Kenneth Kaunda, un président passionné de sport

Par Kennedy Gondwe
Rédacteur spécialisé dans le football, Zambie

Feu Kenneth Kaunda, le premier président de la Zambie, restera dans les mémoires non seulement comme l’un des derniers de la génération de dirigeants africains qui ont combattu le colonialisme, mais aussi pour son amour du sport.

L’homme de 97 ans est décédé jeudi après avoir été admis lundi dans un hôpital militaire de la capitale, Lusaka, pour une pneumonie. Ses assistants ont déclaré qu’il n’avait pas de Covid-19.

Son soutien à l’équipe nationale a permis à celle-ci de devenir une force sur laquelle il fallait compter sur le continent et, grâce à ce succès, l’équipe a rapidement été connue sous le nom de « KK11 » en son honneur.

Au début de sa carrière politique, il s’est rendu compte que le football était un outil qui pouvait l’aider à créer un pays dépourvu de politique tribale et à promouvoir son thème constant : « Une Zambie. Une seule nation ». Il a réussi.

En effet, pour symboliser ses premières références panafricaines, parmi les adversaires de la Zambie lors des premières célébrations du Jour de l’Indépendance en 1964 au stade de l’Indépendance récemment achevé, figurait le Ghana, l’équipe de son proche allié et mentor, Kwame Nkurumah.

Sa passion pour le football a également amené son premier cabinet à se rendre fréquemment sur le terrain de football pour participer à des matchs qui leur donnaient l’occasion de dialoguer avec le public de façon légère.

Il y voyait un moyen de montrer qu’ils étaient toujours en contact avec la communauté, tandis que Kaunda lui-même faisait surface lors d’autres matchs en tant qu’arbitre.

Kaunda était toujours présent pour les matches très médiatisés de l’équipe nationale, et fréquemment pour les compétitions de coupe locale et les matches de célébration du jour de l’indépendance.

Il choisissait stratégiquement les rencontres susceptibles d’avoir une grande audience et un impact maximal sur le public en cas de victoire de l’équipe.

Mais il aimait aussi sincèrement le football, comme en témoigne le fait qu’il faisait tout son possible pour que l’équipe nationale dispose des équipements et du soutien financier nécessaires à la réalisation de ses programmes, même lorsque les ressources étaient devenues rares en raison de la crise économique.

Un président devenu serveur
Il invitait régulièrement l’équipe nationale à State House, sa résidence officielle, où il distribuait personnellement des assiettes aux joueurs, généralement après une sortie réussie dans les grands tournois.

Les joueurs s’exprimaient souvent sur la grande fierté qu’ils éprouvaient à être servis avec de la vaisselle portant les armoiries nationales.

À une époque où le football ne rapportait pas encore autant d’argent qu’aujourd’hui, ces visites à la State House étaient considérées comme un grand honneur.

Il est même intervenu pour permettre à certains supporters de regarder les matches sans billet en déclarant que la colline située à l’extérieur de l’ancien stade national devait être ouverte au public afin de permettre à ceux qui s’emparaient des points les plus élevés d’avoir une vue limitée sur le terrain.

Auparavant, la police avait empêché les supporters d’utiliser ce point d’observation, qui a rapidement été rebaptisé « Humanism Hill », en référence à la philosophie qu’il a lui-même inventée, l’humanisme, qui place « l’homme au centre de toute activité ».

L’amour de Kaunda pour le jeu et son implication directe dans l’équipe nationale ont eu un effet de retombée qui a donné au football une place privilégiée dans les budgets des entreprises publiques.

Le conglomérat minier Zambia Consolidated Copper Mines, ZCCM, avait une équipe importante dans toutes les villes où étaient exploitées des mines de cuivre.

Ces équipes dominaient souvent les ligues et la plupart des meilleurs joueurs de football du pays en étaient issus. La principale compagnie ferroviaire, Zambia Railways, possédait et finançait la grande équipe des Kabwe Warriors dans les années 70.

L’équipe militaire, Zambia Army, plus tard Green Buffaloes, était directement supervisée par le commandant de l’armée. L’armée de l’air et la police ont également consacré une part importante de leur budget aux clubs de football de la ligue d’élite.

Le célèbre commentateur de football zambien Dennis Liwewe, conformément à la tendance de l’époque, a baptisé l’équipe nationale de football, le KK11, en utilisant les initiales devenues populaires auprès du public.

Ses commentaires sont souvent empreints d’une terminologie militaire, car il ne tarit pas d’éloges sur le rôle que Kaunda et son gouvernement ont joué dans les succès héroïques de l’équipe.

Il s’adressait même directement au président par le biais du micro, avec des phrases glorifiant l’équipe, l’informant que « Votre Excellence, vos soldats reviennent demain après avoir conquis au nom de la révolution zambienne » lorsqu’ils remportaient une victoire importante ou revenaient avec un trophée.

Pas seulement le football
D’autres sports, moins populaires, ont également joué un rôle. Les succès des équipes aux Jeux du Commonwealth ou aux Jeux olympiques donnaient également à leurs auteurs une place à la table du dîner de la maison d’État et les honneurs nationaux lors des fêtes commémoratives du Heroes and Unity Day et de l’Independence Day.

Des médailles ont été épinglées sur les poitrines des plus grands noms du sport, parmi lesquels le footballeur Godfey Chitalu, les boxeurs Lottie Mwale et Keith « Spinks » Mwila, ainsi que Dennis Liwewe pour son rôle dans la diffusion du football.

Lorsque les pays de la ligne de front ont commencé à obtenir leur indépendance, la Zambie a été présente à leurs célébrations et a été l’adversaire privilégié de ces occasions spéciales.

La Zambie a affronté le Zimbabwe en 1980 et l’investiture de Nelson Mandela en 1994, bien que trois ans après que Kaunda ait quitté le pouvoir.

Ces invitations étaient une façon de reconnaître le rôle que Kaunda et la Zambie avaient joué dans leurs luttes pour l’indépendance. Souvent, l’équipe locale gagnait, quelle que soit sa forme. Il était mal vu de gâcher les célébrations nationales.

Pourtant, alors que la popularité de Kaunda commençait à décliner après 27 ans au pouvoir, c’est ironiquement le football qui a montré une fissure significative dans le sentiment public envers Kaunda.

Le 4 juillet 1991, alors que la Zambie affronte Madagascar dans un match de qualification pour la Coupe d’Afrique, l’arrivée de son cortège est accueillie par une pluie de fruits, d’emballages de papier et d’autres débris alors qu’il est conduit vers la tribune principale.

Il s’agissait d’une manifestation de dissidence sans précédent de la part d’un public usé par les difficultés économiques, les restrictions à la liberté d’expression et le vent de changement mondial qui a suivi la fin de la guerre froide.

Un an plus tard, Kaunda est emporté par une marée de changements électoraux, le parti d’opposition MMD l’emportant haut la main.

Ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour le garder hors de vue du public amateur de football, se méfiant de son potentiel à regagner sa place dans le cœur des fans en cas de mauvais résultats de l’équipe.

Aujourd’hui, alors que le football zambien est en train de sombrer, les fans les plus âgés se souviennent avec nostalgie d’une époque où les terrains de football débordaient, où la Zambie pouvait se mesurer aux meilleurs du continent, et où la routine de Kenneth Kaunda avant le coup d’envoi donnait le ton à une équipe qui, pour la plupart, ne perdait presque jamais à domicile.

Ces mêmes fans, cependant, se souviendront toujours que 21 ans après le départ de Kaunda, la Zambie a soulevé la Coupe d’Afrique 2012 et malgré son âge avancé, KK, était au Gabon pour revenir avec le trophée !

Etiquettes : Zambie, Kenneth Kaunda, sport, football,