Tunisie : sondage négatif pour le président

Tunisie : la cote de popularité du président chute dans un contexte d’hostilité croissante envers les EAU

Un nouveau sondage d’opinion en Tunisie a révélé une baisse significative de la popularité du Président Kais Saied, ainsi que du leader du Parti Destourien Libre, Abir Moussi. Il existe également une vague de mécontentement à l’égard de l’ingérence des EAU et de la France dans la politique tunisienne.

Le sondage a été réalisé auprès d’un échantillon de 1 200 personnes réparties dans huit régions et appartenant à différents groupes d’âge et sociaux, avec une marge d’erreur ne dépassant pas 2,5 %. Alors que le niveau de satisfaction à l’égard des performances du président a diminué, le journaliste et député Safi Said est arrivé en tête du classement des candidats préférés pour les fonctions politiques. Il a été candidat aux élections présidentielles de 2014 et 2019.

En termes de soutien aux partis politiques, alors que la popularité du Parti du Destin Libre a chuté, les gens étaient apparemment plus heureux avec le parti Cœur de Tunisie. Le mouvement Ennahda, quant à lui, continue de bénéficier d’un soutien constant.

En ce qui concerne l’ingérence négative des étrangers dans la politique tunisienne, les Émirats arabes unis et la France ont obtenu de mauvais résultats, avec respectivement 37,6 % et 27 % des personnes interrogées qui estiment qu’ils ont trop d’influence. Des pays comme la Turquie, avec 17,8 %, les États-Unis, avec 7,8 %, et le Qatar et l’Italie, avec 4,9 % chacun, figurent également dans l’enquête. La plupart des partis en Tunisie, selon 53% des personnes interrogées, sont soutenus par des États étrangers dans une certaine mesure.

L’ancien ministre Neji Jalloul s’est félicité que le peuple tunisien soit conscient de l’ampleur de l’ingérence étrangère. L’argent corrompu, a-t-il dit, infecte l’arène politique. Il a exhorté les acteurs politiques à changer tout le système politique, à déclarer la faillite des sphères politiques, économiques et sociales du pays, et à confronter les Tunisiens à toute la vérité sur la situation actuelle, avec toutes ses imperfections.

Selon l’ancien ministre du travail, Fawzi Abdel Rahman, les instituts de sondage trompent délibérément le peuple tunisien en fournissant de fausses statistiques afin de confondre l’électorat.

Monitor de Oriente, 29 juin 2021

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, Emirats Arabes Unis, EAU, popularité,