Le Maroc ne gagne rien du tournage d’Indiana Jones 5

Amira SOLTANE

Le Maroc s’est vanté depuis quelques jours dans les nombreux sites et médias locaux d’accueillir sur son sol, cet été, les nouvelles aventures du mythique archéologue Indiana Jones, incarné par Harrison Ford.

L’annonce a été faite par un communiqué de presse du Centre cinématographique marocain (CCM). Le Maroc accueillera cet été, l’équipe de tournage du cinquième opus du célèbre Indiana Jones. Le réalisateur et producteur Steven Spielberg, qui a réalisé les chapitres précédents, cédera les rênes à James Mangold, tout en continuant à assurer la production aux côtés de Kathleen Kennedy et Frank Marshall, fait savoir la même source.

Aux côtés de Harrison Ford, joueront Phoebe Waller-Bridge (Fleabag), Boyd Holbrook (Logan), Shaunette Renée Wilson (The Resident) et Thomas Kretschmann (Avengers: L’ère d’Ultron), a ajouté le communiqué, faisant savoir que le tournage a débuté à Londres le 7 juin et se poursuivra à Fès et Oujda, cet été.

Profitant de ses décors orientaux, le Maroc sert souvent de décor aux nombreuses productions américaines, françaises ou anglaises et cela en raison des avantages financiers qu’offre le royaume pour attirer les devises fortes et surtout alimenter son tourisme. Et ce n’est pas la première fois que le royaume marocain accueille une grosse production hollywoodienne.

Indiana Jones vient s’ajouter à la série des grandes productions internationales tournées au Maroc telles que James Bond, Jason Bourne, Mission Impossible, Game of Thrones ou Homeland, a rappelé le CCM, notant que «le succès du Maroc et son attractivité en tant que grand espace de tournage sont dus, d’une part, aux multiples décors qu’offre notre pays, à sa lumière exceptionnelle, à l’expérience et à la qualification de ses équipes techniques, et, d’autre part, aux mesures prises, depuis 2017 par le Centre cinématographique marocain ainsi que les avantages octroyés aux producteurs étrangers», se vante le communiqué du CCM. Mais que gagne le Maroc cinématographiquement? Même si le producteur marocain Zakaria Alaoui et sa société Zak Productions seront en charge du tournage au Maroc, ce ne sont que des avantages offerts aux Occidentaux.

Le cinéma marocain ne profite pas de cette venue des plus grands réalisateurs du monde sur son sol. Les équipes techniques marocaines ne sont pas sollicitées, les réalisateurs marocains sont totalement écartés des productions étrangères et la plus grande perte pour le Maroc est qu’il n’est pas coproducteur des films qui sont tournés chez lui. Il n’obtient même pas 1% de la production, ce qui fait, de plus, un simple prestataire technique.

L’Expression, 26 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Indiana Jones, cinéma, gains,