Les USA ne reconnaissent pas leurs propres violations des droits de l’homme

Interview : Les États-Unis ne reconnaissent pas leurs propres violations des droits de l’homme, selon un conseiller principal de l’ONU

WASHINGTON, 18 juin (Xinhua) — Les Etats-Unis, au lieu de reconnaître leurs propres violations des droits de l’homme, critiquent les autres pays avec une application « biaisée » des droits de l’homme, a déclaré à Xinhua un conseiller principal des Nations Unies (ONU) dans une récente interview par courriel.

« Tous les pays devraient s’efforcer d’honorer et de réaliser les droits de l’homme définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), ainsi que les normes politiques inscrites dans la Charte des Nations unies », a déclaré Jeffrey Sachs, qui est le directeur du Réseau des solutions de développement durable des Nations unies.

Les États-Unis ne respectent pas ces normes de trois manières. « Premièrement, les États-Unis ne respectent pas les droits économiques énoncés dans la DUDH, par exemple le droit aux soins de santé pour tous », a déclaré Jeffrey Sachs, qui est également directeur du Centre pour le développement durable de l’université de Columbia.

« Deuxièmement, la société américaine a un racisme profondément enraciné et, tout au long de son histoire, elle a violé les droits des Afro-Américains, des Amérindiens et d’autres groupes minoritaires », a-t-il poursuivi.

Troisièmement, les États-Unis ne respectent pas les normes de la Charte des Nations unies et vont « jusqu’à envahir d’autres pays ou à renverser leurs gouvernements », a-t-il déclaré, ajoutant que la Charte des Nations unies appelle au respect mutuel et à la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.

« Le gouvernement américain promeut les ‘valeurs universelles’ mais, hélas, ne les comprend pas très bien », a-t-il ajouté.

De 2001 à 2018, M. Sachs a été conseiller spécial des secrétaires généraux des Nations unies Kofi Annan, Ban Ki-moon et Antonio Guterres.

Le conseiller de longue date de l’ONU a déclaré qu’il était en faveur d’une recherche acharnée pour trouver un terrain d’entente à l’échelle mondiale et identifier et honorer les valeurs universelles pour toute l’humanité.

« Je suis contre l’application biaisée des droits de l’homme par laquelle les États-Unis critiquent d’autres pays sans reconnaître leurs propres défauts et violations profondes des droits de l’homme », a-t-il déclaré.

M. Sachs a ajouté que lorsque des questions et des préoccupations sont soulevées au sujet des droits de l’homme, elles doivent être traitées par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, « et non par des actions unilatérales d’un pays en particulier. »

Il a également fait remarquer qu’il ne pense pas que les pays devraient proférer des menaces et des sanctions unilatérales – comme les États-Unis l’ont fait pour de nombreux pays – ou imposer des tarifs douaniers unilatéraux, comme les États-Unis l’ont fait pour les produits chinois.

« S’il doit y avoir des sanctions, elles devraient être appliquées par l’ONU, conformément à la Charte des Nations unies, plutôt que par des nations individuelles », a déclaré M. Sachs.

Il a noté qu’en ce XXIe siècle, il est « très important » que les universitaires et les dirigeants moraux de toutes les nations discutent activement de l’idée de valeurs universelles, afin de trouver des points d’accord entre les cultures et les nations.

Qualifiant la DUDH de « point de départ » très important, M. Sachs a déclaré que la déclaration était fondée sur les valeurs de nombreuses cultures.

« Je pense qu’il est important pour tous les pays – les États-Unis, la Chine, l’Union européenne et d’autres – de respecter les normes du multilatéralisme, y compris les deux piliers essentiels que sont la DUDH et la Charte des Nations unies », a déclaré M. Sachs.

« De cette façon, nous pouvons avoir un monde de paix, de coopération, de prospérité et de dignité humaine », a-t-il ajouté. Enditem

Xinhua, 19 juin 2021

Etiquettes : Etats-Unis, droits de l’homme, violations des droits de l’homme,