Général américain : le « feu de brousse du terrorisme » est déclenché en Afrique

TAN-TAN, Maroc (AP) – Un général américain de haut rang a averti vendredi que le « feu de brousse du terrorisme » balayait une partie de l’Afrique et nécessitait l’attention du monde. Il s’est exprimé lors de la clôture des exercices militaires à grande échelle dirigés par les États-Unis avec des troupes américaines, africaines et européennes.

Les jeux de guerre African Lion, qui ont duré près de deux semaines, se sont étendus sur tout le Maroc, un allié clé des États-Unis, avec des parties plus petites tenues en Tunisie et au Sénégal. Les exercices annuels ont été supprimés l’année dernière en raison de la pandémie COVID-19.

Le général Stephen J. Townsend, chef du commandement américain pour l’Afrique, a salué le travail accompli dans le cadre des opérations conjointes, mais a dressé un tableau sombre des menaces qui pèsent sur certaines régions d’Afrique.

« Je suis préoccupé par la situation sécuritaire dans une partie de l’Afrique », de la région du Sahel à l’ouest à la Corne de l’Afrique, a déclaré Townsend aux journalistes. Il a évoqué les attaques meurtrières perpétrées par des jihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, ainsi que par Al-Shabab. « Ils sont tous en marche », a-t-il dit.

Les voisins africains aident les gouvernements à faire face à la menace, mais, a-t-il ajouté, « tout cela ne semble pas suffisant pour arrêter ce que j’appelle … (le feu de brousse du terrorisme) qui s’étend dans cette région ».

African Lion a vu plus de 7000 soldats de sept pays et de l’OTAN effectuer ensemble des exercices aériens, terrestres et maritimes.

« Cela a contribué à notre interopérabilité, à nos capacités conjointes, à notre état de préparation et à une bonne occasion de renforcer la cohésion entre les forces », a déclaré le général de division Andrew Rohling, commandant de la Task Force Afrique de l’armée américaine pour l’Europe du Sud. Il s’est exprimé vendredi dans la ville désertique de Tan-Tan.

Il y a eu un contretemps au départ, l’Espagne s’étant retirée des exercices en invoquant des raisons budgétaires. La presse a attribué cette décision aux mauvaises relations de l’Espagne avec le Maroc, un ancien partenaire clé.

Les deux pays sont à couteaux tirés depuis que l’Espagne a accueilli le chef du mouvement indépendantiste du Front Polisario – l’ennemi numéro un du Maroc – dans un hôpital espagnol pour un traitement au COVID-19 au début de cette année. Le Polisario lutte pour l’indépendance du Sahara occidental, une vaste région que le Maroc revendique comme sienne.

Pendant l’exercice, le Maroc a mené quelques opérations aéroportées près du Sahara occidental et non loin des camps de réfugiés du Polisario à Tindouf, en Algérie voisine.

« Ces activités ont été parfaitement menées et convenues entre les deux armées », a déclaré le général de brigade marocain Mohammed Jamil à l’Associated Press.

Townsend, à qui l’on a demandé si l’exercice a inclu le Sahara Occidental contesté, a été catégorique : « Je peux confirmer que non ».

Les pays participant à l’African Lion étaient les Etats-Unis, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, l’Italie, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne. Des observateurs de pays tels que l’Égypte, le Qatar, le Niger et le Mali étaient également présents.

Associated Press, 18 juin 2021

Etiquettes : Etats-Unis, African Lion 2021, Maroc, Sahara Occidental, Algérie, Front Polisario,