Point de presse quotidien de l’ONU: 16 juin 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 juin 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Le Secrétaire général devant la presse

Je tiens à confirmer que le Secrétaire général s’adressera à la presse à l’issue de la séance plénière de l’Assemblée générale, sur la nomination du Secrétaire général de l’ONU, qui aura lieu vendredi.

Le Secrétaire général devrait s’adresser aux journalistes vers 10 h 40 vendredi matin, dans la zone située juste à la sortie de la salle de l’Assemblée générale, également connue sous le nom de Foyer Est.

Ce point de presse remplacera le point de presse de vendredi midi.

République démocratique du Congo

La Chef de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Bintou Keita, a condamné la prolifération des messages incitant à la haine, à la violence et à l’hostilité entre les communautés dans plusieurs provinces du pays.

Elle demande aux dirigeants communautaires et politiques de s’abstenir d’utiliser un langage discriminatoire et provocateur sur la base des appartenances ethniques, susceptible de conduire à de nouvelles divisions et, en fin de compte, à la violence.

Cette résurgence des discours de haine intervient à un moment où la République démocratique du Congo connaît une importante mobilisation de ses forces de défense et de sécurité pour rétablir la paix et la sécurité dans l’est du pays, ce qui, a rappelé Mme Keita, nécessite un effort de cohésion nationale.

La Mission a réaffirmé sa détermination à soutenir les autorités congolaises. Elle a aussi encouragé le Parlement à adopter un projet de loi contre le tribalisme, le racisme et la xénophobie, qui est actuellement examiné par l’Assemblée nationale.

Myanmar

L’équipe de l’ONU au Myanmar a déclaré aujourd’hui qu’elle reste profondément préoccupée par le nombre croissant de personnes déplacées par les affrontements dans l’État de Kayah, dans l’est du pays.

Dans le sud-est du Myanmar, nos collègues nous disent que plus de 160 000 personnes ont été déplacées depuis la prise de contrôle militaire du Gouvernement le 1er février. Parmi elles, 100 000 personnes ont fui leurs foyers dans l’État de Kayah à la suite de combats entre l’armée du Myanmar et les Forces de défense du peuple Karenni.

Près de 20 000 personnes vivent dans des sites de déplacement dans l’État de Chin, dans l’ouest du Myanmar, après le début des affrontements le mois dernier. Des milliers d’autres personnes ont également été déplacées à travers les États Kachin et Shan.

Sri Lanka

Au Sri Lanka, après le naufrage du cargo MV X-Press Pearl au large des côtes sri-lankaises le mois dernier, la Coordonnatrice résidente, Hanaa Singer, a facilité aujourd’hui le déploiement rapide de trois experts en environnement et d’autres personnes pour aider avec les substances nocives et potentiellement dangereuses, les déchets marins et les travaux d’évaluation de l’impact sur l’environnement liés à l’épave. Cela s’est fait en collaboration avec le directeur régional du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et avec le soutien de l’Union européenne.

Cette épave a entraîné ce qui pourrait être l’une des pires catastrophes environnementales potentielles du pays.

L’assistance continue de l’ONU comprend également la fourniture d’équipements de protection spécialisés, l’assistance technique pour la gestion de l’impact, la planification et les simulations d’urgence, ainsi que le soutien à la coordination.

Ukraine

Dans l’est de l’Ukraine, où sept années de combats actifs ont eu de profondes répercussions sur plus de cinq millions de personnes, à Donetsk et à Louhansk, nos collègues humanitaires nous disent que les pertes civiles ont augmenté au cours des premiers mois de 2021, principalement en raison des mines et des restes explosifs de guerre. Entre le 1er février et le 30 avril, 12 civils ont été tués et 25 autres, blessés.

En avril, les hostilités ont presque atteint les niveaux observés avant le cessez-le-feu de juillet 2020.

Les infrastructures civiles, y compris les établissements d’enseignement, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, et les lignes électriques à proximité de la « ligne de contact », ont également continué d’être visés.

Selon nos collègues humanitaires, l’acheminement de l’aide humanitaire et l’accès aux zones non contrôlées par le Gouvernement se sont améliorés au cours des dernières semaines, même s’ils restent limités et hautement politisés. Le 10 juin, quatre agences de l’ONU ont obtenu l’autorisation d’opérer afin de mettre en œuvre des projets humanitaires dans la partie de la région de Louhansk non contrôlée par le Gouvernement.

Dans l’est de l’Ukraine, quelque 3,4 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire et de protection. Les organismes d’aide ont besoin de 168 millions de dollars pour fournir une éducation, une sécurité alimentaire et un soutien aux moyens de subsistance, ainsi qu’une aide sanitaire et autre aide d’urgence à 1,9 million de personnes parmi les plus vulnérables. L’appel à l’aide n’est financé qu’à hauteur de 16%.

Haïti

Mise à jour sur la situation en Haïti où nos collègues humanitaires signalent qu’il y aurait environ 10 000 civils déplacés par les affrontements entre gangs à Port-au-Prince. Plus de 50 personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été blessées depuis le début des affrontements, au début du mois.

Des cas de violence sexiste ont été signalés parmi les personnes déplacées et celles qui ont trouvé refuge dans des familles d’accueil. Il s’agit notamment de viols et de « rapports sexuels contre refuge ».

Les cas de COVID-19 parmi les personnes déplacées sont une autre grande préoccupation.

En collaboration avec les autorités locales ainsi que les partenaires nationaux et internationaux, l’ONU répond aux besoins les plus urgents en fournissant de la nourriture, de l’eau potable, des abris, des services d’hygiène et d’assainissement, ainsi qu’un soutien psychosocial.

Malheureusement, l’aide ne parvient qu’à environ un tiers de ceux qui en ont besoin en raison des contraintes d’accès dues à l’insécurité et des ressources limitées.

L’ONU appelle à mettre fin à la violence pour permettre aux civils déplacés de rentrer chez eux et aux personnes touchées de recevoir l’aide humanitaire.

COVID-19/Afrique

Mises à jour sur ce que l’ONU fait pour lutter contre la pandémie de COVID-19, en Ouganda et en Zambie.

Comme nous l’avons signalé, l’Ouganda connaît une résurgence de l’épidémie de COVID-19, près de 1 000 personnes ayant été admises dans les hôpitaux rien qu’hier.

L’équipe des Nations Unies, dirigée par la Coordinatrice résidente, Rosa Malango, apporte son aide pour acheter d’urgence 3 000 bouteilles d’oxygène, tandis que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) aide à livrer des fournitures liées à l’oxygène et travaille à réparer et à entretenir les usines d’oxygène à travers le pays.

Nous travaillons également avec le secteur privé pour importer d’urgence des fournitures essentielles. Ce soir, une cargaison supplémentaire de 175 000 vaccins COVAX devrait arriver. Dans la journée d’hier, plus de 830 000 injections de vaccins ont été administrées dans tout l’Ouganda.

En Zambie, l’équipe des Nations Unies, dirigée par le Coordonnateur résident, le docteur Coumba Mar Gadio, aide également les autorités à faire face aux multiples impacts de la pandémie, en particulier dans le cadre de la vague actuelle qui a fait passer le taux de positivité quotidien à 22%.

Il y a deux mois, la Zambie a reçu du COVAX près de 230 000 doses de vaccins. Un nouveau lot est attendu sous peu.

Nous avons aussi aidé à former le personnel de santé à gérer la désinformation et avons partagé des messages, notamment pour les personnes vivant avec le VIH. Notre équipe a distribué trois millions de pièces d’équipement de protection individuelle et 620 concentrateurs et bouteilles d’oxygène.

Bureau de lutte contre le terrorisme (BLT)

Aujourd’hui, nos collègues du Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme ont ouvert à Doha un bureau consacré à l’engagement parlementaire dans la prévention et la lutte contre le terrorisme.

Ce nouveau bureau de programme vise à favoriser la collaboration entre les parlementaires et les assemblées parlementaires du monde entier.

Le Bureau est mis sur pied en collaboration avec le Conseil de la Choura de l’État du Qatar.

Journée internationale des envois de fonds des familles

C’est aujourd’hui la Journée internationale des envois de fonds des familles. Dans son message pour la Journée, le Secrétaire général note que lorsque la pandémie de COVID-19 s’est déclarée en 2020, elle a suscité des craintes quant à l’impact négatif de la crise sur les envois de fonds et les familles qui en dépendent.

Fort heureusement, dit-il, les envois de fonds se sont avérés beaucoup plus résilients et plus sûrs que prévu. Le Secrétaire général souligne que, d’après les dernières données de la Banque mondiale, les envois de fonds aux pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire se sont chiffrés à 540 milliards de dollars en 2020, soit 1,6% en-deçà du montant total de 2019.

Le Secrétaire général souligne qu’à l’avenir, nous devons continuer d’aider et de protéger les migrants qui jouent un rôle important sur le plan du fonctionnement de services essentiels et de l’économie en général, dans de nombreuses régions du monde. Il souligne également qu’il est essentiel, pour la santé et la sécurité de tous, de veiller à ce que tous les migrants, quel que soit leur statut juridique au regard de l’immigration, soient intégrés aux plans de distribution du vaccin contre la COVID-19.

Contribution financière

L’Andorre a payé l’intégralité de ses cotisations au budget ordinaire, ce qui fait porter à 108 le nombre d’États Membres à avoir fait de même.

Andorre-la-Vieille est la plus haute capitale d’Europe, située à une altitude de 1 023 mètres, ou 3 356 pieds, au-dessus du niveau de la mer.

Etiquettes : AFRIQUE, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO, MYANMAR, SRI LANKA, UKRAINE, HAÏTI, RDC, covid19, pandémie,