Le revirement de la politique étrangère américaine place l’ONU sous les projecteurs

par Irwin Arieff

Après quatre années d’errance perdue dans le désert, la diplomatie retrouve le chemin de Washington.

Avec Joe Biden dans le bureau ovale, « l’Amérique d’abord » n’est plus de mise et « multilatéralisme », « coopération » et « alliance » ne sont plus des gros mots. Washington embrasse à nouveau ses alliés de longue date, fait la bise aux Nations unies, vante l’OTAN et l’Union européenne et met en lumière la nouvelle ambassadrice de Joe Biden aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, originaire de Louisiane.

Le retour de la nouvelle administration aux fondamentaux de la diplomatie, un revirement à 180 degrés par rapport aux méthodes de l’ère Trump, reçoit un accueil chaleureux de la part des alliés des États-Unis, de la communauté diplomatique américaine et des démocrates du Congrès, mais un barrage constant de critiques de la part des républicains, qui sont les ennemis traditionnels de ce type de politique internationale.

Ce n’est pas un hasard si Biden a fixé sa première réunion au sommet avec le président russe Vladimir Poutine à Genève, une ville nichée au cœur de l’Europe et la deuxième ville de l’ONU après New York, qui accueille d’énormes missions américaines et russes. Revenons aux tristement célèbres entretiens de Poutine et de Trump plus près de la Russie, à Helsinki – entretiens dont ils ont gardé le contenu secret pour les responsables américains alors que les agences de renseignement américaines étaient convaincues que Moscou avait interféré dans l’élection américaine de 2016.

De même, considérez le symbolisme dans la récente célébration par Washington de son engagement en faveur de la santé des femmes et du droit à l’avortement, deux questions boudées par l’administration Trump.

Le 7 juin, le département d’État a publié une « fiche d’information » mettant l’accent sur une mesure clé prise par Thomas-Greenfield. Le nouvel ambassadeur a rencontré ce jour-là le Dr Natalia Kanem, une Panaméenne qui est la directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), révèle la fiche d’information.

La réunion visait à « revitaliser l’engagement de haut niveau » avec l’agence de l’ONU…. « afin de soutenir son travail essentiel de lutte contre les décès maternels évitables et les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, ainsi que de prévention et de lutte contre la violence sexiste et les pratiques néfastes dans le monde entier », indique le document. Dans le cadre de cet effort, l’administration a prévu de verser 30,8 millions de dollars à l’UNFPA au cours de l’année fiscale actuelle, ajoute-t-elle.

Lorsque l’administration Trump a supprimé le soutien américain à l’UNFPA, en avril 2017, cette nouvelle a également pris la forme d’une annonce du département d’État. Il a déclaré que cette mesure avait été prise parce que l’agence des Nations unies soutenait des programmes d’avortement coercitif et de stérilisation en Chine.

Le FNUAP a nié toute implication de ce type – et il l’a fait à plusieurs reprises dans le passé, lorsque cette accusation fait surface de la part des Républicains et d’autres adversaires de l’avortement et de la contraception légaux. Mais la réponse a de nouveau été ignorée par les États-Unis. Les femmes et les familles du monde entier ont été les perdantes car le travail de l’agence pour promouvoir l’accouchement sans risque et la santé maternelle, élargir l’accès au contrôle des naissances, aider les victimes de violence et mettre fin aux mutilations génitales féminines et au mariage des enfants s’étendait bien au-delà de la Chine.

Lorsque Trump s’est débarrassé de l’agence, les États-Unis ont financé environ 7 % du budget mondial de l’UNFPA. L’agence a déclaré que la contribution américaine en 2016 a permis à l’UNFPA de sauver 2 340 femmes dans le monde entier de la mort pendant la grossesse et l’accouchement, de prévenir 947 000 grossesses non désirées et 295 000 avortements à risque et de financer 1 251 opérations chirurgicales pour la fistule, une condition dévastatrice résultant d’un travail prolongé et obstrué qui provoque l’incontinence chez la mère et tue souvent son bébé.

Le rôle de Mme Thomas-Greenfield dans le réengagement du FNUAP n’est que l’une des nombreuses mesures prises récemment par M. Biden pour rehausser son profil public dans le monde. Au début du mois de juin, l’administration l’a envoyée en Turquie, qui entretient des relations particulièrement problématiques avec Washington ces derniers temps, « pour mettre l’accent sur le soutien considérable apporté par les Nations unies et ses agences partenaires pour répondre aux besoins humanitaires criants en Syrie », a annoncé la mission américaine auprès des Nations unies.

Ce voyage a eu lieu quelques jours seulement avant la première rencontre de Biden avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 14 juin, à Bruxelles. Pendant son séjour en Turquie, Mme Thomas-Greenfield s’est rendue à la frontière syrienne afin d’inspecter le seul point d’entrée restant pour l’acheminement de l’aide humanitaire internationale. Les Russes, de retour au Conseil de sécurité des Nations unies, veulent qu’il soit fermé – par veto – lorsque le mandat devra être renouvelé en juillet. Thomas-Greenfield s’est également entretenu avec le ministre turc des affaires étrangères et le porte-parole d’Erdogan.

« J’ai trouvé mes réunions avec le gouvernement turc extraordinairement productives. Et bien que nous ayons identifié que nous avons des défis dans nos relations, nous avons également des opportunités incroyables dans cette relation et nous sommes impatients de continuer à construire sur ces opportunités à mesure que nous avançons », a-t-elle déclaré aux journalistes à Ankara à la fin de son voyage.

Mme Thomas-Greenfield a également été chargée de diriger la première délégation présidentielle de M. Biden pour assister à l’investiture du nouveau président de l’Équateur, Guillermo Lasso Mendoza. Au cours de ce voyage, elle a tenu des réunions parallèles avec le président haïtien Jovenel Moïse, le président de la République dominicaine Luis Abinader et les ministres des affaires étrangères de l’Argentine, du Chili et du Venezuela, ainsi qu’avec M. Lasso. Elle a également téléphoné, au nom de M. Biden, à Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo.

« Linda Thomas-Greenfield est très demandée en tant que remplaçante de Biden », annonçait Politico dans un bulletin d’information du 2 juin.

Et l’ambassadrice, semble-t-il, lui rend bien son amour. « Le président a un agenda très, très ambitieux. Il rencontre nos alliés. Il est accueilli favorablement », a déclaré Mme Thomas-Greenfield dans une récente interview accordée à Axios. « Son plan est très clair et son agenda est très clair ».

Il semble que Biden ait fait d’elle un membre de l’équipe dirigeante de la politique, et qu’en retour elle agisse de la sorte.

Il est clair que Mme Thomas-Greenfield se voit comme une ambassadrice des Nations unies d’un autre genre que les deux candidates choisies par M. Trump, Nikki Haley et Kelly Craft. Haley, qui, comme Thomas-Greenfield, jouissait d’un statut de ministre, ne se voyait pas comme un joueur d’équipe mais comme un loup solitaire doué, préparant le terrain pour une future course à la présidence. Craft, une néophyte en politique étrangère à qui Trump a refusé le statut de ministre, semblait satisfaite de sourire en arrière-plan tout en répétant ce que disait le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo.

L’accent mis par la nouvelle administration sur les Nations unies s’inscrit dans le cadre d’un vaste effort visant à promouvoir la diplomatie, la valeur des alliances et le système multilatéral mondial, afin de signaler qu’une nouvelle équipe est aux commandes à Washington, explique Elizabeth Colton, ancienne diplomate et journaliste américaine, aujourd’hui professeur de diplomatie à l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche et diplomate et journaliste en résidence au Warren Wilson College de Swannanoa (Caroline du Nord).

« Il s’agit d’un symbolisme extrêmement important. Tout cela fait partie d’une campagne de messages planifiée », a déclaré M. Colton, qui a écrit pour PassBlue, dans une interview. « La promotion de Linda Thomas-Greenfield fait partie de l’orchestration globale. C’est l’une des nombreuses façons dont ils disent : ‘Nous sommes de retour ! Ils sont de nouveau prêts à travailler comme avant. »

C’est un message sur lequel Thomas-Greenfield s’est concentré dès le début. « En ce jour, je pense au peuple américain, à mes collègues diplomates de carrière et aux fonctionnaires du monde entier. Je veux vous dire : ‘L’Amérique est de retour, le multilatéralisme est de retour. La diplomatie est de retour », a-t-elle déclaré le jour où Biden l’a nommée au poste de l’ONU.

Biden s’est fait l’écho de ces paroles récemment, en déclarant : « Nous sommes de retour. Les États-Unis sont de retour », alors qu’il était assis côte à côte avec le président français Emmanuel Macron lors de la récente réunion du Groupe des 7 en Cornouailles, en Angleterre.

La réunion a été « extraordinaire, collaborative et productive », a ajouté M. Biden à sa clôture. « L’Amérique est de nouveau prête à diriger le monde aux côtés de nations qui partagent nos valeurs les plus profondes. »

Compte tenu de la vague de revers à son programme intérieur que Biden a rencontré au Sénat récemment, ces succès en matière de politique étrangère pourraient donner au président de solides munitions lorsque la campagne commencera sérieusement avant les élections de mi-mandat au Congrès de novembre 2022.

Bien entendu, la façon dont la droite américaine va jouer ce rôle n’est pas claire. À en juger par la façon dont elle a traité la présidence Biden jusqu’à présent, sa réaction sera une critique implacable. Avec un peu de chance, le multilatéralisme prévaudra.

Irwin Arieff
Irwin Arieff est un écrivain et rédacteur chevronné qui possède une grande expérience de la diplomatie internationale et de l’alimentation, de la cuisine et des restaurants. Avant de quitter le journalisme quotidien en 2007, il a été correspondant de Reuters pendant 23 ans, occupant des postes importants à Washington, Paris et New York ainsi qu’aux Nations unies. Il a également rédigé des critiques de restaurants pour le Washington Post et le Washington City Paper dans les années 1980 et 1990 avec son épouse, Deborah Baldwin.

PassBlue, 15 juin 2021

Etiquettes : Etats-Unis, ONU, politique étrangère américaine, Joe Biden, ONU, OTAN, Union Européenne, UE, Russie,