Laayoune, la « nouvelle Ceuta » à l’horizon

Un vendeur subsaharien dans la ville de Laayoune

Bateaux du port d’El Aaiún, un « nouveau Ceuta » à l’horizon
L’arrivée aux îles Canaries de bateaux transportant des migrants subsahariens provenant des zones militarisées du Sahara occidental a augmenté ces dernières semaines. Plus d’un millier de personnes sont arrivées depuis la mi-juin. « Il y a des mouvements étranges », avertissent les habitants d’El Ayoun.

Moussa vit depuis un an et demi dans une banlieue d’El Ayoun, la capitale du Sahara occidental sous occupation marocaine. Il a 35 ans et vient de Côte d’Ivoire. « J’essaie de me rendre aux îles Canaries mais tout l’argent que j’avais, je l’ai donné à un trafiquant et il a disparu », raconte le jeune homme à El Independiente, désespéré d’être bloqué sur la terre ferme. Ces dernières semaines, les départs de canots se sont multipliés depuis le port et les plages de l’ancienne capitale du Sahara espagnol, dans un mouvement inhabituel que certaines sources consultées par ce journal lient à la décision du Maroc de répéter le scénario qui a débordé Ceuta en mai dernier.

Les départs, à la tombée de la nuit, ont pour scénarios Blaya, le port d’El Aaiún, et El Marsa, une ville à l’ouest de la capitale. « C’est une zone très contrôlée où sont concentrés les gendarmes, les militaires et les policiers marocains. Pas une mouche ne s’y déplace sans la permission ou la complicité des forces de sécurité », fait remarquer à ce journal un habitant de la ville qui requiert l’anonymat par crainte de représailles. Trois bateaux ont quitté la zone en début de semaine pour la côte des Canaries.

En plein jour

 » Les trafiquants ont rencontré les Subsahariens dans le centre d’El Aaiún, sous les yeux des agents. Ils utilisaient ensuite des voitures Nissan pour emmener les migrants vers la côte », décrit une autre source basée dans le village, qui confirme également la multiplication des « mouvements étranges » parmi les milliers de migrants originaires d’Afrique subsaharienne qui se trouvent dans l’enclave depuis des mois, en attendant de traverser l’Atlantique à la recherche du rêve européen. « C’est palpable dans les conversations. Les gens disent qu’untel qui vit dans tel ou tel quartier est parti il y a deux jours sur un bateau. Il y a beaucoup d’activité », disent-ils.

Le flux a également commencé à se faire sentir sur les îles de Fuerteventura, Lanzarote et Gran Canaria, les plus proches de la côte saharienne. Depuis samedi, au moins 338 immigrants sont arrivés aux îles Canaries à bord de neuf bateaux. Dans l’une d’elles voyageait un bébé qui a été emmené à l’hôpital avec un pronostic grave. Le canot pneumatique secouru dans les eaux de Fuerteventura avec 57 migrants – dont 15 femmes et cinq enfants – était parti la veille, vers quatre heures du matin, de Blaya, sur la côte d’El Aaiún.

« Ces dernières semaines, on a constaté une augmentation des arrivées, principalement en provenance du Sahara occidental. La plupart des migrants sont d’origine subsaharienne », a déclaré à ce journal Juan Carlos Lorenzo, coordinateur de la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR) aux îles Canaries. « À Fuerteventura, il y a eu plusieurs sauvetages. Les départs ont augmenté depuis El Aaiún et ses environs », souligne Txema Santana, conseiller du gouvernement des Canaries en matière de migration.

Les sources du ministère de l’Intérieur ont refusé de fournir à ce journal les chiffres des arrivées de la semaine dernière, en attendant leur décompte à la fin de ce mois. Entre le début de l’année et le 15 juin, 5 734 migrants ont atteint l’archipel, soit une augmentation de 116,5 % par rapport à la même période l’année dernière. Jeudi, Salvamento Marítimo a secouru une vingtaine de personnes, dont une morte, à bord d’un skiff au sud de Gran Canaria. Deux jours plus tôt, 108 immigrants ont été secourus dans deux canots pneumatiques se dirigeant vers Fuerteventura, dont 32 femmes et six enfants.

Depuis le milieu du mois, plus de mille migrants sont arrivés au cours de la dernière semaine. « Au cours de ce mois de juin, nous avons dépassé les 6 000 personnes arrivées en 2021. L’année dernière, ce chiffre a été atteint à la fin du mois de septembre. Cette année, avant le début de l’été », prévient Santana. « C’est une reprise soudaine qui a cassé la baisse qui s’enchaînait depuis le mois de mars », ajoute-t-il avant de souligner que « les départs qui étaient auparavant concentrés à Dakhla, le font maintenant à Laâyoune et autour et dans la province de Guelmin ».

La route des Canaries, indiquée de l’intérieur, commence généralement à enregistrer la hausse à partir du mois d’août, lorsque les conditions de mer sont plus propices. Le gouvernement insiste sur le fait que la tendance depuis l’été dernier est que les flux proviennent du Sahara occidental et de la Mauritanie. L’augmentation du nombre de bateaux a également entraîné de nouvelles tragédies. Dimanche en fin de journée, l’ONG Caminando Fronteras a signalé la mort de 40 personnes, dont deux mineurs et 10 femmes, dans un naufrage sur la route des îles Canaries. Un bateau de pêche a sauvé vingt-deux survivants.

Il ne précise cependant pas l’origine dans le territoire sahraoui, envahi en 1975 par le régime marocain et toujours en attente de décolonisation. Musa est l’un des milliers de nomades qui habitent les rues d’El Ayoun. Il a payé tout ce qu’il avait, environ 1 500 euros, pour un voyage qu’il n’a pas encore terminé. « Il y a beaucoup de personnes qui ont été trompées par les trafiquants. Certains ont donné 1 000 €, d’autres 500 € et d’autres encore ont versé la totalité de la somme, soit environ 3 000 €. Beaucoup doivent appeler leurs parents pour qu’ils leur envoient de l’argent car il n’y a aucun moyen d’en obtenir ici. À El Ayoun, il n’y a pas de travail », dénonce-t-il.

Les migrants, victimes de la stratégie marocaine

Musa partage un toit avec d’autres compatriotes, unis – de surcroît – par le malheur de se retrouver sans rien au milieu de la route. « Souvent, la police vient, casse la porte et nous emmène avec elle. Puis les mendiants entrent dans notre maison, prennent nos effets personnels et les vendent », maudit-il. Les Subsahariens vivant à El Aaiún sont également confrontés aux déportations et à la stratégie capricieuse des autorités marocaines. « Il y a environ quatre semaines, beaucoup d’entre eux ont été expulsés du Sahara vers Tan-Tan et Agadir, dans le sud du Maroc, mais ils sont ensuite revenus. On leur a dit qu’ils étaient libres de retourner au Sahara », déclare un activiste de la ville qui connaît les hauts et les bas de la migration.

Les allées et venues de ces dernières semaines ont mis les habitants de la ville en alerte. Certains craignent une répétition de ce qui s’est passé à Ceuta le mois dernier. Entre le 17 et le 18 mai, quelque 10 000 personnes ont réussi à entrer dans la ville autonome en contournant les brise-lames frontaliers de Benzú et de Tarajal face à la permissivité des autorités marocaines, irritées par l’accueil par l’Espagne du leader du Front Polisario qui doit être soigné dans un hôpital de Logroño pour un coronavirus. Il y a deux semaines, le Parlement européen a condamné « l’utilisation par le Maroc des contrôles aux frontières et de la migration, et en particulier des mineurs non accompagnés, comme moyen de pression politique contre un État membre de l’Union ».

« Certains des migrants que j’assiste me disent que ce sont les militaires marocains qui poussent leurs bateaux. Imaginez un militaire marocain qui collabore avec la mafia », déclare Loueila Mint El Mamy, qui travaille comme avocate spécialisée dans l’immigration aux îles Canaries. « Un soldat peut gagner 200 ou 300 euros et être tenté par une mafia au Maroc pour l’aider financièrement. Ce n’est pas un hasard si ces bateaux partent de zones hautement militarisées du Sahara, comme Dakhla et El Aaiún », ajoute-t-elle.

Loueila fréquente ce journal le vendredi midi, après une journée compliquée et épuisante. Elle vient de participer à l’identification du corps de la femme sauvée d’un bateau jeudi. « J’ai vu le visage de cette femme et je me sens très impuissant. Elle était originaire de la Côte d’Ivoire et avait de la famille en France. Cela me fait mal qu’elle n’ait pas pu partir avec un visa, avec les 2 000 ou 3 000 euros qu’elle a payés pour le voyage et avec la possibilité de regrouper sa fille », dit-il franchement. « Elle a passé neuf mois en transit dans une maison fournie par des organisations criminelles qui trafiquent la vie des gens au Maroc ».

La présence accrue de femmes et de mineurs est l’une des nouvelles tragiques qui jettent un regard sur la réalité de ces derniers mois. Depuis le début de l’année, 1 013 femmes (16,42 %) et 1 076 mineurs (17,44 %) sont arrivés. « Autrefois, à bord des bateaux et des cayucos venaient de nombreux mâles, c’est-à-dire un seul membre de l’unité familiale. Ce que nous constatons maintenant, c’est qu’il augmente le transfert de familles entières, de pères et de mères avec leurs enfants », explique José Antonio Rodríguez Verona, chef de l’équipe de réponse immédiate d’urgence de la Croix-Rouge aux îles Canaries. « Le parcours est assez dur à cette période de l’année et on le remarque à l’arrivée », dit-il, attristé.

Les traversées peuvent durer entre sept et dix jours, « en fonction des conditions de mer et de vent et en tenant compte du fait qu’il n’y a pas d’accidents tels qu’une panne de moteur », précise M. Rodriguez Verona. La route des Canaries a monopolisé les titres au dernier trimestre de l’année dernière. 18 000 des plus de 23 000 personnes arrivées irrégulièrement sur les îles l’ont fait en l’espace de quatre mois, de septembre à décembre. Vendredi, lors d’une intervention devant la Commission de l’Intérieur du Congrès des députés, le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, s’est vanté d’une gestion aux îles Canaries qui fait l’objet de critiques depuis des mois.

Marlaska déclenche la controverse

« Les résultats de notre politique migratoire parlent d’eux-mêmes. Je vais donc les replacer dans leur contexte : dans les îles Canaries, les arrivées irrégulières par voie maritime ont été réduites de 7 143 en seulement un mois et demi, entre le 15 novembre et le 31 décembre 2020, à 5 734 au cours des presque sept mois que nous avons passés dans l’année », a-t-il déclaré. « C’est-à-dire en sept mois, moins d’entrées irrégulières que dans les dernières semaines de l’année dernière. Et ce, je le répète, dans un contexte où la pandémie rend très difficile le contrôle et le retour des politiques », a-t-il déclaré.

Les chiffres fournis tous les quinze jours par son propre ministère brossent un tableau différent, marqué par une reprise des arrivées. Les avertissements, provenant d’El Aaiún, vont également dans la direction opposée, Rabat utilisant une fois de plus la migration et son rôle de gendarme capricieux comme arme de pression sur les bureaux de Madrid. « Je pense que Ceuta et les Canaries sont des réalités différentes. Les gens partagent la même situation de manque de protection, mais la possibilité d’une action immédiate et d’un impact plus direct, comme cela s’est produit à Ceuta, n’existe pas aux Canaries », déclare Lorenzo, qui critique la politique migratoire de la coalition gouvernementale.

« Se vanter de la gestion des migrations n’est pas une bonne dynamique », dit-il. « Les transferts ont permis de décongestionner la situation dans les îles Canaries mais il reste des éléments à résoudre comme la chronification des personnes dans des macro-camps dans lesquels elles restent jusqu’à on ne sait quand. C’est un modèle qui a échoué. L’autre réalité à laquelle il faut faire face est celle des mineurs non accompagnés, qui dépasse la capacité opérationnelle des îles Canaries. Environ 2 500 mineurs sont actuellement sous la tutelle de la région », ajoute-t-il, s’inquiétant également de « la situation d’îles comme Lanzarote et Fuerteventura qui ont une capacité opérationnelle moindre pour gérer les flux migratoires qui atteignent leurs côtes ».

Pendant le week-end, le drame a continué à naviguer dans les eaux de l’Atlantique près des îles Canaries. Vendredi, les secours maritimes ont localisé un bateau pneumatique à environ 85 kilomètres au sud de Fuerteventura. A l’intérieur se trouvent 57 naufragés, dont dix femmes et un mineur. Il avait quitté El Aaiún, la ville où Musa était toujours à la recherche du trafiquant qui lui avait volé un avenir incertain. « Mon frère vit à Paris. Cela fera bientôt deux ans que j’ai quitté mon pays. Et je suis ici sans travailler ni rien faire ».

El Independiente, 28 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Laayoune, Ceuta, migration,