Sahel: Les nouvelles menaces de Daech

Le 22 juin à 18 h 46, Al Furqan Media Center, la maison de production de Daesh dédiée aux discours officiels de l’État islamique, publie le nouveau discours du porte-parole de l’État islamique, Abu Hamza al Qurayshi, intitulé : « Et vous serez supérieurs (dans la victoire) si vous êtes effectivement de (vrais) croyants. Titre inspiré de la sourate Ali ‘Imran 3 : 139. Verset utilisé pour rassurer les croyants sur la victoire finale.

L’audio, suivi de résumés et d’extraits sur la sphère sociale de Daesh, dure 37 minutes et 47 minutes dans son intégralité et dissèque la nouvelle politique militaire d’ISIS en 8 points.

Avant de décrire en détail le discours divisé par points, on ne peut s’empêcher de noter deux nouveautés importantes : les intérêts de Daesh se sont définitivement déplacés de l’Irak et de la Syrie vers l’Afrique et pour la première fois, c’est la voix du porte-parole du Califat qui lance l’escalade de la bataille au Nigeria et dans les zones de la Triple Frontière : Mali, Burkina Faso, Nigeria. Nous rappelons que le 7 juin, l’ISWAP, l’ISIS de la province d’Afrique de l’Ouest, a revendiqué la mort d’Abubakar Shekau, balayant ce qui reste de Boko Haram. Daesh va maintenant entamer l’une des campagnes d’agression les plus sanglantes jamais vues dans la région.

Et nous en arrivons maintenant aux points du discours qui reprennent également de vieilles campagnes médiatiques de Daesh, comme : mourir dans sa colère, des mots que la propagande de Daesh avait commencé à utiliser lorsqu’elle menait des attaques à l’étranger, souhaitant que les pays de la Coalition meurent dans leur colère après avoir subi sur leurs territoires ce que les familles et les hommes de Daesh avaient subi en Syrie et en Irak, du moins c’est ce que disait la campagne médiatique.

Le discours s’ouvre sur une forte critique de ceux qui ont dit que l’État islamique a été vaincu, en affirmant que personne n’a été capable de vaincre les Muwahideen. A ce moment-là, le porte-parole Hamza dit à l’ennemi : « Meurs dans ta rancœur ! ». Les Muwahideen « par la grâce d’Allah ont augmenté en force et en fermeté et ils ne se soucient pas de la grande quantité de kufr et d’ennemis Allah les soutient et renforce leurs pieds. Il a également déclaré que les dernières années sont la plus grande preuve de ses paroles alors que les moudjahidines ont combattu, attaqué et mené des opérations. »

Le deuxième point est consacré à l’Afrique : après avoir complimenté et remercié les combattants de Daesh en Afrique de l’Ouest pour leurs efforts, leurs luttes et leur djihad béni. Il leur a rappelé la crainte de Dieu et d’être un bouclier pour les musulmans sur place et de les défendre contre l’oppression des tyrans. Et il a envoyé un message direct aux combattants et aux musulmans d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale : s’unir autour de l’État islamique à leur imam et aux moudjahidines et être utile pour faire respecter la religion et l’établissement de la charia. Il a rappelé la leçon (qui ne sera pas répétée) en Irak et en Syrie, lorsque de nombreux musulmans ont abandonné l’État, n’ont pas soutenu leur religion et le djihad, ce qui a entraîné leur expulsion, leur humiliation et leur assassinat après qu’ils aient vécu avec fierté et honneur dans le pays de la Khilafah.

Le point trois est également dédié à l’Afrique, il parle notamment de l’élimination de la Fitna des Khawarij en Afrique de l’Ouest, et de l’acceptation de la Bay’ah des derniers hommes de « Boko Haram » envers Amirul-Mumi’nien. Abu Hamza affirme que Sheikh Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi était très heureux de la Bay’ah de la faction de Shekau et l’a acceptée et leur a servi son salam. Il a ordonné aux hommes qui ont combattu pour Shekau de rester fermes dans leur religion, de craindre Allah et de se battre pour combattre le tyran et de récupérer les jours qu’ils avaient perdus en observant Fitān et Shubuhat (c’est-à-dire pendant qu’ils étaient aux côtés de Shekau).

Le quatrième point est consacré à l’Irak. Un acte approprié étant donné l’engagement irakien contre l’ISIS dans la région de Diyala, Kiurkuk, Salahuddin, Anbar et ces dernières semaines Nmrud, Nineveh. Hamza prétend que : « Le travail béni des moudjahidines dans toutes les Wilayāat de l’État islamique montre l’échec continu des Rawāfid en Irāq. » Il s’agit des campagnes de ratissage que l’armée irakienne, l’UGP et la police fédérale mènent depuis mars 2021. Des opérations militaires qui, pour l’instant, n’ont pas permis de vaincre les cellules de Daesh qui, au contraire, a ciblé le système électrique irakien, les caméras thermiques pour les repérages nocturnes, se créant ainsi une certaine impunité de mouvement. Hamza rapporte dans le discours que le Cheikh a fait l’éloge du travail des Moudjahidines en général et en Irak, en particulier de leurs opérations et attaques en cours qui épuisent l’armée irakienne.

Il a ajouté : « Les campagnes militaires conjointes dans les déserts et les prairies ne parviennent toujours pas à harceler les Muwahideen, et que la plus grande victoire pour eux est de trouver un morceau de chemise ou un morceau de fer ici et là. » Hamza menace l’Irak d’autres effusions de sang et de destruction. Le cheikh a également adressé ses paroles aux moudjahidin de Syrie, du Sinaï et d’Afghanistan. Il les a félicités pour le travail qu’ils ont accompli jusqu’à présent et leur a ordonné d’intensifier les attaques dans les villes, de combattre les ennemis en général, de traquer et de tuer les chefs renégats des tribus arabes en Syrie, ainsi que les talibans renégats et les tyrans en Afghanistan.

Un leitmotiv revient également dans ce discours : la libération des prisonniers et, sauf nouvelles demandes, celle de la chasse aux juges et enquêteurs qui luttent contre Daesh.

La demande dans la voix de Hamza, mais venant directement du calife, à tous les combattants de Daesh et en particulier ceux d’Irak et de Syrie, de détruire les murs des prisons et de tout faire pour faire sortir les prisonniers des prisons de Murtadeen. Le cheikh Abu Hamzah a également annoncé que l’émir offrait des récompenses financières, en guise de vengeance pour les prisonniers, à quiconque tuerait un juge ou un enquêteur renégat. Il a ordonné aux moudjahidines de les traquer et de tuer toute personne impliquée dans les interrogatoires et la torture des prisonniers musulmans.

Au point six, Abu Hamza nous rappelle que l’Oumma des fidèles ne peut naître qu’avec la chute des ennemis aux mains du Jihad, il n’est pas possible de faire autrement.

Un autre thème du discours, le point sept, est la Palestine. Le cheikh a adressé un message aux musulmans de Palestine, déclarant : « Les faits sont devenus clairs : la victoire ne viendra ni de ceux qui s’allient aux Rawafid (Iraniens) ni des Tawaghit (Turcs), qui se réclament de l’Islam. Il a déclaré qu’ils devaient mener le djihad et combattre les factions renégates qui sont la cause de l’humiliation et du sédentarisme en Palestine. »

Enfin, le dernier conseil aux adeptes de l’État islamique ne pouvait être manqué : « Soyez miséricordieux les uns envers les autres, pardonnez et ne haïssez pas et évitez de blasphémer envers les autres. Combattre l’injustice, ne pas la commettre et ne faire de mal à personne. » Il a également déclaré que l’État est libre de toute injustice, intentionnelle ou non. Le cheikh leur a rappelé de louer et de remercier Allah pour les bénédictions dont ils bénéficient et de ne jamais oublier.

Un leitmotiv revient également dans ce discours : la libération des prisonniers et, à l’exception de nouvelles demandes, celle de la chasse aux juges et enquêteurs qui luttent contre Daesh.

La demande dans la voix de Hamza, mais venant directement du calife, à tous les combattants de Daesh et en particulier ceux d’Irak et de Syrie, de détruire les murs des prisons et de tout faire pour faire sortir les prisonniers des prisons de Murtadeen. Le cheikh Abu Hamzah a également annoncé que l’émir offrait des récompenses financières, en guise de vengeance pour les prisonniers, à quiconque tuerait un juge ou un enquêteur renégat. Il a ordonné aux moudjahidines de les traquer et de tuer toute personne impliquée dans les interrogatoires et la torture des prisonniers musulmans.

Au point six, Abu Hamza nous rappelle que l’Oumma des fidèles ne peut naître qu’avec la chute des ennemis aux mains du Jihad, il n’est pas possible de faire autrement.

Un autre thème du discours, le point sept, est la Palestine. Le cheikh a adressé un message aux musulmans de Palestine, déclarant : « Les faits sont devenus clairs : la victoire ne viendra ni de ceux qui s’allient aux Rawafid (Iraniens) ni des Tawaghit (Turcs), qui se réclament de l’Islam. Il a déclaré qu’ils devaient mener le djihad et combattre les factions renégates qui sont la cause de l’humiliation et du sédentarisme en Palestine. »

Enfin, le dernier conseil aux adeptes de l’État islamique ne pouvait être manqué : « Soyez miséricordieux les uns envers les autres, pardonnez et ne haïssez pas et évitez de blasphémer envers les autres. Combattre l’injustice, ne pas la commettre et ne faire de mal à personne. » Il a également déclaré que l’État est libre de toute injustice, intentionnelle ou non. Le cheikh leur a rappelé de louer et de remercier Allah pour les bénédictions dont ils bénéficient et de ne jamais oublier.

Graziella Giangiulio

AGC News, 26 juin 2021

Etiquettes : Sahel, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie, Nigeria, Barkhane, Al Qaïda, Daech, Etat Islamique,