Biden tente de relancer le dialogue entre le Maroc et le Polisario

Conflit du Sahara occidental:

-La diplomatie américaine fait pression sur les parties pour qu’elles reprennent les négociations et acceptent l’envoyé spécial des Nations unies.
-Le président regarde ailleurs alors que les démocrates bloquent les gestes de Trump envers le Maroc au Congrès.

El Periodico, 26 juin 2021

Le Sahara Occidental n’a jamais été un problème intrinsèque pour les Etats-Unis. Depuis le début de l’occupation marocaine en 1975, son avenir se joue dans les couloirs des Nations unies et des capitales qui l’entourent : d’Alger, principal sponsor du Front Polisario, à Paris, l’allié le plus proche du Maroc, en passant par Madrid, l’ancienne métropole coloniale, ou Nouakchott, son voisin mauritanien au sud. Washington est entré et sorti du conflit de manière spasmodique, comme ce fut le cas avec le plan Baker, la tentative la plus ambitieuse de ces derniers temps pour résoudre le statut du Sahara. Mais cette lourdeur conjoncturelle est devenue sa responsabilité directe depuis que Donald Trump a ignoré le droit international pour reconnaître la souveraineté marocaine sur l’ancienne colonie espagnole.

« Beaucoup d’Américains ne savent rien du conflit, et la plupart ne sauraient même pas où se trouve le Sahara occidental sur la carte », déclare Stephen Zunes, professeur à l’université de San Francisco et co-auteur d’un livre sur le sujet. « Mais compte tenu de la puissance et de l’influence des États-Unis dans le monde, et du fait qu’ils sont la seule puissance à avoir reconnu l’annexion marocaine, on leur a donné un rôle beaucoup plus important. La balle est maintenant dans le camp de Joe Biden, qui a jusqu’à présent résisté à l’idée de revenir sur la reconnaissance de son prédécesseur, malgré ses promesses répétées de replacer le droit international comme pilier normatif des relations entre les pays.

Sa politique sur le Sahara occidental reste officiellement à l’étude, mais en attendant, comme EL PERIÓDICO l’a appris, ses diplomates font pression dans les couloirs de l’ONU pour nommer un nouvel envoyé spécial pour la région et amener le Maroc et le Polisario à la table des négociations. Un dialogue qui est mort depuis que l’ancien président allemand Horst Köhler a démissionné de son poste d’envoyé spécial pour le Sahara occidental en mai 2019. Ces deux missions ont acquis une urgence extraordinaire à la suite de la reprise de la guerre en novembre, annoncée par les représentants politiques du peuple sahraoui après trois décennies de cessez-le-feu.

« Nous consultons les parties pour trouver la meilleure façon d’avancer et n’avons rien d’autre à annoncer », a déclaré un porte-parole du département d’État interrogé par ce journal sur les discussions en cours pour tenter de débloquer le conflit. Biden joue son jeu avec discrétion et deux jeux de cartes. D’une part, il a réaffirmé la reconnaissance de son prédécesseur en autorisant les cartes officielles de la CIA et du département d’État à inclure le Sahara occupé comme partie intégrante du Maroc. Mais de l’autre, il a laissé ses alliés du Congrès geler les contreparties que Trump a offertes à Rabat en échange de la normalisation des relations avec Israël.

Consulat au Sahara occupé

Tant la notification envoyée au Capitole pour la construction d’un consulat américain à Dakhla, l’ancienne villa espagnole Cisneros, transformée par le royaume alaouite en capitale administrative du Sahara occupé, que la vente au Maroc de quatre drones militaires de pointe. Les deux projets sont restés bloqués dans les commissions des affaires étrangères des deux chambres, ainsi que dans la commission des crédits. « Nous ne pensons pas que l’ouverture du consulat soit justifiée », déclare une source de la commission des affaires étrangères de la Chambre. « Il n’y a pas beaucoup d’affaires à faire à Dakhla, et il n’y a pas beaucoup d’Américains en visite. Selon notre analyse, le seul but du consulat était de réaffirmer la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental ».

Les mêmes sources affirment que Biden n’a pas l’intention de poursuivre la construction du consulat, bloquée par les démocrates avec le soutien de quelques républicains. « C’est un phénomène étrange car aucun des deux camps ne bénéficie d’un soutien majoritaire clair à Washington. Le Congrès est assez divisé », explique le professeur Zunes. Et bien que le conflit sahraoui ne soit pas une priorité pour la Maison Blanche, tout pourrait changer si la reprise des affrontements militaires finissait par déstabiliser la région, conçue par les Etats-Unis comme un tampon contre le jihadisme.

Ce n’est pas le seul facteur à prendre en compte car dans le désert nord-africain, Biden joue une partie de sa crédibilité d’homme d’État dans les forums internationaux. Lors de sa récente rencontre avec Vladimir Poutine, il a mentionné jusqu’à sept fois le respect des « normes internationales » comme l’une de ses exigences pour améliorer les relations avec la Russie, cette même Russie qui fait l’objet de sanctions américaines pour son annexion illégale de la Crimée. Le démocrate n’a donc guère d’autre choix que de revenir sur les reconnaissances de Trump concernant le Sahara, Jérusalem et le Golan syrien s’il veut avoir une quelconque autorité morale en tant que rempart de l’ordre international.

« Notre opposition à la reconnaissance de la marocanité du Sahara découle du dangereux précédent qu’elle créerait », indiquent les sources de la commission des affaires étrangères. « Pour nous, c’est la même chose que l’annexion de la Crimée par la Russie ou les revendications territoriales chinoises en mer de Chine. Ce sont des manœuvres d’annexion illégale, des conquêtes territoriales par la force. »

Etiquettes : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, Etats-Unis, Joe Biden, Donald Trump, ONU, envoyé de l’ONU pour le Sahara Occidental,