Maroc-Cuba: cigars, arnaque et politique

Les cigares marocains ne peuvent plus être appelés cigares de la Havane

Un jugement a donné tort à l’homme d’affaires qui a enregistré ce nom au Maroc en 2011.

L’aventure des cigares marocains a été bouleversée cette semaine par un jugement du tribunal de commerce de Casablanca, qui a donné tort à l’homme d’affaires local Mohamed Zehraoui, qui ne pourra désormais plus utiliser le nom habanos pour commercialiser ses « cigares 100% marocains », selon les premiers éléments du jugement.

Même les cigares de la République dominicaine (le principal concurrent de Cuba dans le secteur) n’ont pas le droit d’utiliser le nom Habanos, mais au Maroc, Mohamed Zehraoui a trouvé une faille en 2011 et a enregistré le nom Habanos S.A. au registre du commerce de Casablanca, profitant du fait que la société cubaine du même nom n’avait pas enregistré la marque dans le pays du Maghreb.

Pendant des années, ce n’était rien de plus qu’un nom dormant dans un registre, mais en 2019, Zehraoui est passé à l’offensive : il a commencé à fabriquer ses propres cigares sur place et à les proposer à des boutiques haut de gamme, mais il est allé plus loin : il a dénoncé La Casa del Habano, une franchise de la corporation cubaine, pour avoir ouvert une boutique à Casablanca « usurpant » le nom qu’il avait déposé.

Les tribunaux marocains lui ont d’abord donné raison et ont pris des mesures contre La Casa del Habano, mais la Société marocaine du tabac (SMT), majoritaire dans le secteur, a alors entamé une patiente bataille juridique qui vient de porter ses fruits. Discrètement, et sans être visible, la corporation cubaine Habanos a soutenu les efforts de la SMT, craignant que d’autres hommes d’affaires avisés dans le reste du monde ne suivent l’exemple de Zehraoui.

Lundi dernier, le tribunal de commerce de Casablanca a annulé le nom enregistré en 2011 au registre du commerce, a exigé que le nom Habanos S.A. soit effacé de l’Office marocain de la propriété industrielle et a ordonné à l’homme d’affaires propriétaire de publier le jugement dans deux journaux nationaux, l’un en arabe et l’autre en français, selon la décision du tribunal.

Corporación Habanos S.A. s’est refusée à tout commentaire, préférant laisser l’affaire entre les mains de ses avocats.

Conséquences politiques et mystère industriel

Croyant peut-être que l’État marocain le soutiendrait s’il revendiquait des intentions politiques, Zehraoui a fait des déclarations laissant entendre qu’il pourrait retirer le nom en échange d’une contrepartie politique. Il a déclaré à une occasion : « Les Cubains financent le Front Polisario. Si un jour ils rompent avec le Polisario, alors j’enlèverai le nom de ma société et je l’appellerai simplement HaHa », a-t-il dit en plaisantant et en toute sincérité.

En effet, Cuba a été pendant des décennies le principal soutien, sur tout le continent américain, du mouvement sahraoui qui cherche à obtenir l’indépendance de son pays vis-à-vis du Maroc, bien qu’elle ait désormais une ambassade ouverte à Rabat et ne soit plus un ennemi déclaré du Maroc.

Mais le gouvernement marocain n’a pas voulu entrer dans ce conflit de marque et a laissé les tribunaux faire leur travail : la SMT a non seulement dénoncé Zehraoui pour l’utilisation du nom, mais aussi pour un prétendu délit de fraude et de faux, car elle allègue que les usines mêmes où les employés de Zehraoui moulaient le tabac n’avaient aucune vie réelle, ni aucune trace d’activité.

Il faut dire que Zehraoui lui-même a toujours été très évasif lorsqu’on lui posait des questions précises : il a dit que ses champs de tabac se trouvaient « au nord du Maroc », sans plus de détails, et que son usine était située dans un quartier de Casablanca.

La seule chose qui soit claire comme de l’eau de roche, c’est qu’il vendait des cigares dont les vitoles portaient la mention Habanos S.A. et des noms comme « Romeo » (sans « Julieta »), « Roberto » ou « Corona ».

Cette même semaine, parallèlement au jugement du tribunal de commerce, un autre tribunal pénal de la même Casablanca a condamné la société de Zehraoui à une amende de 40 millions de dirhams (4 millions d’euros) pour diverses infractions liées au non-paiement des droits d’importation, à l’inexistence de documents comptables et à la non-déclaration de la production, selon le jugement révélé par le journal numérique Medias24, qui a suivi de près la plainte.

Mohamed Zehraoui et son fils Moulay Omar (propriétaire nominal de la société) sont apparus à profusion dans divers médias ces dernières années, mais tous les reportages avaient un parfum suspect de publicité. Personne n’a jamais pu voir les champs de tabac ou les usines. En fin de compte, le soupçon demeure que tout s’est joué sur un nom.

20 Minutos, 20 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Cuba, cigares, habanos, Sahara Occidental, Front Polisario, arnaque, marque déposée,