 2 juillet (Reuters) – Un tribunal suisse a condamné vendredi le fils du ministre du pétrole de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi à payer 1,5 million de dollars dans une affaire de corruption, une décision dont son avocat a dit qu’il pourrait faire appel.

L’affaire impliquant Mohamed Ghanem, le PDG d’une banque d’investissement islamique basée à Bahreïn et le fils de Shokri Ghanem qui s’est noyé dans des circonstances mystérieuses en 2012, est une rare affaire internationale portée contre l’élite de l’ère Kadhafi.

Le Tribunal pénal fédéral a déclaré dans son jugement qu’il avait déclaré Ghanem « coupable de corruption passive d’agents publics étrangers », sans donner plus de détails sur l’incident présumé.

Le plaignant dans cette affaire, la National Oil Corporation de Libye, avait demandé une indemnisation de 1,5 million de dollars, mais le tribunal l’a rejetée et a ordonné à Ghanem de verser cette somme au gouvernement suisse. Il lui a toutefois ordonné de payer les dépenses de la NOC, estimées à 50 000 francs suisses.

Le bureau du procureur général de Suisse et un avocat du CNO n’ont pas répondu immédiatement à une demande de commentaire. Ghanem a nié les accusations et son avocat a contesté le verdict.

« Pour moi, c’est un jugement basé sur des constatations erronées. Et je considère que ce verdict est injuste car il n’y a pas d’incident de corruption », a déclaré à Reuters l’avocat de Ghanem, Jean-Marc Carnicé.

Il a ajouté qu’il allait discuter de la décision avec son client et envisager un appel. Ghanem, 44 ans, réside actuellement à Bahreïn où il dirige la First Energy Bank.

Le bureau du procureur général suisse et un avocat de la NOC n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les procureurs norvégiens ont accusé des dirigeants du fabricant d’engrais Yara, basé en Norvège, d’avoir versé des pots-de-vin à des fonctionnaires en Inde et en Libye, y compris à la famille de Shokri Ghanem. Une source au fait de l’affaire suisse a déclaré que cette enquête portait sur un paiement présumé de Yara sur le compte bancaire suisse de Ghanem.

L’avocat de Ghanem a refusé de commenter les détails de l’affaire.

Yara a reconnu avoir versé des pots-de-vin non spécifiés en 2014 et a accepté de payer une amende. En 2016, une cour d’appel norvégienne a confirmé un verdict de culpabilité contre son directeur juridique, mais a acquitté trois autres anciens dirigeants pour corruption. Yara n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur l’affaire Ghanem.

Reuters, 02/07/2021

Etiquettes : Suisse, Libye, Kadhafi, Mohamed Ghanem, Shokri Ghanem, National Oil Corporation, First Energy Bank, corruption, pot-de-vin,