France: Les régionales montrent la faiblesse de Macron et Le Pen

PARIS – Le parti centriste du président Emmanuel Macron a été décimé lors des élections régionales de ce week-end et le parti d’extrême droite anti-immigration de Marine Le Pen a échoué, jetant un trouble dans les attentes que la course à la présidence dans 10 mois soit une épreuve de force entre les deux politiciens.

Un nouveau scénario pourrait voir le jour. Les résultats du scrutin de dimanche ont renforcé les espoirs du courant principal de la droite conservatrice, en désarroi depuis des années avec une série de crises internes, de poser un défi sérieux à la fois à Macron et à Le Pen lors de l’élection présidentielle d’avril 2022.

La politique française a longtemps été dominée par les socialistes et les conservateurs gaullistes, mais les deux forces ont déraillé en raison de pertes électorales et de crises de leadership. Le parti Les Républicains n’est plus au pouvoir depuis que le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, a perdu sa tentative de réélection en 2012. L’impopulaire président socialiste François Hollande, qui n’a pas sollicité de second mandat, a été supplanté par Macron, son ministre de l’économie, qui a balayé les coulisses pour se présenter en 2017 avec un parti nouvellement créé – et a affronté Le Pen.

Les résultats des élections régionales ont souligné les problèmes du jeune parti de Macron, La République en marche, qui espérait pour la première fois s’implanter au niveau régional mais n’a pas réussi à enthousiasmer les électeurs. Lors des dernières élections régionales, le parti de Macron n’existait pas encore.

La carte régionale est restée inchangée après le scrutin de dimanche, la droite dominante conservant ses sept régions et les socialistes leurs cinq régions, tous les sortants ayant été réélus.

« C’est la confirmation que le clivage droite-gauche n’est pas mort », comme on le pensait, a déclaré Brice Teinturier, directeur général de l’institut de sondage Ipsos, sur la radio France-Inter.

Mais le scrutin de dimanche a donné lieu à un taux de participation record, avec seulement un électeur sur trois qui s’est rendu aux urnes.

« On s’est complètement planté », a déclaré sur BFMTV l’avocat Gilbert Collard, du Rassemblement national de Mme Le Pen, en évoquant une participation « abyssale ».

Le refus de la plupart des électeurs éligibles de voter signifie que les gagnants ont été « mal élus », comme le disent les Français, malgré leurs énormes marges de victoire. Cela n’a pas empêché la droite conservatrice de faire la fête et d’élaborer des stratégies pour revenir au pouvoir.

Xavier Bertrand, qui a conservé sa place de chef conservateur de la région nord des Hauts-de-France – un bastion de l’extrême droite – a tenu à croiser la route de Macron lundi lors d’une visite présidentielle dans une usine Renault de la région.

Macron a félicité Bertrand, puis a déclaré avec un clin d’œil : « C’est une étape. Nous savons tous ce qui nous attend », une illusion à l’élection présidentielle.

Le chef du parti Les Républicains, Christian Jacob, a déclaré lundi qu’un candidat serait déclaré en novembre. « Nous avons montré notre ancrage, notre capacité à gagner ».

Valérie Pecresse, la présidente sortante de droite de la région parisienne qui a gagné haut la main, a déclaré : « Nous avons mis en avant une très belle équipe France ».

On ne savait pas encore comment l’équipe des trois principaux candidats conservateurs allait choisir l’un d’entre eux pour la course à la présidence.

Mme Le Pen, quant à elle, se prépare pour le congrès de son Rassemblement national ce week-end, au cours duquel elle doit être officiellement désignée comme la candidate du parti à la présidence. Avec les faibles résultats du parti, elle risque d’être critiquée pour ses efforts de longue date visant à améliorer l’image du parti et, selon certains, à le vider de son message anti-système. Le parti avait un statut de paria sous la direction de son père, Jean-Marie Le Pen.

Le vice-président du Rassemblement national de Le Pen, Jordan Bardella, a obtenu une troisième place humiliante aux élections de la région parisienne. Pire encore pour le parti, l’homme sur lequel Le Pen comptait pour remporter une première région pour son parti, Thierry Mariani, a subi une défaite cuisante dans le sud de la France face au titulaire de la droite classique – alors que les sondages prédisaient une victoire.

Le Républicain Renaud Muselier, dans sa tentative réussie de faire barrage à l’extrême droite dans la région sud connue sous le nom de PACA, avait inclus des candidats du parti de Macron dans son offre électorale et un candidat de gauche a été contraint d’abandonner au dernier tour.

De telles manœuvres, répétées à Paris, ont dissuadé Clara Weakly de voter. Parisienne, la jeune femme de 22 ans a voté au premier tour uniquement parce que son candidat de gauche s’est associé à la challenger Pecresse pour faire barrage à l’extrême droite. « Les gens n’ont pas envie de voter parce qu’ils ont l’impression de ne pas être entendus », a déclaré Clara Weakly.

Malgré les victoires des candidats conservateurs, Teinturier, le sondeur, a déclaré que les stars attendues de la course présidentielle n’ont pas encore échoué. « Pour l’instant, même s’ils sont affaiblis, Macron et Le Pen restent en tête », a-t-il déclaré.

News4jax, 28 juin 2021

Etiquettes : France, élections régionales, Emmanuel Macron, LREM, Xavier Bertrand, LR, Marine Le Pen, RN, droite, gauche, extrême droite, élections présidentielles,