Du Maroc au Belarus : l’UE lutte contre l’augmentation du nombre de réfugiés

47 % de plus qu’en 2020 : alors que la pandémie de corona se calme, le flux de réfugiés vers l’Europe augmente. Les États voisins de l’UE utilisent délibérément la question de la migration comme levier politique.

Au début de chaque été, les organisations de réfugiés et les gouvernements signalent un nombre croissant de personnes qui tentent de rejoindre l’UE. Mais à l’heure actuelle, un sentiment d’inquiétude se répand, notamment dans les États du sud et de l’est de l’UE. En effet, l’agence européenne chargée des frontières, Frontex, a enregistré 47 100 franchissements illégaux des frontières au cours des cinq premiers mois de cette année, soit 47 % de plus qu’en 2020, année où les chiffres étaient toutefois très bas en raison de la Corona et des restrictions mondiales en matière de voyages. Et un certain nombre d’États voisins sont accusés d’utiliser délibérément la question de l’immigration comme levier politique contre l’UE – et de faire grimper les chiffres. Aujourd’hui, les politiciens veulent fournir des certitudes sur au moins un point – la Turquie.

Jeudi, le président lituanien Gitanas Nauseda a tiré la sonnette d’alarme. L’État voisin de la Biélorussie envoie de plus en plus de migrants, principalement originaires d’Irak, d’Iran et de Syrie, à travers la frontière et donc dans l’UE, a critiqué M. Nauseda à Bruxelles. Il va même jusqu’à insinuer que les dirigeants politiques de Minsk font délibérément venir davantage de migrants en proposant des vols supplémentaires vers Bagdad afin d’accroître la pression sur l’UE. En effet, l’UE a une nouvelle fois renforcé les sanctions à l’encontre des dirigeants biélorusses pour avoir réprimé l’opposition nationale. La Lituanie, en particulier, a accueilli un grand nombre de membres de l’opposition. Ainsi, selon M. Nauseda, les migrants sont désormais utilisés comme une arme politique.

À l’autre bout de l’Europe, les dirigeants espagnols portent une accusation similaire à l’encontre du Maroc, pays d’Afrique du Nord. Les dirigeants de Rabat sont furieux que l’Espagne – mais aussi, par exemple, l’Allemagne – ne veuille pas reconnaître la revendication du Maroc sur le Sahara occidental. Lorsqu’à la fin du mois de mai, environ 8000 migrants sont entrés à la nage dans l’exclave espagnole de Ceuta en 36 heures, le gouvernement espagnol a accusé le Maroc de chantage. Car sans la coopération des autorités de sécurité marocaines, pas autant de personnes n’auraient pu s’approcher de Ceuta.

Ce schéma n’est pas nouveau. L’ancien dirigeant libyen Mouammar al Kadhafi voulait déjà utiliser la migration comme levier politique et avait menacé en 2011, avant sa chute, d’ouvrir les vannes de l’Europe si l’UE ne lui transférait pas des milliards. Et le président turc Recep Tayyip Erdogan avait également prévenu en octobre 2019 que son pays ouvrirait les vannes et avait envoyé des milliers de réfugiés à la frontière avec la Grèce en leur promettant qu’ils pourraient entrer dans l’UE.
L’industrie du voyage international offre à nouveau plus de vols
Mais après cela, la question de la migration dans l’UE a également été reléguée au second plan à cause de Corona. Le virus a entraîné un ralentissement des voyages dans le monde entier et, par conséquent, une diminution du nombre de migrants à la frontière extérieure de l’UE. Aujourd’hui, la situation de Corona se détend, l’industrie du voyage international propose à nouveau davantage de vols – et le nombre de réfugiés augmente rapidement.

« En plus de cela, de nouveaux facteurs poussent les gens à fuir », déclare un diplomate européen de haut rang. Le retrait des troupes de l’OTAN d’Afghanistan, par exemple, risque d’amener les talibans à reprendre le contrôle du pays et de pousser davantage de personnes à quitter l’Afghanistan, dit-il. Dans la populeuse Éthiopie, une nouvelle offensive des rebelles dans le nord sécessionniste a relancé la guerre civile et les mouvements de réfugiés. Au Sahel, il y a non seulement une forte croissance démographique, mais aussi une instabilité due aux islamistes, aux séparatistes et aux milices qui provoquent une déstabilisation transfrontalière.

La conférence sur la Libye qui se tiendra mercredi à Berlin peut donc être considérée comme une tentative de stabiliser au moins l’un des pays de transit situés à la frontière extérieure de l’UE, qui servent de tampon aux nombreux migrants en provenance d’Afrique noire ou d’Asie.

Aujourd’hui, Mme Merkel et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, font pression en faveur d’un accord sur les migrations avec la Turquie, au moins jusqu’en 2024. Mme Merkel avait déjà lancé l’accord migratoire UE-Turquie en 2015, en vertu duquel le pays reçoit un total de six milliards d’euros pour prendre en charge les quelque 3,7 millions de réfugiés syriens que la Turquie a accueillis en échange de la rétention de nombreux migrants. Sur ce montant, 4,1 milliards d’euros ont été déboursés, selon la Commission. Aujourd’hui, 3,5 milliards d’euros supplémentaires doivent être ajoutés jusqu’en 2024. 2,2 milliards d’euros sont destinés à la Jordanie et au Liban, qui accueillent également des centaines de milliers de réfugiés syriens. Après les expériences de 2015, la prise en charge des personnes doit se faire principalement « près de chez soi », estime le gouvernement allemand.

La seule condition est que les États voisins de l’UE jouent également le jeu. Comme le président lituanien ne voit pas cela dans le cas du Belarus, il demande maintenant l’aide de l’UE pour surveiller la frontière extérieure de son pays et une augmentation du personnel de l’agence européenne des frontières Frontex.

(Reuters)

CASH, 25 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Bélarus, Union Européenne, UE, Migration, frontières, réfugiés,