Zambie : Kenneth Kaunda n’est plus

Le premier président de la Zambie tire sa révérence à l’âge de 97 ans

LUSAKA, Zambie (AP) – Kenneth Kaunda, président fondateur de la Zambie et champion du nationalisme africain qui a été le fer de lance des luttes pour mettre fin à la domination de la minorité blanche en Afrique australe, est décédé à l’âge de 97 ans.

La mort de Kaunda a été annoncée jeudi soir par le président zambien Edgar Lungu sur sa page Facebook. La Zambie connaîtra 21 jours de deuil national, a déclaré M. Lungu.

« Au nom de toute la nation et en mon nom personnel, je prie pour que toute la famille Kaunda soit réconfortée alors que nous pleurons notre premier président et véritable icône africaine », a écrit Lungu.

Le fils de Kaunda, Kamarange, a également annoncé la nouvelle du décès de l’homme d’État sur Facebook.

« Je suis triste d’annoncer que nous avons perdu Mzee », a écrit le fils de Kaunda, en utilisant un terme swahili de respect pour un aîné. « Prions pour lui. »

Kaunda avait été admis à l’hôpital lundi et les responsables ont déclaré plus tard qu’il était traité pour une pneumonie.

Le pays d’Afrique australe est actuellement confronté à une recrudescence des cas de COVID-19 et Kaunda a été admis au Maina Soko Medical Center, un hôpital militaire qui est un centre de traitement de la maladie dans la capitale, Lusaka.

Kaunda s’est fait connaître en tant que leader de la campagne visant à mettre fin à la domination coloniale de son pays, alors connu sous le nom de Rhodésie du Nord, et a été élu premier président de la Zambie en 1964.

Au cours de ses 27 années de règne, il a apporté un soutien déterminant aux groupes nationalistes africains armés qui ont obtenu l’indépendance des pays voisins, dont l’Angola, le Mozambique, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

Extraverti et exubérant, Kaunda a fait pression sur les dirigeants occidentaux pour qu’ils soutiennent le gouvernement majoritaire en Afrique australe. Il est célèbre pour avoir dansé avec Margaret Thatcher, alors Premier ministre britannique, lors d’un sommet du Commonwealth en Zambie en 1979. Bien qu’il l’ait implorée d’imposer des sanctions à l’Afrique du Sud de l’apartheid, Thatcher est restée une adversaire résolue de ces restrictions.

Kaunda était un instituteur qui est devenu un ardent nationaliste africain, le premier président de son pays et un fervent défenseur de la règle de la majorité dans toute l’Afrique. Bien qu’il ait fini par diriger un État à parti unique et qu’il soit devenu autoritaire, Kaunda a accepté de ramener la Zambie au multipartisme et a quitté pacifiquement le pouvoir lorsqu’il a perdu les élections en 1991. Le fait qu’il ait accepté cette défaite est largement reconnu comme ayant joué un rôle crucial dans l’orientation de la Zambie vers la démocratie multipartite.

Au cours des premières années d’indépendance de la Zambie, Kaunda a rapidement développé le système éducatif du pays, en créant des écoles primaires dans les zones urbaines et rurales et en fournissant des livres et des repas à tous les élèves. Son gouvernement a créé une université et une école de médecine. Kaunda a également développé le système de santé zambien pour desservir la majorité noire.

Par-dessus tout, Kaunda a joué un rôle clé dans la lutte contre la domination raciste blanche dans le pays voisin, qui s’appelait alors la Rhodésie, et en Afrique du Sud. Il a permis que la Zambie soit utilisée comme base pour les groupes nationalistes zimbabwéens clandestins et pour le Congrès national africain, interdit en Afrique du Sud.

Gentil et persuasif, Kaunda a gagné le respect en tant que négociateur plaidant la cause du nationalisme africain auprès des dirigeants occidentaux.

Il a finalement mené des négociations avec le gouvernement sud-africain, en dépit de l’opposition intérieure, qui ont contribué à amener le régime d’apartheid à libérer Nelson Mandela et à permettre au Congrès national africain de fonctionner légalement.

Il est resté un ami de longue date de Mandela après la libération du leader anti-apartheid, affirmant qu’ils partageaient le même lien depuis 27 ans – lui en tant que président de la Zambie et Mandela en prison.

Même si la Zambie n’a pas été épargnée par des conflits politiques parfois violents, Kaunda a réussi à favoriser une coexistence pacifique entre les 73 groupes ethniques du pays.

Kaunda est né en avril 1924, le plus jeune des huit enfants d’un missionnaire et enseignant de l’Église d’Écosse. Il a suivi les traces de son père dans l’enseignement et s’est fait les dents en politique au début des années 1950 avec le Congrès national africain de Rhodésie du Nord.

Il est brièvement emprisonné en 1955 puis à nouveau en 1959 et, à sa libération, devient président du tout nouveau Parti de l’indépendance nationale unie. Lorsque la Rhodésie du Nord devient indépendante de la Grande-Bretagne, Kaunda remporte les premières élections générales en 1964 et devient le premier président de la Zambie renommée.

Il devient de plus en plus autoritaire au fil du temps. En 1973, Kaunda impose un État à parti unique, développe progressivement un culte de la personnalité et réprime l’opposition. Il a déclaré que l’État à parti unique était la seule option pour la Zambie, qui devait faire face aux attaques et aux subterfuges de l’Afrique du Sud et de la Rhodésie dirigées par les Blancs.

Au sommet de la guerre froide, Kaunda était l’un des principaux membres du Mouvement des non-alignés.

La popularité de Kaunda a diminué lorsque l’économie zambienne, autrefois florissante, s’est effondrée suite à la chute du prix du cuivre, son principal produit d’exportation, dans les années 1970. La corruption, la mauvaise gestion et la nationalisation des entreprises et des mines appartenant à des étrangers ont également contribué au déclin économique de la Zambie. Le chômage a grimpé en flèche et le niveau de vie a chuté au cours des années 1980, faisant de la Zambie l’un des pays les plus pauvres du monde.

L’imposition de mesures d’austérité proposées par le Fonds monétaire international et les créanciers occidentaux, avec lesquels Kaunda entretenait des relations difficiles, a entraîné des émeutes dues à la hausse des prix et à la pénurie de produits de base tels que la farine de maïs.

Kaunda finit par céder aux protestations intérieures et à la pression internationale en 1990 et accepte la tenue d’élections multipartites. Il perd le scrutin de 1991 face à Frederick Chiluba, et les deux hommes deviennent des rivaux acharnés, Kaunda qualifiant Chiluba et ses alliés de « petits hommes avec peu de cervelle ».

Chiluba a cherché à interdire à Kaunda, dont les parents étaient nés au Malawi voisin, de se représenter en 1996 par un amendement constitutionnel interdisant aux Zambiens de la première génération de se présenter à la présidence. Il a également profité d’une tentative de coup d’État ratée en 1997 pour placer Kaunda en résidence surveillée, malgré les protestations d’innocence de ce dernier. Kaunda a déclaré qu’il se consolait pendant son emprisonnement par la musique et la poésie, ainsi que par des pensées pour la défunte princesse de Galles, tuée dans un accident de voiture en 1997.

Malgré ses luttes anticolonialistes, Kaunda était un admirateur avoué de la reine Elizabeth II et de la famille royale britannique. Il était également un fervent danseur de salon et aimait jouer de la guitare.

En 1997, Kaunda a été blessé par balle par les forces gouvernementales lors d’une manifestation et, en 1999, il a échappé à une tentative d’assassinat. Il a blâmé les alliés de Chiluba pour le meurtre de son fils et héritier présomptif, Wezi, en novembre 1999. Il a perdu un autre fils, Masyzyo, mort du sida en 1986.

Après son retrait de la vie politique, Kaunda a fait campagne contre le sida, devenant ainsi l’un des rares dirigeants africains à s’exprimer sur un continent où ce sujet est souvent tabou. Il a créé la Fondation Kenneth Kaunda pour les enfants d’Afrique en 2000 et s’est engagé activement dans des actions caritatives contre le sida. Il a fait un test de dépistage du sida à l’âge de 78 ans afin de persuader les autres de faire de même dans un pays ravagé par le virus.

Etiquettes : Zambie, Kenneth Kaunda, nationalisme africain, lutte anticolonialiste, Rhodésie du Nord, Afrique du Sud, Apartheid,