Aix-en-Provence : Thierry Mariani fait du porte-à-porte

Dans le sud de la France, un ex-conservateur mène la quête de l’extrême droite pour le pouvoir régional.

AIX-EN-PROVENCE, France, 24 juin (Reuters) – Avec une longue carrière dans la politique traditionnelle, Thierry Mariani, qui veut assurer la toute première victoire de l’extrême droite aux élections régionales en France, est dans son élément alors qu’il fait du porte-à-porte à Aix-en-Provence.

Les manches de sa chemise retroussées, ses manières décontractées, Mariani se présente comme l’homme qui mettra plus d’agents de sécurité dans les trains et les lycées, dépensera plus d’argent pour la reprise de la pandémie et impliquera davantage le public dans la prise de décision.

La dirigeante d’extrême droite Marine le Pen a recruté Mariani, un politicien expérimenté qui a été ministre sous Nicolas Sarkozy, afin d’élargir son attrait auprès des électeurs traditionnels dans le cadre de sa campagne pour le contrôle de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA).

« C’est le seul à avoir un programme honnête », a déclaré Claire Laurent, retraitée qui a voté pour la première fois à l’extrême droite au premier tour de l’élection, sur le marché où Mariani distribuait des tracts de campagne.

« Nous devons défendre notre région avec un candidat solide », a-t-elle ajouté.

Une victoire dans cette région méditerranéenne de 5 millions d’habitants lors du second tour du 27 juin renforcerait les chances de Mme Le Pen de devenir présidente l’année prochaine et permettrait de mesurer les progrès réalisés pour adoucir l’image eurosceptique et anti-immigration de son parti.

Renaud Muselier, le président sortant de la région, de centre-droit, a mis en garde les électeurs pendant la campagne contre le risque de se laisser abuser par un « cheval de Troie ». Il a déclaré à Reuters que derrière une façade moins toxique, l’extrême droite continuait à mener des politiques « nauséabondes ».

Le sud de la France est depuis des années un bastion de la droite.

Il est sous-tendu par la colère suscitée par les vagues d’immigration en provenance des anciennes colonies nord-africaines de la France et par la menace qu’elles représentent pour l’identité française. Plus récemment, le sentiment que les impôts aident les migrants plutôt que de s’attaquer aux inégalités sociales a attisé le soutien de la classe ouvrière.

« Je ne suis pas du genre à être raciste, mais regardez ce qui se passe. Il faut arrêter de distribuer des allocations un peu partout parce qu’à un moment donné, c’est nous qui devrons payer », a déclaré le mécanicien Jean-Paul Buleux, un électeur d’extrême droite.

UN DÉFI DE CRÉDIBILITÉ

Les chances d’une victoire de l’extrême droite en PACA se sont allongées cette semaine après que d’autres partis se sont unis dans un soi-disant « front républicain » conçu pour éviter de fragmenter le vote anti-Le Pen. Le même front a aidé le président Emmanuel Macron à vaincre Le Pen en 2017.

Pour des électeurs comme Buleux, le pacte souligne ce qu’ils disent être une crainte des partis traditionnels pour le changement que beaucoup recherchent.

Pour d’autres, comme le retraité Gérard Bouzart, qui a gâché son bulletin de vote du premier tour, il protège les valeurs fondamentales de la république que sont l’égalité et la liberté.

« Je voterai pour faire barrage au Rassemblement national (au second tour) », a déclaré le retraité, qui s’est moqué de la position de l’extrême droite sur l’immigration et les droits des homosexuels. « Leurs idées sont d’une autre époque ».

Mariani a rejeté l’idée que le parti était un danger pour la république. Il a déclaré que le Rassemblement national avait laissé derrière lui son passé antisémite et xénophobe associé à son fondateur Jean-Marie Le Pen.

« Marine Le Pen n’a rien à voir avec son père », a-t-il déclaré.

Marine Le Pen a déclaré que le résultat des élections régionales ne la ferait pas changer de cap. Le parti de Mme Le Pen a perdu au premier tour neuf points de pourcentage à l’échelle nationale par rapport aux élections régionales de 2015, n’arrivant en tête qu’en PACA.

Mais les élections ont souligné un défi auquel elle sera confrontée en vue de l’élection présidentielle de 2022, selon la politologue Virginie Martin.

« Il y a un équilibre délicat à trouver : être capable de dire ‘nous sommes différents, votez pour nous parce que nous sommes en dehors du système’ mais être suffisamment dans le courant dominant pour être crédible », a déclaré Mme Martin.

Reuters, 24 juin 2021

Etiquettes : France, élections régionales, Thierry Mariani, Aix-en-Provence, extrême droite,