Maroc-Allemagne: Plus d’un milliard d’euros suspendus

Le conflit entre l’Allemagne et le Maroc au sujet du Sahara laisse en suspens 1,4 milliard d’euros d’aide au développement.

Les tensions remontent au mois de Mars et, comme avec l’Espagne, concernent le territoire sur lequel Rabat revendique la pleine souveraineté.

Le Maroc n’est pas seulement engagé actuellement dans un bras de fer diplomatique avec l’Espagne. Il le fait également en parallèle avec l’Allemagne. Et la raison est la même dans les deux cas : la position des deux pays sur le Sahara Occidental. Et tel que rapporté par « El País » ce vendredi, cette confrontation entre Rabat et Berlin laisse en suspens 1,4 milliard d’euros d’aide au développement et de coopération que l’Allemagne alloue cette année au pays du Maghreb, dont une grande partie devrait être consacrée à la lutte contre le COVID-19.

Cette importante somme d’argent fait de l’Allemagne le plus important donateur du Maroc au niveau des nations et affecte également la Société allemande pour la coopération internationale (GIZ) et la Banque allemande de développement (KfW), puisque toutes les opérations allemandes dans le domaine du développement et de la coopération sont « affectées par la politique unilatérale du Maroc », avec des projets totalement « suspendus ».

Le gouvernement marocain a rappelé son ambassadeur en Allemagne pour consultations en mai en raison des « actes hostiles » qu’il attribue au gouvernement d’Angela Merkel, notamment son « attitude négative » à l’égard du Sahara occidental, un territoire sur lequel Rabat revendique la pleine souveraineté.

Le 1er mars déjà, le royaume alaouite avait suspendu sa coopération avec l’ambassade d’Allemagne et d’autres institutions allemandes. Ainsi, depuis ce moment, les interventions de l’ambassade au Maroc, dont l’assistance est « très limitée », en faveur des citoyens allemands ou le renouvellement des permis de séjour sont affectés, au point que Berlin recommande « fortement » de quitter le Maroc avant l’expiration du visa, qui a une durée de 90 jours. La police rejetterait les demandes « sans donner de raison », prévient le gouvernement allemand.

Ces derniers mois, Rabat a passé en revue divers griefs afin de justifier sa lutte avec Berlin, dans laquelle la situation au Sahara occidental a occupé une place importante. « Son activisme antagoniste suite à la proclamation présidentielle américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara est un acte grave qui n’a pas été expliqué jusqu’à présent », avait déclaré en mai le ministère marocain des Affaires étrangères, en référence aux divergences ouvertes depuis l’intercession du président américain de l’époque, Donald Trump, en décembre.

Les relations diplomatiques entre Berlin et Rabat étaient alors déjà affectées, bien que les autorités allemandes aient fait valoir qu’elles n’avaient pas changé d’un iota la position qu’elles défendaient, qui consiste à maintenir que le statut de l’ancienne colonie espagnole n’est pas résolu.

Republica, 18 jui 2021

Etiquettes : Maroc, Allemagne, Espagne, Sahara Occidental,