L’UE conclut un accord sur les énormes subventions agricoles

L’UE conclut un accord sur les énormes subventions agricoles, mettant fin à trois ans de négociations

BRUXELLES, 25 juin (Reuters) – Les négociateurs de l’Union européenne ont conclu vendredi un accord sur la réforme de l’énorme programme de subventions agricoles de l’Union, introduisant de nouvelles mesures visant à protéger les petites exploitations et à réduire l’impact environnemental de l’agriculture.

Cet accord met fin à une lutte de près de trois ans sur l’avenir de la politique agricole commune de l’UE, qui absorbera environ un tiers du budget de l’UE pour la période 2021-2027, avec 387 milliards d’euros de paiements aux agriculteurs et de soutien au développement rural.

Les représentants des États membres de l’UE et du Parlement européen ont conclu l’accord, qui vise à transférer des fonds des pratiques agricoles intensives vers la protection de la nature et à réduire les 10 % de gaz à effet de serre émis par l’agriculture dans l’UE.

Les nouvelles règles de la PAC s’appliquent à partir de 2023 et ne concernent pas la Grande-Bretagne après sa sortie de l’UE.

« Sur certains points, nous aurions pu souhaiter un résultat différent, mais dans l’ensemble, je pense que nous pouvons être satisfaits de l’accord auquel nous sommes parvenus », a déclaré le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, dans un tweet.

Selon les militants et certains législateurs, l’accord n’a pas permis d’aligner l’agriculture sur les objectifs de l’Union européenne en matière de lutte contre le changement climatique, car de nombreuses mesures vertes étaient faibles ou ne permettaient pas aux États membres d’exiger des agriculteurs qu’ils adoptent des méthodes respectueuses de l’environnement.

L’accord exige que les pays consacrent 20 % des paiements aux agriculteurs à partir de 2023-2024, puis 25 % entre 2025 et 2027, à des « éco-régimes » qui protègent l’environnement, selon un projet d’accord consulté par Reuters. L’accord final n’a pas été publié.

Les exemples pourraient inclure la restauration des zones humides pour absorber le CO2, ou l’agriculture biologique, bien que les règles n’aient pas défini ce qui serait considéré comme un éco-régime.

Tous les fonds inférieurs à ces limites qui ne sont pas consacrés à des éco-régimes doivent être utilisés pour des mesures écologiques dans d’autres domaines.

D’autres accords comprenaient des règles obligeant les pays de l’UE à redistribuer au moins 10 % des fonds de la PAC aux petites exploitations. Les pays pourraient se soustraire à cette obligation s’ils utilisent d’autres méthodes pour distribuer les fonds de manière équitable.

Tous les paiements des agriculteurs seraient liés au respect de règles environnementales, telles que la mise en réserve de 4 % des terres arables pour des zones où la nature peut prospérer ou la rotation annuelle des cultures pour améliorer la santé des sols.

Les auditeurs de l’UE ont déclaré cette semaine que la PAC actuelle ne parvenait pas à réduire les émissions. Les émissions de l’agriculture européenne, dont la moitié provient du bétail, n’ont pas diminué depuis 2010.

Le Parlement européen et les États membres de l’UE doivent tous deux approuver officiellement l’accord.

Reuters, 25 juin 2021

Etiquettes : Union Européenne, UE, subventions agricoles,