Afrigen se prépare à livrer le premier vaccin africain contre le COVID-19

CAPE TOWN, 24 juin (Reuters) – Le directeur général de la start-up sud-africaine Afrigen Biologics a déclaré qu’une décision devrait être prise à la mi-juillet concernant les partenaires qui produiront le premier vaccin africain contre le COVID-19 utilisant la plate-forme ARNm.

L’Organisation mondiale de la santé a choisi Afrigen pour un projet pilote visant à donner aux pays pauvres et à revenu intermédiaire le savoir-faire et les licences nécessaires à la fabrication des vaccins COVID-19, dans ce que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a qualifié d’étape historique.

Le « centre de transfert de technologie » permettra aux entreprises africaines de fabriquer des vaccins à ARNm, la technologie de pointe utilisée dans les vaccins de Pfizer (PFE.N) et Moderna (MRNA.O), dans un délai de 9 à 12 mois, a déclaré l’OMS lundi. en savoir plus

« La course est lancée pour obtenir une capacité de fabrication en Afrique afin de nous donner la sécurité en matière de vaccins », a déclaré Petro Terblanche, d’Afrigen, à Reuters mercredi, lors de la première visite des médias dans sa nouvelle installation de 130 millions de rands (9 millions de dollars).

« La voie la plus rapide pour atteindre cet objectif serait de choisir l’un des vaccins déjà autorisés sur le marché. Cependant, il y a de la place pour d’autres plateformes, en particulier dans le domaine de la stabilité, et il n’est donc pas impossible que nous examinions deux plateformes différentes », a ajouté M. Terblanche.

Faisant référence à l’instabilité des vaccins à ARNm, qui nécessitent un stockage à très basse température, elle a déclaré qu’Afrigen pourrait accéder à la technologie pour produire un vaccin à ARNm « thermostable » qui pourrait être conservé à des températures comprises entre 2 et 8 degrés Celsius.

L’installation d’Afrigen sera capable de produire un maximum de 10 000 flacons par jour de vaccins COVID-19 et elle a établi un partenariat avec le fabricant local Biovac qui peut produire 30 à 50 millions de doses par an pour les distribuer à travers l’Afrique, a-t-elle ajouté.

L’unité de production de vaccins ultra-stérile, avec ses murs blanchis à la chaux et son dédale de pièces reliées entre elles par des sas, est encore une coquille vide. Cependant, Mme Terblanche a déclaré qu’elle devrait être pleinement opérationnelle d’ici février de l’année prochaine.

Parmi les partenaires de recherche figurent des universités sud-africaines de premier plan et le laboratoire local de surveillance génomique KRISP, qui a contribué à la détection de la variante Bêta dominant une troisième vague d’infections locales.

Dans un premier temps, les scientifiques d’Afrigen seront envoyés en formation auprès de partenaires de transfert de technologie sélectionnés aux États-Unis ou en Europe. Cette équipe formera ensuite ses partenaires chez Biovac et d’autres en Afrique, selon un modèle en étoile.

« Un vaccin sûr, abordable et prêt à être utilisé chez l’homme contre le COVID-19 sera notre premier candidat vaccin, qui sera suivi par d’autres vaccins importants pour l’Afrique », a déclaré M. Terblanche, en évoquant des maladies infectieuses telles que la tuberculose et le virus Ebola.

Reuters, 25 juin 2021

Etiquettes : Afrigen Biologics, vaccin, covid 19, Afrique,