Loukachenko menace d’utiliser l’immigration contre l’UE

La migration est le talon d’Achille de l’UE

L’opinion publique anti-immigration met l’Union européenne à la merci de ses voisins. Aujourd’hui, le régime de Lukashenko abuse de la situation, mais dans le passé, la Turquie et le Maroc ont utilisé les demandeurs d’asile comme un outil de pression.

Le nombre de demandeurs d’asile entrant irrégulièrement en Lituanie a considérablement augmenté ces dernières semaines, après que les dirigeants de Minsk, qui ont été sanctionnés pour détournement d’avion, ou terrorisme d’État, ont décidé de se venger de l’Union européenne par le biais d’un trafic d’êtres humains au niveau de l’État.

Le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko a laissé entendre dès la fin du mois de mai qu’il envisageait d’utiliser cette tactique sournoise pour riposter aux mesures punitives de l’UE. « Jusqu’à présent, nous avons arrêté les migrants et la drogue, maintenant il faut les capturer et les consommer », a-t-il déclaré à l’UE dans un discours devant le Parlement. En ce qui concerne la drogue, aucun signe particulier n’indique pour l’instant que Loukachenko a mis sa menace à exécution, mais on constate un changement notable dans le cas des demandeurs d’asile, avec une augmentation sensible du trafic à la frontière verte entre le Belarus et la Lituanie. Cependant, le dictateur a quelque peu embelli son propre rôle, puisqu’il ne s’agit pas de fermer passivement les yeux sur certains processus, mais d’en être l’instigateur. En témoigne le fait que les autorités lituaniennes capturent des ressortissants du Moyen-Orient, principalement des Irakiens, au lieu de dissidents biélorusses fuyant la répression. Selon le gouvernement de Vilnius, c’est l’agence touristique d’État biélorusse CentrKurort qui organise les voyages des mendiants, et des personnes sont également amenées par avion d’Istanbul et de Bagdad. La police des frontières lituanienne affirme que ses homologues biélorusses couvrent les traces de pas des frontaliers, ce qui prouve également que le régime de Minsk est derrière tout cela.

« C’est l’utilisation de la migration comme une arme, visant directement la Lituanie », a déclaré l’autre jour le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis au quotidien économique britannique Financial Times. Le diplomate a déclaré qu’il n’était pas difficile de comprendre pourquoi l’État balte était la cible de M. Loukachenko, car les dirigeants de Vilnius ne mâchent pas leurs mots en matière de droits de l’homme et offrent un refuge aux dirigeants de l’opposition biélorusse, notamment Svetlana Tyhanovskaya. M. Landsbergis a qualifié cette action d’attaque hybride et a déclaré que le régime biélorusse « mettait à l’épreuve » le pays et l’Europe.

Les autorités lituaniennes ont déjà enregistré quelque 400 coups bas depuis le début de l’année, soit plus qu’au cours des quatre dernières années réunies. Bien que le niveau de la pression migratoire ici soit encore considéré comme négligeable par rapport aux normes européennes, il suffit à créer des tensions sociales en Lituanie, auxquelles certains politiciens contribuent en fomentant une opinion publique anti-immigrés. Le gouvernement de Vilnius tente de remédier à la situation : La Turquie et l’Irak ont été invités à effectuer davantage de contrôles dans les aéroports pour les vols sortants. L’agence européenne de gestion des frontières Frontex, ainsi que l’Estonie, la Finlande et la Lettonie, ont envoyé des gardes-frontières pour aider les autorités lituaniennes. La Commission européenne s’est également engagée à apporter son aide, mais l’organisme basé à Bruxelles a souligné il y a une semaine et demie qu’une réponse systémique était nécessaire. Ce changement structurel est d’autant plus nécessaire que ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que des pays voisins utilisent la migration pour tenter de faire pression sur l’UE.

Au printemps dernier, la Turquie a provoqué une crise des réfugiés aux frontières terrestres et maritimes de la Grèce pendant quelques jours, et le mois dernier, le Maroc a autorisé 8 000 demandeurs d’asile à entrer dans l’enclave africaine clôturée de Ceuta, en Espagne. Les deux actions avaient un objectif clair ; le gouvernement turc voulait extorquer plus d’argent et une prolongation de l’accord migratoire qu’il a signé avec l’UE en 2016, et il a finalement obtenu les deux en décembre. Et le Maroc aurait libéré des personnes à Ceuta parce que l’Espagne a refusé d’extrader le chef de la milice séparatiste du Sahara occidental, le Front Polisario, Brahim Ghali, qui était traité dans un hôpital espagnol pour un coronavirus. Cependant, les dirigeants de Rabat n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient et Ghali a été autorisé à partir pour l’Algérie au début du mois de juin.

Certains dirigeants nationaux ont reconnu que la situation était intenable. Le Premier ministre grec Kiriakos Micotakis, par exemple, a déclaré après les événements de Ceuta que l’UE devrait être très stricte avec les pays qui utilisent les demandeurs d’asile comme un outil contre leur communauté. Toutefois, cela pourrait ne pas suffire : tant qu’il y aura un sentiment anti-immigration en Europe, l’UE sera vulnérable à ce type de machinations. Si l’épidémie de coronavirus a temporairement réduit la migration vers l’UE, cette réduction a été de courte durée.

Les réfugiés sont en grand danger

La pandémie a eu un impact particulièrement négatif sur les réfugiés, notamment les plus pauvres. Cependant, il est également un fait que de nombreux migrants jouent un rôle important dans des secteurs (tels que la santé) qui ont lutté pour contenir l’épidémie.

Selon les recherches de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 31 % du total des migrations internationales en mars 2021 étaient destinées aux 20 pays les plus touchés. Dans neuf de ces pays, on peut considérer que sept pour cent de la population a des racines étrangères. Dans les pays les plus touchés par l’épidémie, le nombre de migrants est supérieur à la moyenne mondiale. Le renforcement des contrôles aux frontières a clairement affecté les mouvements migratoires et les opérations des organisations humanitaires. Depuis le 11 mars 2020, date à laquelle la pandémie a été officiellement déclarée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 105 000 restrictions au passage des frontières ont été imposées dans le monde en un an. Les flux migratoires vers les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont chuté de 46 % au cours du premier semestre 2020, ce qui a entraîné une croissance démographique nulle dans certains pays. L’Allemagne en est un bon exemple, avec une croissance démographique nulle pour la première fois depuis 2011, en raison d’une baisse de l’immigration. Le phénomène est également évident en Australie, où la croissance démographique est à son plus bas niveau depuis un siècle.

L’épidémie infecte inexorablement les logements des travailleurs étrangers. En Arabie saoudite, en mai 2020, 75 % des personnes infectées par le coronavirus n’étaient pas des ressortissants saoudiens, tandis qu’à Singapour, en juin dernier, 93 % des personnes infectées étaient malades dans les logements des travailleurs. Ceux-ci présentent un risque très élevé de propagation du virus, ce qui rend plus difficile pour les étrangers qui y vivent de se protéger contre l’infection. Bien entendu, les personnes les plus éloignées de leur continent ne sont pas les seules à courir le risque de propager le virus.

En Allemagne, en Italie, en Espagne, en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, des secteurs importants tels que les soins de santé dépendent des travailleurs étrangers. Toutefois, ces secteurs connaissaient déjà des pénuries de main-d’œuvre avant le virus.

Les restrictions de voyage et la fermeture des frontières ont empêché de nombreux expatriés (travailleurs saisonniers, étudiants) de rentrer chez eux. En juillet 2020, l’OIM estimait qu’au moins 3 millions de ces personnes étaient enregistrées. Dans les cas les plus graves, des étrangers ont perdu leur emploi à cause du virus. Cependant, l’Inde, d’où la plupart des gens émigrent, a réussi à rapatrier 4,5 millions de ressortissants à partir de février 2021. Malgré les restrictions, grâce à des accords bilatéraux, un nombre important de réfugiés ont finalement pu retourner dans leur pays d’origine. L’exode a affecté à la fois les pays qui les avaient précédemment accueillis (le manque de rapatriés a entraîné des pénuries de main-d’œuvre) et le pays d’origine (où certains rapatriés ont eu besoin d’aide pour le logement, le travail et la quarantaine).

Le déclin des migrations s’est accompagné d’une baisse des flux financiers internationaux. Moins d’argent a circulé des pays à revenu moyen supérieur vers les pays plus pauvres. Au niveau local, cela affecte particulièrement ceux qui dépendent des prestations pour les parents vivant à l’étranger. En outre, les investissements étrangers ont diminué dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Malgré toutes les restrictions imposées aux déplacements, de nombreuses personnes continuent de fuir la violence et la pauvreté à la recherche de meilleures conditions de vie. La pandémie a augmenté le risque de ces voyages, les migrants étant confrontés à un plus grand danger et n’étant souvent plus en mesure de trouver un soutien et un abri auprès des organismes d’aide.

Nepszava, 21 juin 2021

Etiquettes : Biélorrussie, Union Européenne, UE, immigration, chantage à l’émigration, Maroc, Alexandre Loukachenko,