France : La nouvelle ancienne force

Second tour des élections régionales en France

Les conservateurs sont les vainqueurs surprise des élections régionales. Deviendront-ils la troisième force entre le Rassemblement national de la droite radicale de Marine Le Pen et LREM d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle ?

Il est vrai que le pouvoir en jeu dans les élections régionales en France est relativement faible. Mais dix mois avant l’élection présidentielle, ils sont considérés comme un test du sentiment politique – surtout pour le spectre à droite du centre. Pour la première fois, Marine Le Pen et son Rassemblement national (RN) veulent gagner une région. Avant le premier tour, les sondages indiquaient que le RN, parti de droite radicale, était la force la plus puissante dans plusieurs régions du pays auparavant dirigées par des conservateurs.

Au lieu de cela, les républicains et autres conservateurs ont triomphé de manière inattendue dimanche, dans certains cas par des marges très importantes. Sept des douze régions de la France métropolitaine sont allées aux listes conservatrices au second tour des élections régionales – y compris la très médiatisée région capitale, l’Île de France, ainsi que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, particulièrement en difficulté, dans le sud-est du pays.

Et soudain, il semble qu’ils pourraient bousculer le duel attendu entre Emmanuel Macron et Le Pen en avril 2022.

En fait, les conservateurs font le bilan d’une décennie désastreuse sur le plan politique : en 2012, Nicolas Sarkozy a perdu la présidence. En 2017, leur candidat à la présidentielle François Fillon a trébuché en payant à sa femme des centaines de milliers d’euros d’argent des contribuables pour des emplois fictifs. En 2020, ils ont perdu des villes clés comme Marseille et Bordeaux au profit de la gauche et des Verts.

Maintenant, ils sont de retour.

Cependant, le Parti socialiste et ses listes de gauche ont également fait mieux que prévu, en défendant les cinq régions où ils ont gouverné jusqu’à présent. Toutefois, contrairement aux conservateurs, cela ne laisse guère présager d’ambitions nationales pour eux. Les candidats manquent, tout comme un plan clair pour unir les alliances de la gauche et des verts afin de s’approcher du second tour. La majorité des Français votent du centre-droit à l’extrême-droite. Si l’on additionne les votes des macronistes, des conservateurs et des radicaux de droite aux élections régionales, on obtient environ deux tiers des voix.

Les perdants des élections : Le Pen et Macron

L’une des plus grandes perdantes des élections est probablement Marine Le Pen, qui devra attendre pour remporter une élection pertinente en France (élections européennes exclues), même dans sa dixième année à la tête du parti. Les élections régionales devraient lui apporter deux choses : D’abord, l’occasion de montrer, d’ici les élections présidentielles, que même la droite peut gouverner. Et d’autre part une victoire symbolique sur Emmanuel Macron, dont le parti « La République en Marche » (LREM) n’est pas du tout enraciné dans le pays et n’avait aucune perspective de succès. Maintenant, le RN n’a même pas pu rendre la course vraiment excitante alors qu’il avait encore gagné le premier tour : En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le candidat conservateur a gagné avec une marge de près de 15 points de pourcentage.

Le deuxième grand perdant est Emmanuel Macron. Pour lui, les élections régionales pourraient se résumer ainsi : son parti n’avait aucune chance de l’emporter, mais a tout de même réussi à décevoir clairement les faibles ambitions. Le fait que plusieurs candidats n’aient pas réussi à franchir la barre des 10 % pour le second tour au premier tour était tout aussi embarrassant que les maigres quelque 7 % des voix que les alliances LREM ont obtenu à l’échelle nationale au second tour. En comparaison, le Rassemblement national de Le Pen a obtenu environ 20 % des voix.

En outre, le président Macron est également tenu pour responsable du plus grand désastre politique de ces élections : le taux de participation historiquement bas. Comme lors du premier tour de scrutin, seul un tiers environ de l’ensemble des électeurs éligibles a pris la peine de se rendre aux urnes hier. En 2015, il avait été de 58 %. La démocratie française est donc probablement la grande perdante, avec de moins en moins de personnes qui semblent vouloir y prendre part activement.

Pourquoi si peu de Français se sont rendus aux urnes ?

Dans la semaine qui a séparé les scrutins, les instituts de sondage et les médias ont sondé la lassitude des électeurs français. Selon une enquête de l’institut Viavoice et du quotidien de gauche Libération, par exemple, de nombreux non-votants estiment que les politiciens ne se soucient pas de leurs préoccupations et ne comprennent pas leurs soucis, ou qu’ils sont généralement fatigués des débats politiques. Les jeunes et les pauvres, en particulier, n’ont pas voté ; parmi les jeunes de 18 à 24 ans, 87 % sont restés à la maison lors du premier tour de scrutin. La tendance n’est pas entièrement nouvelle : les élections locales de 2020 et les élections législatives et présidentielles de 2017 ont toutes deux établi des records de participation négative.

La mesure dans laquelle ce nouveau creux est lié à la pandémie de Covid 19 n’est pas claire. Depuis une bonne semaine, pour la première fois depuis septembre, il n’y a plus de couvre-feu le soir, les restaurants et les cafés ont également rouvert, et la moitié des Français ont été vaccinés au moins une fois. Contrairement aux élections locales d’il y a un an, peu de personnes sont susceptibles d’avoir évité de voter par crainte d’une infection. La question de savoir si les quinze derniers mois, marqués par des restrictions sévères des droits fondamentaux et un faible débat public, ont rendu le pays politiquement blasé est une question de spéculation. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a minimisé la responsabilité de la débâcle de la soirée électorale : Il a déclaré que c’était le travail de tous les partis d’intéresser les gens à la politique.

Que signifie le résultat des élections régionales pour l’élection présidentielle ?

Compte tenu de la faible participation des électeurs, il serait erroné d’accorder trop d’importance aux résultats. Même si de nombreuses personnes se sont également abstenues de voter lors de l’élection présidentielle, elles sont au moins deux fois plus nombreuses à voter que lors des deux derniers dimanches. Le champ des candidats pour l’année prochaine est également encore largement ouvert. Et si Macron n’a jamais eu la moindre chance aux élections régionales, il attirera la plupart des regards au printemps prochain du simple fait qu’il est en fonction. Sa cote de popularité est actuellement assez élevée selon les normes françaises, à 50 %, et avec beaucoup de bonne volonté, on peut même déceler un message positif caché dans les résultats des élections régionales : Les Français ont opté pour la stabilité ; personne sur l’ensemble du continent n’a été démis de ses fonctions.

Néanmoins, Macron et son adversaire Le Pen semblent être affaiblis – tandis que les conservateurs s’en sortent beaucoup mieux que prévu. S’ils parviennent à ne pas se déchirer dans la recherche du bon candidat, celui-ci pourrait se présenter au second tour au printemps prochain.

La seule question décisive est la suivante : qui les conservateurs empêcheraient-ils d’accéder au second tour ? Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ?

Spiegel Ausland, 28 juin 2021

Etiquettes : France, élections régionales, Emmanuel Macron, LREM, LR, Xavier Bertrand, RN, Marine Le Pen, PS,