Ivry: Le Maroc s’en prend aux soutiens des sahraouis

Le Conseil Municipal contraint de se tenir sous protection policière

Le mercredi 30 juin, des éléments envoyés par le Royaume du Maroc sont venus perturber et menacer les travaux du Conseil Municipal de la Marie d’Ivry afin de faire pression sur un vote visant à soutenir un projet solidaire avec les réfugiés sahraouis de Tindouf. Le conseil a été contraint de poursuivre sa réunion à huis clos et sous protection policière.

Selon Philippe Bouyssou, « c’est la première fois qu’un conseil municipal doit se tenir sous protection policière… c’est à dire qu’une puissance étrangère entend intervenir sur les capacités d’un conseil municipal de délibérer. C’est une chose inacceptable, et d’une gravité inédite ».

« Je ne confondrais jamais le peuple marocain avec la politique de son gouvernement et les exactions qui sont pratiquées, les dénis de justice qui sont pratiqués dans ce pays », précise le Maire de la Commune d’Ivry.

« Vous osez opposer un acte de solidarité international en direction d’un peuple occupé, je rappelle que ce n’est pas que le conseil municipal d’Ivry qui dit ça, c’est aussi les résolutions de l’ONU… « , a-t-il ajouté.

« Je réaffirme ma fierté que Naama Asfari, comme Marwan Barghouti, et comme en son temps Nelson Mandela, aient été citoyens d’honneurs de la ville d’Ivry », déclare M. Bouyssou.

Etiquettes : Maroc, France, Mairie d’Ivry, Sahara Occidental, Front Polisario,