Libye : Les forces de Haftar ferment la frontière avec l’Algérie

Les forces de Khalifa Haftar ont fermé la frontière d’Essen avec l’Algérie dans le sud de la Libye, annonçant que la région était une zone militaire, tandis que les chaînes de télévision pro-Haftar ont diffusé des photos des forces et des véhicules de Haftar déployés à la frontière.

Les forces d’Haftar ont lancé jeudi une opération militaire dans le sud pour « traquer les terroristes takfiri », indiquant dans un communiqué que des unités d’infanterie ont été déployées pour soutenir la pièce de libération du sud-ouest dans la région stratégique du sud.

Le commandant de la zone militaire de Sabha sous le gouvernement d’unité nationale, Ahmed Al-Ataybi, a confirmé qu’environ 300 véhicules armés se sont positionnés dans la base aérienne de Tamnahent, sans plus de détails.

Les menaces militaires de Haftar envers l’Algérie ne sont pas nouvelles. En septembre 2018, il a déclaré lors d’une réunion télévisée qu’il entrerait en guerre contre l’Algérie si elle continuait à « violer la souveraineté des territoires libyens », affirmant que « chaque fois que les Algériens trouvent une occasion, ils entrent dans les territoires libyens. »

En réponse aux mouvements militaires d’Haftar, qui agit en solo au mépris des ordres du gouvernement d’unité nationale et du Conseil présidentiel, ce dernier, en tant que commandant en chef de l’armée libyenne, a émis un ordre interdisant le repositionnement des unités militaires ou les mouvements militaires en toutes circonstances.

« S’il était nécessaire de déplacer des convois militaires et des soldats, l’autorisation et l’ordre du commandant en chef de l’armée libyenne sont obligatoires. » L’ordre, qui vise le déplacement d’Haftar dans le sud de la Libye, est ainsi libellé.

L’ordre du Conseil présidentiel ne mentionne pas qui l’a émis, ce qui laisse libre cours aux spéculations. S’agit-il du chef du Conseil, Mohammed Menfi, du député Mossa Al-Koni ou du député Abdullah Al-Lafi, qui a été le seul à s’exprimer clairement pour rejeter les mouvements militaires d’Haftar.

Source : The Libya Observer, 19 juin 2021

Au mépris des efforts de paix, Haftar lance une opération militaire dans le sud de la Libye

Le chef de guerre Khalifa Haftar a lancé une opération militaire dans le sud-ouest sous le prétexte d' »expulser les terroristes et les mercenaires africains ».

Le porte-parole de Haftar, Ahmed Al-Mismari, a déclaré vendredi dans un communiqué que des brigades d’infanterie des milices de Haftar se dirigeaient vers le sud-ouest pour coordonner les forces de la salle de libération du sud.

Al-Mismari a déclaré que l’opération vise à traquer les terroristes et les mercenaires africains ainsi que les gangs armés qui menacent la paix et la sécurité dans la région en commettant des vols à main armée, de la contrebande et des crimes.

La décision de Haftar intervient alors que ses milices opèrent en dehors des rangs de l’armée libyenne et sans consultation du gouvernement d’unité nationale, du Premier ministre et ministre de la Défense, Abdul-Hamid Dbeibah, et du chef du Conseil présidentiel, Mohammed Menfi.

Les rapports de l’ONU et la presse internationale ont tous deux confirmé que des mercenaires africains, notamment des rebelles tchadiens et soudanais, opèrent sous les ordres des milices d’Haftara, aux côtés du groupe russe Wagner et de mercenaires syriens.

Libya Al-Ahrar, 19 juin 2021

Etiquettes : Libye, Algérie, Haftar, mercenaires,