Des experts de l’ONU accusent la Russie de meurtres en Afrique

NATIONS UNIES (AP) – Des experts de l’ONU accusent les instructeurs militaires russes et les forces de la République centrafricaine qu’ils soutiennent de « recours excessif à la force, de meurtres aveugles, d’occupation d’écoles et de pillages à grande échelle » – des allégations que Moscou a fermement rejetées lundi.

Dans un rapport de 40 pages obtenu lundi par l’Associated Press, le groupe d’experts chargé de surveiller les sanctions prises à l’encontre de ce pays africain déchiré par un conflit a déclaré avoir recueilli des « témoignages » d’un grand nombre de responsables locaux, de membres des forces militaires et de sécurité intérieure du gouvernement et de sources communautaires dans plusieurs endroits du pays, qui ont fait état de « la participation active d’instructeurs russes à des opérations de combat sur le terrain ».

Le panel a déclaré que de nombreux responsables et autres sources ont rapporté que les instructeurs russes « ont souvent dirigé plutôt que suivi » les troupes de la République centrafricaine alors qu’elles avançaient sur différentes villes et villages dans une contre-offensive contre les rebelles liés à l’ancien président François Bozize. Bozize a tenté d’empêcher la tenue d’élections en décembre, puis a tenté de s’emparer du pouvoir du président Faustin Archange Touadera.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a catégoriquement démenti les allégations, d’abord rapportées par le New York Times, selon lesquelles des instructeurs russes auraient été impliqués dans le meurtre de civils et le pillage de maisons.

« Les conseillers militaires russes ne pouvaient pas prendre part et n’ont pas pris part à des meurtres ou des pillages », a déclaré Peskov lors d’une conférence téléphonique avec les journalistes. « C’est encore un autre mensonge ».

La République centrafricaine, riche en minéraux, est confrontée à des combats interreligieux et intercommunautaires meurtriers depuis 2013. Un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes rebelles a été signé en février 2019, mais la violence imputée à Bozize et à ses alliés menace d’annuler l’accord.

Elle a éclaté après que la cour constitutionnelle a rejeté la candidature de Bozize à la présidence en décembre et s’est poursuivie depuis que Touadera a remporté un second mandat plus tard dans le mois avec 53% des voix.

Selon les experts, la Russie a informé en décembre le comité du Conseil de sécurité des Nations unies chargé de surveiller les sanctions contre la République centrafricaine qu’elle enverrait 300 instructeurs non armés pour soutenir la formation de l’infanterie et des forces motorisées du pays et que les personnes déployées ne prenaient pas part aux opérations militaires menées par les forces de sécurité.

Le coordinateur des instructeurs russes a déclaré au panel qu’ils étaient tous russes, recrutés au sein d’une association composée principalement d’anciens officiers militaires, et qu’ils n’avaient pas été engagés par « une société privée », contrairement à ce qu’ont indiqué un groupe de travail de la commission des droits de l’homme de l’ONU et un certain nombre de médias, selon le rapport.

La semaine dernière, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont accusé le personnel russe en République centrafricaine d’avoir commis des abus contre des civils et d’avoir entravé les opérations de maintien de la paix de l’ONU – des accusations que la Russie a vivement démenties.

Les puissances occidentales ont établi un lien entre le personnel russe et le célèbre Wagner Group, une société de sécurité privée qui serait liée à Evgueni Prigojine, un homme d’affaires qui a été inculpé aux États-Unis pour ingérence dans l’élection présidentielle de 2016 et dont les sociétés auraient obtenu de lucratifs contrats miniers en République centrafricaine.

Selon les conclusions des experts, la Russie a confirmé le 18 avril qu’elle disposait de 532 instructeurs dans le pays africain, et n’avait jamais dépassé 550. Mais le comité a noté que de multiples sources ont estimé que le nombre d’instructeurs russes se situait entre 800 et 2 100, et a indiqué que de multiples sources ont signalé que les instructeurs comprenaient des personnes qui se sont identifiées comme des ressortissants de Libye, de Syrie et d’autres pays.

Bien que le comité des sanctions ait été informé que les instructeurs ne seraient pas armés, le panel a déclaré avoir « observé directement et reçu des témoignages selon lesquels les instructeurs russes » soutenant les opérations militaires du gouvernement et fournissant une protection rapprochée aux responsables de la République centrafricaine « étaient armés ».

Des responsables russes ont confirmé que les instructeurs étaient armés, affirmant que c’était pour leur propre protection et que les armes n’étaient utilisées que « lorsqu’on leur tirait dessus ». Il a déclaré que les armes et les munitions provenaient de stocks fournis par la Russie au ministère de la Défense, ce qui constitue une violation des engagements pris par le président de la République centrafricaine en 2018 et 2019 à l’égard des utilisateurs finaux devant le comité des sanctions.

Le panel a déclaré que dans plusieurs zones qu’il a visitées, ses experts ont reçu des informations confidentielles et ont trouvé des preuves d’un usage excessif de la force par l’armée centrafricaine et les instructeurs russes.

À titre d’exemple, il a déclaré qu’un camion commercial se rendant à la capitale, Bangui, arrivait à un poste de contrôle temporaire le 28 décembre 2020 à Grimari, dans le centre-sud de la préfecture de Ouaka, lorsque des soldats sont apparus et ont ordonné au conducteur de s’arrêter. Selon des témoins oculaires, alors qu’il tentait de s’arrêter, les soldats ont commencé à tirer des deux côtés et les instructeurs russes ont ouvert le feu de face, indique le rapport.

Le panel a déclaré que trois civils ont été tués et 15 ont été blessés, dont six femmes et un mineur, beaucoup avec de multiples blessures par balles. Les autorités locales n’ont trouvé aucune preuve d’un lien entre le camion et les groupes armés, a-t-il ajouté, et le coordinateur russe a nié toute implication.

Le groupe d’experts a déclaré qu’au cours d’une opération contre les rebelles soutenant Bozize à Bambari, la capitale de la préfecture de Ouaka, le 15 février, les troupes gouvernementales et les instructeurs russes sont entrés dans la mosquée Al-Takwa, tirant sans respecter sa nature religieuse ni faire aucun effort pour distinguer les combattants des civils. Selon des sources locales, il y a eu 17 victimes, dont certains combattants, mais le groupe d’experts a déclaré avoir pu confirmer qu’au moins six personnes décédées étaient des civils.

Les experts ont déclaré avoir reçu « de nombreuses informations faisant état de meurtres aveugles de civils non armés par des instructeurs russes ». Ils ont déclaré avoir pu confirmer auprès de responsables locaux ou de témoins oculaires un certain nombre de ces incidents, notamment le meurtre d’un homme non armé le 21 février, le meurtre de deux civils handicapés et le meurtre de deux civils de la tribu Fulani le 8 mars.

Dans de nombreux endroits où les soldats du gouvernement et les instructeurs russes sont passés ou se sont déployés, le groupe d’experts a reçu des témoignages de pillage de maisons et de bâtiments avec des articles allant du bétail aux matelas, ainsi que de l’argent et des motos.

Il a ajouté que les groupes humanitaires étaient également pris pour cible, citant à titre d’exemple les déclarations relatives au pillage, le 18 mars, d’une organisation humanitaire anonyme dans la capitale de la préfecture d’Ouham, dans le nord-ouest du pays, où les biens pris comprenaient des kits pour les victimes de violences sexuelles d’une valeur d’environ 1 850 dollars.

Associated Press, 28 juin 2021

Etiquettes : ONU, Russie, RCA, République Centrafricaine, Centrafrique,