L’importance de la nouvelle station spatiale chinoise

JIUQUAN, Chine (AP) – L’ajout d’un équipage à la nouvelle station spatiale chinoise en orbite constitue une autre avancée majeure pour la puissance spatiale naissante.

Voici un aperçu des principaux développements :

QUEL EST L’OBJECTIF DE LA MISSION ?

Les trois membres de l’équipage doivent séjourner pendant trois mois dans le module d’habitation principal de la station, appelé Tianhe, ou Harmonie céleste. Ils réaliseront des expériences scientifiques et des travaux de maintenance, effectueront des sorties dans l’espace et prépareront la station à recevoir deux modules supplémentaires l’année prochaine.

Si la Chine admet être arrivée tardivement dans le jeu de la station spatiale, elle affirme que son installation est à la pointe du progrès. Elle pourrait également survivre à la Station spatiale internationale, qui approche de la fin de sa durée de vie fonctionnelle.

Le lancement de jeudi a également relancé le programme spatial chinois avec équipage après une interruption de cinq ans. Avec le lancement de jeudi, la Chine a maintenant envoyé 14 astronautes dans l’espace depuis qu’elle a réalisé cet exploit pour la première fois en 2003, devenant ainsi le troisième pays après l’ancienne Union soviétique et les États-Unis à le faire.

POURQUOI LA CHINE CONSTRUIT-ELLE LA STATION ?

Alors que l’économie chinoise commençait à prendre de la vitesse au début des années 1990, la Chine a élaboré un plan d’exploration spatiale, qu’elle a mis en œuvre à un rythme régulier et prudent. Bien que la Chine n’ait pas été autorisée à participer à la Station spatiale internationale, principalement en raison des objections des États-Unis quant à la nature secrète du programme chinois et à ses liens militaires étroits, il est probable que le pays aurait construit sa propre station de toute façon, alors qu’il cherchait à obtenir le statut de grande puissance spatiale.

Lors d’une conférence de presse mercredi, le directeur adjoint de l’Agence spatiale chinoise habitée, Ji Qiming, a déclaré aux journalistes du centre de lancement de Jiuquan que la construction et l’exploitation de la station spatiale permettraient d’améliorer les technologies chinoises et « d’accumuler de l’expérience pour tout le peuple ».

Le programme spatial fait partie d’un effort global visant à mettre la Chine sur la voie de missions encore plus ambitieuses et à lui offrir des possibilités de coopération avec la Russie et d’autres pays, principalement européens, ainsi qu’avec le Bureau des affaires spatiales des Nations unies.

POLITIQUE ET SÉCURITÉ

Le programme spatial de la Chine est une grande source de fierté nationale, qui incarne l’ascension de la Chine de la pauvreté à la deuxième économie mondiale au cours des quatre dernières décennies. Cela a contribué à renforcer le pouvoir du parti communiste, dont le régime autoritaire et les limites strictes imposées à l’activité politique ont été tolérés par la plupart des Chinois tant que l’économie était en croissance.

Le président et chef du parti, Xi Jinping, s’est étroitement associé à cette réussite et, dans son discours, M. Ji a cité Xi comme étant à l’origine de l’actualisation de l’agenda de la montée en puissance de la Chine dans l’espace. La première mission vers la station coïncide également avec la célébration du centenaire du parti le mois prochain, une étape politique importante.

Dans le même temps, la Chine modernise son armée à un rythme rapide, ce qui suscite l’inquiétude de ses voisins, des États-Unis et de ses alliés de l’OTAN. Alors que la Chine épouse le développement pacifique de l’espace sur la base de l’égalité et du respect mutuel, beaucoup se souviennent qu’en janvier 2007, elle a envoyé un missile balistique dans l’espace pour détruire un satellite météorologique inactif, créant ainsi un champ de débris qui constitue toujours une menace.

QUI SONT LES ASTRONAUTES ?

Le commandant de la mission, Nie Haisheng, 56 ans, et ses collègues astronautes, Liu Boming, 54 ans, et Tang Hongbo, 45 ans, sont d’anciens pilotes de l’armée de l’air de l’Armée de libération du peuple, diplômés et dotés d’une solide formation scientifique. Jusqu’à présent, tous les astronautes chinois ont été recrutés dans l’armée, ce qui souligne les liens étroits entre celle-ci et le programme spatial.

Pour Nie, il s’agit de son troisième voyage dans l’espace, et pour Liu, de son deuxième après une mission en 2008 qui comprenait la première sortie dans l’espace de la Chine. Tang, qui a été recruté dans le deuxième groupe de candidats en 2010, vole dans l’espace pour la première fois.

Les futures missions vers la station comprendront des femmes, selon les responsables, avec des séjours pouvant aller jusqu’à six mois et jusqu’à six astronautes à la fois sur la station lors des changements d’équipage. La Chine intensifiant la coopération et les échanges internationaux, ce n’est qu’une question de temps avant que des astronautes étrangers ne rejoignent leurs collègues chinois lors de missions dans la station, a déclaré Ji aux journalistes mercredi.

QUE FAIT ENCORE LA CHINE DANS L’ESPACE ?

Parallèlement à son programme spatial avec équipage, la Chine s’est lancée avec audace dans l’exploration du système solaire avec des vaisseaux spatiaux robotisés. Le mois dernier, elle a fait atterrir sur Mars une sonde transportant un rover, le Zhurong, qui effectue toute une série de relevés, à la recherche notamment d’eau gelée qui pourrait fournir des indices permettant de savoir si la plante rouge a autrefois accueilli la vie.

Auparavant, la Chine avait fait atterrir une sonde et un rover sur la face cachée de la Lune, moins explorée, rejoignant ainsi le rover Yutu, ou Lapin de Jade, qui faisait partie d’une précédente mission d’exploration lunaire. La Chine a également ramené les premiers échantillons lunaires prélevés dans le cadre du programme spatial d’un pays depuis les années 1970. Les responsables affirment vouloir envoyer des astronautes chinois sur la Lune et y construire une base de recherche.

Associated Press, 17 juin 2021

Etiquettes : Chine, station spatiale, Station spatiale internationale,