Migration : Le Danemark souhaite installer un centre d’accueil au Maroc

Le gouvernement discutera du centre d’accueil avec le Maroc

Mardi et mercredi, le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod se rendra au Maroc, qui sera mis en jeu pour abriter le centre d’accueil.

Mardi, le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod (S) entreprendra une visite de deux jours au Maroc. La visite vise à élargir la collaboration – et peut-être ouvrir la possibilité d’un centre d’accueil dans le pays d’Afrique du Nord.

« La politique du gouvernement danois est très claire. Nous travaillons à la mise en place d’un centre d’accueil dans les pays tiers dans le cadre d’un système migratoire plus humain et plus juste ».

« Une grande partie de ma tâche consiste à discuter avec le gouvernement marocain de la manière dont nous pouvons conjointement mettre fin à la migration irrégulière et mieux gérer la migration », explique Jeppe Kofod.

Le Maroc est ainsi l’un des nombreux pays avec lesquels le gouvernement est désormais en dialogue sur un centre d’accueil hors d’Europe.

Dans le passé, le Rwanda, entre autres, a été mentionné comme un pays possible.

Au cours de la visite, Jeppe Kofod rencontrera à la fois le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita et le Premier ministre marocain Saad Dine El Otmani.

« Le Maroc est un partenaire important pour l’Europe et pour le Danemark. Une grande partie de la migration irrégulière passe par le Maroc. Nous voulons donc travailler avec le Maroc pour faire face à la migration irrégulière et supprimer les incitations à cela », explique Jeppe Kofod.

Le ministre danois des Affaires étrangères visitera également certaines des offres danoises existantes au Maroc, qui aideront les Marocains et les migrants d’autres pays à un avenir qui n’implique pas un voyage dangereux à travers la Méditerranée vers l’Europe.

« Nous soutenons le Maroc et d’autres pays d’Afrique du Nord pour relever ce défi. Il s’agit en partie de donner aux jeunes hommes des outils pour créer un avenir là où ils se trouvent. Et donner au Maroc des outils pour faire face à la migration. C’est donc quelque chose dont nous voulons parler », explique Jeppe Kofod.

Avec le soutien danois, les migrants se voient, par exemple, proposer un enseignement agricole dans une école de Rabat qui peut être utilisé dans le pays d’origine. Le Danemark fournit également une assistance aux jeunes entrepreneurs au Maroc.

Jusqu’à présent, cependant, l’idée du gouvernement d’un centre d’asile en dehors de l’UE n’a pas été prédite avec beaucoup de chances. Les experts ont estimé qu’il était presque impossible de trouver un pays en dehors de l’UE qui jetterait les bases. Et récemment, le gouvernement a dû écarter l’idée que l’Éthiopie pourrait être le pays d’accueil d’un centre d’accueil en raison d’un conflit local dans le pays.

En juin, cependant, le gouvernement a pris plusieurs mesures pour peut-être faire de l’ambition une réalité. Au Folketing, la base juridique du centre d’accueil a été adoptée.

Lundi, il est apparu que le Danemark était en dialogue avec le Royaume-Uni, qui soutient l’idée du gouvernement.

Et avec la visite au Maroc, le gouvernement élargit désormais la liste des pays avec lesquels il est en dialogue sur l’hébergement d’un centre d’accueil.

Cependant, Jeppe Kofod souligne que le défi n’est résolu que si les causes de la migration peuvent être supprimées. Un défi qui ne fera que grandir car les défis climatiques peuvent aussi envoyer des milliers de personnes en mouvement :

« Il est possible de donner aux jeunes une perspective d’avenir là où ils se trouvent. Et dans les décennies à venir, l’Afrique est le partenaire le plus important de l’Europe dans ce domaine. C’est pourquoi le gouvernement travaille pour arrêter la migration irrégulière avec les pays d’Afrique du Nord », explique Jeppe Kofod.

Berlingske, 29 juin 2021

Etiquettes : Danemark, Maroc, migration, centre d’accueil,