Pourquoi l’UE parle-t-elle de la Russie et de la Chine mais pas d’Israël et du Maroc ?

Si l’UE impose des sanctions pour des motifs politiques, cela ne servira pas le droit international.

Ces derniers jours, nous avons lu dans Helsingin Sanomat des articles dignes d’intérêt sur la guerre à Gaza et la ruée des migrants marocains vers la ville espagnole de Ceuta. À Gaza, il s’agit du conflit israélo-palestinien et, dans le cas de l’invasion marocaine, de la politique de répression du Maroc au Sahara occidental, qu’il occupe. Mon objectif ici est de faire la lumière sur la perspective du droit international – avec un accent particulier sur l’attitude de l’UE.

Au sein de l’Union européenne, les tentatives pour convenir de sanctions contre la Russie et la Chine ont occupé une place importante. La politique récente de la Russie est désagréable à observer. Les dirigeants russes considèrent toute opposition véritable comme une menace majeure qui doit être écrasée immédiatement. Le traitement réservé à Alexei Navalny est tout simplement ridicule.

Le traitement sévère de la minorité ouïgoure par la Chine a également attiré l’attention de l’UE.

En Palestine et au Sahara occidental, il s’agit de la suppression du droit à l’autodétermination de deux peuples, anciennement soumis au colonialisme, par un État voisin étranger. Cette répression a entraîné des violations généralisées et flagrantes des droits de l’homme. En Palestine, le problème principal n’est pas la violence entre Israël et les Palestiniens, mais le fait que depuis des années, Israël construit des colonies pour ses citoyens juifs en Palestine.

Il y a au moins un demi-million de colons en Palestine, et les colonies, ainsi que les zones de sécurité établies par l’armée israélienne, ont transformé la Palestine en un patchwork où il est impossible pour les Palestiniens de créer leur propre État. L’UE n’a pas discuté de sanctions contre Israël pour le pousser à démanteler une partie des colonies et à accepter la création d’un État palestinien.

Le Maroc a occupé le Sahara Occidental et exploite les ressources de sa côte et territoriale pour son propre bénéfice et au détriment du peuple sahraoui. Les pays de l’Union européenne participent à cette exploitation. Cependant, l’UE ne parle pas de sanctions contre le Maroc pour faire pression sur lui afin qu’il autorise un véritable référendum au Sahara Occidental sur son statut juridique.

Si l’UE prend des sanctions pour des raisons politiques, elle ne servira pas le droit international. Il est alors préférable de renvoyer le débat sur les sanctions aux Nations unies.

Lauri Hannikainen

Professeur émérite de droit international, Helsinki

Helsingin Sanomat, 23 mai 2021

Etiquettes : Union Européenne, UE, Chine, Russie, Maroc, Israël, Sahara Occidental, Palestine, colonies israéliennes,