African Lion 21 : Silence sur le front médiatique

Après avoir lu la dépêche de l’AFP, j’ai passé un certain temps à chercher un communiqué de presse d’US Africom ou une déclaration quelconque, et à ma grande surprise, on ne trouve pas grand-chose. Pas de grand texte, pas de photos, pas de vidéo, à l’exception du contenu qui a été publié il y a plusieurs mois avant les exercices.

Bien que je ne sois pas certain de la raison d’un tel vide médiatique, il est probablement du à la géopolitique de l’événement. A environ 30 miles de la frontière algérienne, et à un jet de pierre du Sahara Occidental contesté, la dernière chose que le gouvernement américain souhaite est d’être impliqué dans une dispute « fraternelle » entre les deux petits frères d’Afrique du Nord, le Maroc et l’Algérie.

En réalité, les Etats-Unis n’ont rien à gagner à se ranger du côté de l’un ou l’autre. Ils entretiennent d’excellentes relations avec le Maroc, mais aussi des relations cordiales avec l’Algérie, avec laquelle ils coopèrent sur les fronts de la sécurité et de l’énergie. D’ailleurs, c’est tout ce que l’Algérie a à offrir pour le moment… rien d’autre à ajouter. Donc, en faisant la promotion d’African Lion 2021 via les médias réguliers et sociaux, les États-Unis pensent, à juste titre, que les Algériens seront trop sensibles et commenceront à faire du bruit.

Alors pardonnez-nous si nous n’avons pas pu vous relayer la version américaine de ce qui se passe sur le terrain.

Arezki Daoud

The North Africa Journal, 18 juin 2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, African Lion 2021, exercices militaires,