Ban Ki-moon n’a pas pardonné les attaques du Maroc

Ban Ki Moon ne pardonne pas à Mohamed VI pour le Sahara occidental

Un diplomate s’en prend dans son livre au roi du Maroc pour sa visite aux réfugiés en 2016.

L’ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki Moon ne sait pas s’il pourra un jour se réconcilier avec le roi du Maroc Mohamed VI au sujet de sa visite de 2016 au Sahara occidental.

« Nous nous recroiserons peut-être à l’avenir, probablement à l’occasion d’une conférence sur le changement climatique ou les initiatives de la jeunesse. Mais je ne sais pas quand, si jamais, nous nous réconcilierons. » Dans Resolved. Uniting Nations in a Divided World , un mémoire qui vient d’être publié par Columbia Publishers, l’ancien chef de la diplomatie internationale revient sur ses deux mandats à la tête de l’organisation.

Outré par l’inaction de l’ONU – Le cortège de Ban Ki Moon a été caillassé par des réfugiés sahraouis.

Dans le chapitre intitulé « Il y a des gens avec lesquels vous ne serez jamais d’accord », il explique comment les relations avec Rabat se sont dégradées au cours des dernières années de son mandat. Après s’être intéressé à la mission de l’ONU au Sahara (Minurso), il a contacté les autorités marocaines pour organiser un voyage dans les camps de réfugiés.

Selon l’ancien secrétaire général, le gouvernement a « intentionnellement retardé » la visite au motif que Mohamed VI souhaitait le recevoir personnellement et que son emploi du temps chargé ne lui permettait pas de le faire.

Peu avant de quitter ses fonctions, et « franchement frustré » par les excuses de Rabat, Ban a décidé de se rendre avec son propre entourage dans la région, où il a été accueilli par des protestations et des pierres par les réfugiés sahraouis. La visite a dû être interrompue après que des manifestants ont secoué la voiture officielle, indignés par l’absence de progrès dans les négociations avec le Maroc.

Une relation brisée

Rabat a demandé à Ban de « présenter ses excuses à son gouvernement et au roi Mohamed VI » pour avoir parlé d' »occupation » marocaine.

Lors de la conférence de presse qui a suivi, le dignitaire, affecté par ce qu’il avait vu, a qualifié d' »occupation » le contrôle exercé par l’État marocain sur la région. « Je savais que ce mot était très sensible pour les Marocains, mais j’étais tellement émue par ce que j’avais vécu cet après-midi-là et tellement émue d’avoir parlé sans censure. En fait, j’avais dit la vérité », explique-t-il dans ses mémoires.

L’utilisation de ce terme a provoqué une crise diplomatique entre le Secrétaire général des Nations unies et le Maroc qui, quelques jours après l’incident, a envoyé son ministre des affaires étrangères, Salahedin Mézouar, au siège des Nations unies. « Je l’ai reçu, même si je savais qu’il était à New York pour protester contre mes paroles accidentelles », dit Ban. « J’ai été surpris quand il m’a ordonné de présenter des excuses à son gouvernement et au roi Mohammed VI », dit Ban.

Après avoir quitté ses fonctions, les deux hommes ont coïncidé dans certains sommets internationaux, au cours desquels le monarque et le diplomate ont eu des conversations « de manière très amicale ». Mais Ban Ki Moon ne lui pardonne pas son attitude dans le passé. « Nous ne pouvons pas tendre la main à des personnes qui non seulement ne sont pas d’accord, mais qui refusent aussi de nous écouter. On n’arrive à rien avec ces personnes et il est important de savoir quand arrêter d’essayer. »

La situation au Sahara occidental pose des problèmes diplomatiques à Rabat depuis des décennies. La récente hospitalisation en Espagne du leader du Front Polisario Brahim Ghali a indigné le gouvernement marocain qui, enhardi par la reconnaissance de l’occupation par l’administration Trump, a ouvert une nouvelle crise avec Madrid.

La Vanguardia, 17 juin 2021

Etiquettes : Maroc, ONU, Ban Ki-moon, Sahara Occidental, Front Polisario, réfugiés sahraouis,