Des armes, des harems et un yacht pour museler Donald Trump

Des armes, des harems et un yacht appartenant à Trump : Comment un membre de la famille Khashoggi a contribué à façonner la relation américano-saoudienne.

Michael Isikoff – Correspondant d’enquête en chef

Au milieu des années 1980, Jill Dodd était un mannequin de 20 ans travaillant à Paris lorsqu’elle a reçu une offre inattendue de son agent : Elle était invitée à une soirée de gala sur le thème des pirates sur la plage de Monte Carlo, organisée par le milliardaire saoudien Adnan Khashoggi, marchand d’armes.

Mme Dodd n’avait aucune idée de qui était Khashoggi ni de la raison pour laquelle elle était invitée. Mais, dit-elle, étant « naïve et crédule », elle a sauté sur l’occasion et s’est rapidement retrouvée sur la plage à danser avec le magnat saoudien, petit et rondouillard. Il a fini par écrire « Je t’aime » avec du sang sur son bras, dit-elle.

C’est le début d’une relation sauvage de 18 mois au cours de laquelle Dodd accepte d’être la « femme de plaisir » de Khashoggi. Elle a fait la fête sur son yacht légendaire, le Nabila, et a voyagé dans le monde entier à bord de son jet privé, faisant l’amour, prenant de la cocaïne, s’asseyant à ses côtés lors de parties de jeu à gros enjeu à Las Vegas.

Aujourd’hui, Mme Dodd, qui a fait une brillante carrière dans le secteur de la mode, se souvient avec horreur du temps qu’elle a passé à parcourir le monde avec M. Khashoggi. « J’ai vraiment réalisé que je faisais partie d’un harem », dit-elle. « Il m’a fallu beaucoup de temps pour en prendre conscience et être capable d’accepter le fait que j’avais été vendue à mon insu. J’ai donc été vendue comme on vendrait une prostituée. »

La vie flamboyante et l’héritage en dents de scie d’Adnan Khashoggi sont le sujet du deuxième épisode de la nouvelle saison du podcast de Yahoo News « Conspiracyland : La vie secrète et la mort brutale de Jamal Khashoggi ».

Adnan Khashoggi, décédé en 2017, était le cousin de Jamal Khashoggi ; leurs grands-pères étaient frères dans la ville sainte de Médine. Jamal Khashoggi connaissait son cousin aîné lors de réunions familiales au fil des ans et s’est présenté à son enterrement à Médine il y a quatre ans, même s’il n’exprimait que du mépris pour son grotesque mode de vie sybaritique.

Et pourtant, comme le montre « Conspiracyland », Adnan Khashoggi a joué un rôle crucial dans l’évolution de l’alliance américano-saoudienne. Au cours de deux décennies, entre la fin des années 1960 et le milieu des années 1980, il a négocié des milliards de dollars de ventes d’armes entre des entreprises de défense américaines et l’armée saoudienne – des accords qui sont devenus le cœur d’un marché central « armes contre pétrole » qui a soutenu les relations entre Washington et Riyad depuis lors.

Adnan Khashoggi « a été le pionnier de cette relation entre les États-Unis et l’Arabie saoudite », déclare Ron Kessler, ancien journaliste d’investigation du Washington Post, qui a écrit une biographie du marchand d’armes intitulée « L’homme le plus riche du monde ».

« Khashoggi était l’émissaire du roi », dit Kessler dans « Conspiracyland ». « Et donc il renvoyait une partie des commissions des entreprises américaines directement au roi, ainsi qu’au ministre de la défense et aux princes saoudiens. Et tout le monde était content. Le roi était heureux, il avait son argent, Khashoggi avait sa part. … La richesse spectaculaire, l’étalage, les fêtes, tout cela attirait les affaires. Et c’était comme des abeilles autour du miel. C’était vraiment un épisode incroyable de l’histoire ».

La crainte de perturber ce flux d’argent « armes contre pétrole » a finalement été un facteur majeur pour persuader la Maison Blanche de Trump de ne pas imposer de prix aux Saoudiens pour le meurtre horrible du cousin d’Adnan, Jamal, qui au moment de sa mort était chroniqueur pour la section Global Opinions du Washington Post.

Trump lui-même a rendu cela douloureusement clair lorsqu’il a cité les achats géants d’armes saoudiennes comme sa principale raison pour ne pas imposer de sanctions au prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, même après que la CIA a conclu qu’il avait autorisé l’opération qui a tué le journaliste à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre 2018.

« Si nous abandonnons l’Arabie saoudite, ce sera une terrible erreur », a déclaré Trump à l’époque. « Ils achètent pour des centaines de milliards de dollars de choses à ce pays. Si je dis ‘Nous ne voulons pas prendre vos affaires’, si je dis ‘Nous allons vous couper les vivres’, ils obtiendront leurs équipements, militaires, de la Russie et de la Chine. Je ne vais pas dire à un pays qui dépense des centaines de milliards de dollars – et qui m’aide à faire une chose très importante, maintenir les prix du pétrole à la baisse pour qu’ils ne montent pas à 100, 150 dollars le baril – que je ne vais pas détruire l’économie de notre pays en étant stupide avec l’Arabie saoudite. »

Comme pour beaucoup d’autres choses avec Trump, ces positions ont été prises sur fond d’affaires entre lui et divers magnats saoudiens qui ont commencé avec Adnan Khashoggi. En 1991, Trump, envieux du style de vie du magnat saoudien, s’est arrangé pour acheter son yacht, le Nabila, pour 29 millions de dollars, le vantant dans l’émission de David Letterman comme « probablement le plus grand yacht jamais construit. C’est vraiment un excellent investissement ». (Trump l’a rebaptisé le Princess, apparemment en l’honneur de sa fille Ivanka).

Mais pas un si bon investissement que ça. Trois ans plus tard, alors que Trump était menacé de faillite pour ses casinos d’Atlantic City, il a été renfloué par un autre magnat saoudien, le prince Alwaleed bin Talal, qui lui a acheté le yacht pour 20 millions de dollars. Bien qu’il ait pu prendre un bain sur le bateau, cette vente a marqué le début d’un robinet saoudien jaillissant pour la Trump Organization, qui s’est poursuivi pendant des années.

Les riches Saoudiens ont versé des millions dans les coffres de la société, achetant des appartements dans les immeubles de Trump, au moins autant, sinon plus, que les oligarques russes. En 2001, trois mois avant les attentats du 11 septembre 2001, au cours desquels 15 des 19 pirates de l’air étaient des ressortissants saoudiens, le gouvernement saoudien a déboursé 4,5 millions de dollars pour acheter l’intégralité du 45e étage de la Trump Tower à Manhattan, qu’il a finalement transformé en bureaux de la mission du pays auprès des Nations unies.

« L’Arabie saoudite, et je m’entends très bien avec eux tous, ils m’achètent des appartements, ils dépensent 40 millions, 50 millions de dollars », a déclaré Trump lors d’un meeting de campagne en 2015 à Mobile, Ala. « Ils dépensent tellement d’argent. Est-ce que je vais les détester ? Je les aime. »

Une affection qui s’est poursuivie jusque dans sa présidence, lorsque Trump a fait de l’apaisement des Saoudiens une pièce maîtresse de sa stratégie au Moyen-Orient – et l’a finalement persuadé de n’imposer aucun prix aux dirigeants du pays pour l’assassinat commandité par l’État de Jamal, le cousin d’Adnan Khashoggi.

Prochain épisode de « Conspiracyland » : Episode 3, « Jamal et Osama »
Jamal, le plus jeune cousin d’Adnan, suit un chemin très différent qui le mène dans les grottes d’Afghanistan, où, en tant que jeune reporter pour l’Arab News, il se fait le champion de la lutte contre l’occupation soviétique menée par un frère musulman qui était alors son bon ami : Oussama Ben Laden. C’est le début d’une relation longue et compliquée entre Khashoggi et Ben Laden qui, des années plus tard, aboutit à une série de rencontres fatidiques à Khartoum, au Soudan, au cours desquelles le journaliste saoudien est recruté pour tenter de persuader le chef terroriste de revenir dans le royaume.

Yahoo! News, 17 juin 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Donald Trump, Arabie Saoudite, MBS, Mohamed Ben Salmane, Jamal Khashoggi,


Comments are closed.