Algérie-consultations : Les ambitions des uns et les attentes des autres

Les concertations présidence-partis ont débuté hier:
Les ambitions des uns et les attentes des autres

Le poids non négligeable des indépendants peut forcer la main au FLN qui devra accepter une présence remarquée de la société civile dans le prochain exécutif. Il est même possible que ces ministres soient recrutés parmi les nouveaux députés indépendants.

Comme souligné au lendemain de l’annonce des résultats officiels des élections législatives du 12 juin dernier, le président de la République a entamé, hier, la série de rencontres avec les représentants de la classe politique appelée à construire le prochain pouvoir législatif. Dans cette optique et comme annoncé dans le communiqué de la présidence, c’était au FLN qu’a échoit l’honneur de la réception en premier par le chef de l’Etat. C’est le Secrétaire général du parti, Abou El Fadhl Baadji, qui été reçu hier matin au siège de la présidence de la République. Le premier responsable du vieux parti n’était pas seul. Il a conduit une délégation composée de membres du bureau politique. Cette précaution de se faire accompagner renseigne sur l’importance qu’accorde le FLN à cette audience qui symbolise son retour aux affaires après une éclipse de plus de deux ans. D’ailleurs, M.Baadji n’a pas omis de souligner le poids du parti qu’il dirige sur la carte politique du pays. Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’entretien que lui a accordé le président de la République, il a mis en avant le score de son parti et insisté sur le caractère politique du prochain gouvernement.

On ne sait pas exactement la teneur des discussions qui ont eu lieu dans le secret des négociations, mais le chef du FLN donnait la nette impression d’être satisfait de l’échange qu’il a eu avec le président Tebboune.

Avec ces 98 sièges acquis, le FLN peut prétendre piloter la majorité présidentielle. C’est là le souhait assumé par son secrétaire général. Mais cette ambition peut être quelque peu réfrénée par ses poursuivants dans l’ordre de passage à l’APN. Les indépendants avec leur 84 sièges et dont une délégation a été reçue par le président Tebboune auront leur mot à dire. En effet, leurs représentants conduits par M. Abdelwahab Aït Menguelet, élu à Tizi-Ouzou, comptent certainement jouer un rôle majeur dans la nouvelle Algérie et donc au sein du prochain gouvernement. en vue de la formation du Gouvernement.

«Le Président Tebboune a reçu une délégation de représentants des indépendants conduite par M. Abdelwahab Aït Menguelet composée de MM. Ali Mounsi, Saker Berri, Abdelhamid Belakhel, Benaouda Bettahar El Hadj, Abdelkader Gouri et Mme Fatma Bida», rapporte le communiqué de la présidence de la République. Le poids non négligeable des indépendants peut forcer la main au FLN qui devra accepter une présence remarquée de la société civile dans le prochain exécutif.

Il est même possible que ces ministres soient recrutés parmi les nouveaux députés indépendants. Les profils sont on ne peut plus riches et la compétence est très présente dans le camp des indépendants, dont l’intérêt n’est pas du tout idéologique.

Le troisième invité à la présidence est le MSP, conduit par Abderezak Makri. A l’heure où nous mettons sous presse, la présidence de la République n’avait pas encore communiqué sur l’audience accordée par le chef de l’Etat. Mais qu’il ait été reçu en fin d’après midi ou qu’il le soit aujourd’hui, le rendez-vous avec le parti islamiste est ferme. C’est d’ailleurs à l’issue de la rencontre qu’on saura si la nouvelle Algérie entamera sa première législature avec un gouvernement d’union nationale ou à majorité présidentielle.

Enfin, il faut savoir que «M. Noureddine Bardad-Daidj, directeur de cabinet à la Présidence de la République, Mohamed El Amine Messaid, Secrétaire général de la Présidence de la République et Boualem Boualem, conseiller auprès du président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires», ont assisté aux audiences.

Anissa Mesdouf

Ouest Tribune, 27 juin 2021

Etiquettes : Algérie, consultations, formation du gouvernement, partis politiques, élus indépendants,