Ouverture de la 2ème Conférence internationale sur la Libye

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, participera à la conférence de Berlin sur la Libye

La Libye se rassemble à Berlin : Ouverture de la deuxième Conférence internationale sur un règlement libyen

Une nouvelle conférence sur la Libye se tiendra aujourd’hui à Berlin. Son objectif est de préparer les élections générales dans ce pays, ainsi que de revoir le processus de réconciliation lancé en octobre de l’année dernière. La question la plus controversée et jusqu’à présent non résolue est le retrait des mercenaires étrangers de Libye. Toutes les parties au conflit et les médiateurs en parlent, mais la situation ne change pas.

Appels au retrait immédiat des mercenaires étrangers de Libye, ainsi qu’un appel aux autorités libyennes pour qu’elles fassent tout leur possible pour organiser des élections législatives le 24 décembre – les principales dispositions du projet de déclaration finale, qui devrait être adoptée mercredi après la deuxième Conférence libyenne à Berlin. Le « zéro brouillon » du document était à la disposition de l’agence de presse italienne Agenzia Nova. La Déclaration aborde des questions telles que la sécurité, le processus politique, les réformes économiques et financières, le respect du droit international humanitaire et les droits de l’homme. Les journalistes soulignent que le texte et la structure du document peuvent encore être modifiés.

L’une des innovations par rapport à d’autres événements similaires est que la Libye y est représentée en tant que participant à part entière aux négociations, ce qui est stipulé dans un paragraphe séparé. Il s’agit de la deuxième conférence sur la Libye organisée par l’Allemagne. Cette fois, l’événement se tiendra au niveau ministériel. La Russie, selon Kommersant, sera représentée par le vice-ministre Sergueï Vershinine, et les États-Unis par le secrétaire d’État Anthony Blinken, qui entamera sa tournée européenne à Berlin. La précédente conférence s’était tenue en janvier 2020 avec la participation de chefs d’État, dont les présidents turc et russe, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine.

De toutes les conférences sur la Libye, elle s’est avérée la plus efficace, puisqu’elle a réussi à rapprocher les positions des médiateurs externes. Parallèlement, pour la première fois, la Russie a participé à une conférence sur la Libye au niveau présidentiel. En fait, à cette époque, ce sont Moscou et Ankara qui ont joué un rôle clé dans le règlement libyen, en aidant à se mettre d’accord sur le gouvernement d’entente nationale basé à Tripoli (GNA, dirigé par Fayez Sarraj) et l’Armée nationale libyenne (LNA, sous le commandement de Khalifa Haftar). Et c’est Moscou qui a alors insisté pour inviter les deux personnalités clé à Berlin. Cependant, le véritable processus de négociation n’a été lancé que quelques mois plus tard, lorsque les forces du CNT, avec le soutien de la Turquie, ont réussi à repousser l’ANL de Tripoli. Après cela, Moscou, Ankara et Le Caire ont arrêté l’offensive des troupes de la PNC à l’Est et les parties sont revenues à la table des négociations. En octobre, ils ont signé un accord de cessez-le-feu, et en février de cette année, le Forum libyen pour le dialogue politique, qui s’est tenu à Genève sous les auspices de l’ONU, des membres élus du Conseil présidentiel, dirigé par Muhammad al-Manfi, ainsi qu’un nouveau Premier ministre. Il s’agissait auparavant d’un homme d’affaires peu connu et aspirant politicien Abdel Hamid Dbeiba. La tâche du Gouvernement d’union nationale (PNU) et du nouveau conseil est de préparer le pays aux élections législatives et présidentielles, ainsi que d’unir les institutions politiques et financières de l’est et de l’ouest de la Libye qui sont restées éparpillées depuis six ans. .
Mais le conflit n’est pas encore terminé. Khalifa Haftar et son armée restent hors du contrôle de Tripoli, et le poste de ministre de la Défense est toujours vacant.

Samedi, l’ANL a déclaré la frontière libyo-algérienne zone militaire dans le cadre d’une opération lancée quelques jours plus tôt dans le sud du pays contre le groupe terroriste État islamique (interdit en Fédération de Russie). Dans le même temps, le feld-maréchal Haftar n’a pas coordonné ses actions avec les autorités libyennes. En conséquence, le Conseil présidentiel a publié un décret interdisant le redéploiement d’unités militaires sans le consentement du commandant en chef de l’armée libyenne. Ses fonctions sont exercées par le Conseil présidentiel composé de trois personnes. Dans le même temps, on ne sait pas qui de ces trois a signé le document. L’ANL n’était pas d’accord avec la décision du conseil.  » En 2015, le parlement libyen a adopté la loi n°1 sur l’octroi de pouvoirs d’urgence à l’armée, y compris le redéploiement des troupes, si les frontières de la Libye sont en danger. Ainsi, nous avons parfaitement le droit de déplacer des troupes. Dans ce contexte, la communauté internationale, comme il ressort du projet de déclaration, reconnaît les progrès réalisés depuis la première conférence de Berlin (cessez-le-feu en vigueur ; blocus pétrolier levé ; pouvoir exécutif intérimaire établi et approuvé par le parlement). Dans le même temps, il est noté que les Libyens doivent travailler plus dur pour que les élections se tiennent à temps et que les résultats soient acceptés par toutes les parties. Le document appelle également à « un retrait mutuel, proportionnellement équilibré et cohérent des éléments armés étrangers, y compris le retrait immédiat des mercenaires étrangers ».
B. C.

Le Maghreb, 23 juin 2021

Etiquettes : Libye, Berlin, élections, processus de réconciliation, mercenaires, ingérence étrangère,