Plus d’armes n’apporteront pas la paix au Sahel

Les États-Unis ont pris l’habitude d’armer les auteurs de violations des droits de l’homme et ont adopté une nouvelle approche.

Au début du mois, un groupe armé a lancé une attaque nocturne contre un village du nord du Burkina Faso, tuant au moins 160 civils, brûlant des maisons et détruisant un marché local. Cette atrocité s’inscrit dans le cadre d’une escalade plus large de la violence et des déplacements dans le Sahel – une région de l’ouest et du centre-nord de l’Afrique comprenant le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie, le Tchad et le Mali – où les États-Unis ont une longue histoire d’intervention militaire troublée.

Après le 11 septembre 2001, le Sahel est devenu une autre frontière de la « guerre contre le terrorisme » menée par les États-Unis. Les États-Unis ont intensifié leur « assistance sécuritaire » aux pays de la région, notamment en formant et en équipant leurs armées, ainsi qu’en développant des programmes de surveillance et des missions secrètes de lutte contre le terrorisme. Deux décennies plus tard, les conflits armés explosent au Sahel, montrant clairement que cette stratégie militarisée des États-Unis n’a pas empêché la violence. Au contraire, elle a permis aux gouvernements et aux forces de sécurité du Sahel de commettre des abus tout en menant leurs propres guerres post-11 septembre.

Mettre fin à nos guerres sans fin – comme le président Biden s’est engagé à le faire – ne signifie pas seulement ramener les troupes de combat américaines au pays. Cela doit signifier mettre fin aux autres politiques qui continuent à perpétuer la violence et à alimenter les atrocités de masse dans le monde – dans ce cas : les 1,44 milliard de dollars d' »assistance à la sécurité » que nous avons fournis aux armées étrangères abusives du Sahel. Si l’administration Biden ne cherche pas à obtenir ce changement de son propre chef, le Congrès a la possibilité immédiate d’établir un nouvel agenda pour le Sahel et de réorienter l’approche américaine des conflits de manière plus générale.

QUE FONT LES ÉTATS-UNIS AU SAHEL ?

En réaction aux attentats du 11 septembre, les États-Unis ont considérablement augmenté leur empreinte militaire dans le monde entier. Au fil du temps, le gouvernement américain a secrètement étendu sa présence militaire et de renseignement au Sahel par le biais d’opérations « par, avec et à travers » et de programmes « former et équiper ». Ces derniers fournissent une formation, une assistance, des armes et des équipements aux armées et aux polices locales, avec très peu de transparence ou de résultats mesurables. Parfois, il semble que même les principaux membres du Congrès ne savaient pas que l’armée américaine était impliquée dans un pays donné jusqu’à ce qu’un membre du service américain y meure.

En 2005, les États-Unis ont créé un programme interagences, le Trans-Sahara Counterterrorism Partnership, afin de mettre en œuvre une stratégie globale pour la région. Toutefois, ce programme n’a pas réussi à coordonner les différentes agences pour s’attaquer aux causes multiformes de la violence au Sahel. La prédominance de la mentalité militarisée du contre-terrorisme a éclipsé cet objectif au profit d’une focalisation sur les relations entre militaires.

Aujourd’hui, les États-Unis continuent de fournir une « assistance à la sécurité » par le biais de ces programmes, malgré des signes clairs que cette stratégie militarisée échoue totalement à assurer la sécurité des populations.

Depuis 2015, la violence est en forte hausse au Sahel, avec une augmentation de 44 % rien qu’entre 2019 et 2020. Le Sahel est une région pauvre, aux prises avec les impacts du colonialisme français et des interventions militaires internationales en cours. Le changement climatique ruine de plus en plus les cultures et les moyens de subsistance, entraînant la pénurie de ressources, le chômage, la corruption et l’exploitation. Ces facteurs combinés, plus de 2,7 millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs foyers.

COMMENT L' »ASSISTANCE À LA SÉCURITÉ » DES ÉTATS-UNIS ALIMENTE LA VIOLENCE

Non seulement l’approche américaine au Sahel ne parvient pas à prévenir la violence, mais dans de nombreux cas, elle renforce les groupes violents et nuit aux populations locales. Les élites corrompues du Sahel sont souvent incitées à profiter des ressources militaires américaines, en utilisant diverses tactiques telles que des « soldats fantômes » fictifs pour siphonner les fonds publics. En outre, il a été constaté que l’entraînement militaire américain double pratiquement la probabilité qu’un pays connaisse un coup d’État militaire pour renverser le gouvernement. Au Mali, il y a eu trois coups d’État au cours de la dernière décennie, tous dirigés par des militaires formés par les États-Unis.

Des rapports fréquents font également état de violations des droits de l’homme par les forces de sécurité que nous formons et équipons. En l’espace de trois mois seulement, en 2020, des soldats du Niger, du Burkina Faso et du Mali – tous partenaires des États-Unis en matière de sécurité – ont assassiné ou enlevé au moins 199 personnes. Les États-Unis demandent rarement des comptes aux gouvernements partenaires ou interrompent leur aide militaire après des violations des droits de l’homme, en partie parce que de nombreuses opérations de lutte contre le terrorisme sont si opaques.

En fait, l’attention obsessionnelle que nous portons au « contre-terrorisme » a permis aux gouvernements d’utiliser ce discours et les ressources américaines qui l’accompagnent contre leur propre peuple. Au Burkina Faso, par exemple, le gouvernement a cherché à persécuter les Peuls, un groupe ethnique minoritaire, en prétendant qu’ils sont des terroristes. Dans certains cas, la menace de violence de l’État pousse certains civils à se tourner vers les groupes armés pour se protéger. Une étude a révélé que 75 % des villages interrogés au Mali et au Burkina Faso pensaient que les forces de sécurité de leur gouvernement menaçaient la paix et la sécurité de leurs communautés, et 50 % ont déclaré que les groupes extrémistes violents contribuaient à les protéger.

Mais en dépit de ces preuves que la stratégie américaine est préjudiciable, l’administration Biden a jusqu’à présent doublé l' »assistance à la sécurité » comme approche principale pour contrer la violence au Sahel.

FAIRE LA MÊME CHOSE ET ATTENDRE DES RÉSULTATS DIFFÉRENTS

Le Pentagone a admis que ses missions de lutte contre le terrorisme au Sahel sont largement défaillantes. Le programme américain « former et équiper » a eu peu d’effet transformateur. De multiples rapports du Government Accountability Office ont révélé que le Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme n’est pas efficace car il manque de coordination et est trop militarisé. Pourtant, tout indique que les choses vont continuer comme si de rien n’était.

Pourquoi ?

Tout d’abord, l’échec n’est pas une partie de plaisir. Selon des entretiens avec d’anciens responsables gouvernementaux, il existe une réticence persistante à admettre la défaite ou à reconnaître que les politiques américaines peuvent alimenter la violence. Personne ne veut apporter de mauvaises nouvelles au président, et le personnel du bureau et de l’ambassade se sent donc souvent poussé à démontrer que notre stratégie actuelle fonctionne. À son tour, lorsque des attaques violentes éclatent, le gouvernement américain est mis en mode de réponse à la crise, essayant d’éviter le conflit après qu’il se soit produit.

Le mode de réponse à la crise est renforcé par la pression publique (justifiée) pour « faire quelque chose » face à un conflit croissant. Généralement, « faire quelque chose » signifie se tourner vers les outils militaires à notre disposition. Cette réponse est également motivée par le complexe militaro-industriel. Oui – un grand mot à la mode, chic et ennuyeux. Mais en réalité, les intérêts financiers des entreprises d’armement et des lobbyistes nous poussent à sauter sur l’occasion pour former, équiper et vendre des armes et des outils de surveillance aux gouvernements et aux armées du monde entier.

L’élan de l’approche actuelle d' »assistance à la sécurité » est, bien sûr, également ancré dans le désir de nous protéger. Mais il est prouvé que les réponses militarisées à notre propre sentiment d’insécurité conduisent à des politiques qui terrorisent d’autres personnes, ce qui ne fait qu’alimenter les cycles de conflit. La création de notre propre sécurité dépend en fait de la construction de notre sécurité humaine collective. Et cela nécessite un changement radical dans notre façon d’aborder la violence et les conflits armés.

UN MOYEN ÉPROUVÉ D’ATTÉNUER LA VIOLENCE

Heureusement, il n’est pas trop tard pour que le Congrès pousse l’administration Biden à changer de cap au Sahel. Pour commencer, le Congrès devrait tenir les gouvernements et les militaires partenaires responsables des violations des droits de l’homme. Les commissions des affaires étrangères pourraient demander un examen des droits de l’homme dans les pays du Sahel et mettre en place une action du Congrès sur la réforme de l’assistance à la sécurité. Le Congrès peut également exiger un contrôle préalable des droits de l’homme et des dispositions anti-corruption pour nos partenariats « former et équiper » qui ne sont pas soumis à une obligation de rendre des comptes.

Plus largement, le Congrès a l’occasion de mettre fin à l’idée que plus de militaires, plus de formation et plus d’armes mènent à la paix. Au lieu de continuer à injecter de l’argent dans une stratégie vieille de plusieurs décennies qui a clairement échoué, le Congrès peut utiliser les processus d’affectation et d’autorisation pour désactiver l' »assistance à la sécurité » militarisée. Il peut ensuite réorienter ce financement vers des programmes de prévention et de consolidation de la paix qui facilitent le renforcement des capacités locales à long terme. Le Congrès devrait mesurer l’efficacité de ces programmes en fonction de leur capacité à répondre aux besoins des communautés locales et à répondre aux demandes des réseaux de la société civile du Sahel qui exigent déjà des changements de leur propre chef.

Pour passer à une stratégie de prévention des conflits plutôt que de réponse aux crises, le Congrès n’a pas besoin de partir de zéro. Comme l’a montré Caroline Smith, boursière de la paix Herbert Scoville Jr. de Win Without War, dans son récent rapport, le gouvernement américain dispose déjà de nombreux outils pour prévoir et prévenir la violence de masse, qui ont fait leurs preuves lorsqu’ils sont utilisés en conjonction avec une société civile locale mobilisée et robuste.

L’escalade de la crise au Sahel présente une occasion cruciale de « faire quelque chose », plus qu’une autre intervention militaire ratée. C’est l’occasion d’admettre que la formation de militaires étrangers et l’exportation du militarisme ne rendent pas les gens plus sûrs. S’il est urgent d’agir au Sahel, la région n’est qu’un microcosme de ce à quoi ressembleront les conflits armés au cours de ce siècle, d’autant que les impacts du changement climatique ne cessent de croître. Avec un intérêt croissant à Washington pour une politique américaine plus proactive envers l’Afrique, une nouvelle stratégie pour le Sahel pourrait servir de modèle pour réformer l’approche américaine de la violence de manière plus générale.

Amisha Parikh-Friese est l’associée politique de Win Without War. Elle a une expérience dans la défense des droits de l’homme, la réforme du Congrès et la consolidation de la paix.

Instickmedia, 29 juin 2021

Etiquettes : Sahel, Etats-Unis, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie,